top of page

C3RF Update, 22 Mar 2024 – Book of blood


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 3-minute video presentation that introduces this C3RF Update!



Participate in our letter-writing campaign!


Take a look at the update from 15 Mar 2024 for instructions on how to participate in the C3RF letter-writing campaign.  It’s all about getting your Member of Parliament off of his or her keester to defend your Charter rights and freedoms.  At long last?

 

Do as I say!


If I had a dollar for every time I requested an explanation and was answered by the retort, “just do as I say!”, I’d have enough to keep the kids and grandkids in doughnuts for a year.  Most of those funds would have been generated in my early years when my tendency to colour outside the lines resulted in an overabundance of requests for explanation from the adults in charge.  The exasperated and offhanded response was to be expected.  After all, I was a kid busy doing dumb things and in need of a quick, authoritative response before I either poked an eye out or broke my neck.  Looking back on it, the adults issuing the no-nonsense demand were likely responsible for my growing into adulthood with both eyes intact and a neck firmly affixed to my head.


Do as I say!

This quick and not-so-witty retort might keep the little ones in line but it’s not so effective when it comes to older folk with the capacity to think critically.  The independent-minded are very likely to push such demands aside and insist on a clarification as to why they must do this or that in this or that fashion.  At the end of the day, such refusals to bend to the will of a “do as I say!” operate as a safeguard against the commission of monumental errors arising from the acceptance of unchecked, and dangerous, assessments of any given situation.  This steadfast tendency to refuse bully tactics has a critical part to play in those situations where mistakes are a matter of life and death – situations like aviation emergencies involving large, civil transport aircraft.


"Cause I said so" doesn't cut it in aircraft emergency situations

The aviation environment is no stranger to the use of bully tactics that have proven causal in the world’s greatest air disasters.  Among these is the Tenerife Airport catastrophe that saw the largest loss of life in any single incident.  A total of 583 fatalities were registered when a KLM Boeing 747 attempted to take off and collided with a taxiing Pan Am 747 at Los Rodeos Airport on the Canary Island of Tenerife, Spain.  At the end of the day this massive loss of life was assigned to the captain of the KLM aircraft as he began and continued a take-off roll while ignoring communications, some from his own crew, that indicated a Pan American aircraft was on the runway ahead of him in the fog.  The captain was “emphatic” and was taking off regardless of any advice he received from his crew.  He was in “do as I say” mode.


Tenerife Airport disaster a result of "cause I said so”?
 

Book of blood


It has been said that the Tenerife accident, and many, many more over the years since the first flight by the Wright brothers, have resulted in regulations that have been “written in blood”.  This being the case, it could be said that the book that comprises Federal Aviation Administration regulations can be called a “book of blood” that does its best to ensure that fatal mistakes are not repeated ad nauseum.  When it comes to preventing accidents arising from faulty or constrained communications among those responsible for flight safety, the “book of blood” accommodates by proffering a detailed analysis of what does and doesn’t work.  The resultant missive is a dedicated FAA Advisory Circular on Crew Resource Management (CRM) that prioritizes the need for all involved in flight operation, from pilots to cabin crew to maintainers to others, to communicate freely and have their inputs heard.


FAA regulations are bound within a "book of blood"?

These communications and decision-making processes recommended by CRM are designed to optimize the safety efforts of teams of humans working with machines.  The result is a scheme that forsakes the “do as I say!” approach to flight operations to embrace meaningful collaboration.  Accordingly, barriers to communication are actively sought out and mitigated to promote “clear and unambiguous communication”.  CRM techniques require the active participation of all crew members even as they provide an opportunity for individuals and crews to examine their own behavior and contribute to decisions that improve cockpit teamwork.  “Do as I say!” just doesn’t cut it in this environment as it constrains the decision-making process to the point that safety is compromised and lives are lost.  The “book of blood” cannot be ignored!


Unconstrained communications key to CRM and effective decision-making?

As lessons learned from fatal errors contribute to a growing body of FAA regulations vested within a “book of blood”, so are similar books being raised on the heels of disasters in other areas of human endeavour.  The World Health Organization’s pandemic planning guidelines from 2019, for example, makes use of 100 years of human experience with influenza pandemics to establish the dos and don’ts of dealing with the rapid spread of novel viruses.  It is telling that one needs to go onto the internet’s “wayback machine” to find a copy of this document of effective standard practices that warned emphatically against the locking down of borders and travel in the face of such threats.  This, to protect against “potentially serious economic consequences”.  It is noteworthy that this once widely accepted “book of blood” advice was trashed to make way for unproven “zero-covid” strategies that would suffer no challenge in true “do as I say!” fashion.


WHO trashed its own "book of blood" in the form of its 2019 pandemic planning guidelines
 

Book of lies


The disparagement and disregard of such “books of blood” come at great cost.  In the case of the book that binds together all FAA regulations, we see the disregard of design and certification requirements blamed for the cascading failures that have beset the Boeing Corporation.  First there were the fatal crashes of two B737 Max aircraft in 2018 (Lion Air Flight JT610) and 2019 (Ethiopian Air Flight ET302).  Since then, Boeing aircraft have:



These incidents, and many more, have been blamed on a Boeing management quick to skirt regulations and cut corners to save money and time. The resulting disregard of aviation’s “book of blood” is worrisome as is the fact that a Boeing engineer, John Barnett, in the process of whistleblowing on his company’s proclivity to cut corners, was found dead in his truck of an alleged “self-inflicted” gunshot wound.


Retired Boeing engineer and whistleblower, John Barnett, found dead

It’s as though the FAA “book of blood” and others, like the former WHO pandemic planning guidelines and the American Psychiatric Association’s Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5), are being edited on the fly. In doing so we are seeing valuable and hard-won knowledge overwritten by politically correct supposition and ideology.  Perhaps one of the most egregious cases can be seen in the update of the DSM-IV to the DSM-5 in 2013.  In that revision, the mental disorder of “gender identity disorder” was morphed into the new reality of “gender dysphoria”.  The fact that politics and ideology are having their way with a “book of blood” is not only on display with the evidence submitted by experts like the former psychiatrist-in-chief of Johns Hopkins Hospital, Paul McHugh, but in the material used by the trans community to support the new science behind gender-affirming medical care.


Dr. Paul McHugh, biological sex cannot be changed!

The World Professional Association for Transgender Health (WPATH) must surely be the shining star of gender science.  Taken as the prime authority on gender-affirming medical care by the American Medical Association, the Endocrine Society and thousands of doctors worldwide, WPATH internal documents that have recently come to light display a shocking disregard for medical rigour and ethical practices.  What to think of formal, written discussions that speak to the creation of victims in the absence of obtaining their informed consent?   It would appear that some of the revisions made to DSM-IV in the update to DSM-5 may have turned a “book of blood” into a “book of lies”.  Perhaps this, in itself, explains the need for a new Online Harms Act meant to chill public speech by criminalizing even the thought of speaking out against the new trans dogma.  After all, the Act enables the laying of a hate speech charge if a person “feels on reasonable grounds that another person will commit an offense”.  “Books of blood” may not need such speech-chilling measures but perhaps “books of lies” do?


Minister of Justice, Arif Virani, introduces Online Harms Act - in defense of a growing number of "books of lies"?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. Please consider clicking here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on X(f.k.a. Twitter), on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Une vidéo de présentation de cette mise à jour est disponible ici


Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 3 minutes qui introduit cette mise à jour du C3RF!



Participez à notre campagne épistolaire!


Consultez la mise à jour du 15 mars 2024 pour savoir comment participer à la campagne épistolaire du C3RF.  Il s'agit d'inciter votre député à se bouger les foufounes pour défendre vos droits et libertés garantis par la Charte.  Enfin?

 

Faites ce que je dis!


Si j'avais un beau sou d'or pour chaque fois que j'ai demandé une explication et qu'on m'a répondu « fais ce que je te dis », j'aurais de quoi nourrir les enfants et les petits-enfants de beignes pendant un an.  La plupart de ces fonds auraient été générés dans mes premières années, lorsque ma tendance à colorier en dehors des lignes entraînait une surabondance de demandes d'explication de la part des adultes en charge.  Il fallait s'attendre à une réponse exaspérée et désinvolte.  Après tout, j'étais un enfant occupé à faire des niaiseries et j'avais besoin d'une réponse rapide et autoritaire avant de m'arracher un œil ou de me rompre le cou.  En y repensant, les adultes qui m'ont répondu de cette façon sont probablement à l'origine du fait que j'ai atteint l'âge adulte avec les deux yeux intacts et un cou fermement attaché à ma tête.


Fais ce que je dis!

Cette réplique rapide et pas si drôle peut permettre aux plus petits de rester dans le droit chemin, mais elle n'est pas aussi efficace lorsqu'il s'agit de personnes plus âgées dotées d'un esprit critique.  Les personnes indépendantes d'esprit sont très susceptibles de repousser de telles demandes et d'insister pour savoir pourquoi elles doivent faire ceci ou cela de telle ou telle manière.  En fin de compte, ce refus de se plier à la volonté d'un « fais ce que je dis! » constitue une protection contre la commission d'erreurs monumentales résultant de l'acceptation d'évaluations incontrôlées et dangereuses d'une situation donnée.  Cette tendance inébranlable à refuser les tactiques d'intimidation joue un rôle essentiel dans les situations où les erreurs sont une question de vie ou de mort - des situations telles que les urgences aéronautiques impliquant de grands avions de transport civil.


Cette réplique rapide et pas si drôle peut permettre aux plus petits de rester dans le droit chemin, mais elle n'est pas aussi efficace lorsqu'il s'agit de personnes plus âgées dotées d'un esprit critique.  Les personnes indépendantes d'esprit sont très susceptibles de repousser de telles demandes et d'insister pour savoir pourquoi elles doivent faire ceci ou cela de telle ou telle manière.  En fin de compte, ce refus de se plier à la volonté d'un « fais ce que je dis! » constitue une protection contre la commission d'erreurs monumentales résultant de l'acceptation d'évaluations incontrôlées et dangereuses d'une situation donnée.  Cette tendance inébranlable à refuser les tactiques d'intimidation joue un rôle essentiel dans les situations où les erreurs sont une question de vie ou de mort - des situations telles que les urgences aéronautiques impliquant de grands avions de transport civil. La réponse « parce que je l'ai dit » n'est pas suffisante dans les situations d'urgence aérienne

Le milieu de l'aviation n'est pas étranger à l'utilisation de tactiques d'intimidation qui se sont avérées responsables des plus grandes catastrophes aériennes du monde. Parmi celles-ci, la catastrophe de l'aéroport de Ténériffe a été la plus meurtrière jamais enregistrée.  Un total de 583 morts fut enregistré lorsqu'un Boeing 747 de la KLM tenta de décoller et entra en collision avec un 747 de la Pan Am qui roulait à l'aéroport de Los Rodeos sur l'île canarienne de Ténériffe, en Espagne.  Cette perte massive de vies humaines a été attribuée au commandant de bord de l'avion de KLM, qui a entamé et poursuivi une course au décollage tout en ignorant les communications, dont certaines émanaient de son propre équipage, qui indiquaient qu'un avion de la Pan American se trouvait sur la piste devant lui, dans le brouillard. Le commandant de bord s'est montré « catégorique » et a décollé sans tenir compte des conseils de son équipage.  Il était en mode « faites ce que je dis ».


Le désastre de l'aéroport de Ténériffe est le résultat d'un « parce que je l'ai dit »?
 

Le livre du sang


On a dit que l'accident de Ténériffe, et bien d'autres au fil des ans depuis le premier vol des frères Wright, ont donné lieu à des réglementations « écrites dans le sang ».  Dans ces conditions, on pourrait dire que le livre que constitue la réglementation de la Federal Aviation Administration est un « livre de sang » qui fait de son mieux pour que les erreurs fatales ne se répètent pas ad nauseum.  Lorsqu'il s'agit de prévenir les accidents résultant d'une communication défectueuse ou limitée entre les responsables de la sécurité des vols, le « livre de sang » propose une analyse détaillée de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas.  La missive qui en résulte est une circulaire consultative de la FAAsur la gestion des ressources de l'équipage (CRM) qui donne la priorité à la nécessité pour toutes les personnes impliquées dans les opérations de vol, des pilotes à l'équipage de cabine en passant par les responsables de l'entretien, de communiquer librement et de faire entendre leur voix.


Les règlements de la FAA sont inscrits dans un « livre de sang »?

Ces processus de communication et de prise de décision recommandés par le CRM sont conçus pour optimiser les efforts de sécurité des équipes d'humains travaillant avec des machines.  Le résultat est un schéma qui abandonne l'approche « faites ce que je dis » des opérations de vol pour adopter une collaboration significative.  En conséquence, les obstacles à la communication sont activement recherchés et atténués afin de promouvoir une « communication claire et sans ambiguïté ».  Les techniques CRM nécessitent la participation active de tous les membres de l'équipage, même si elles donnent l'occasion aux individus et aux équipages d'examiner leur propre comportement et de contribuer aux décisions qui améliorent le travail d'équipe dans le cockpit.  La formule « faites ce que je dis » ne suffit pas dans cet environnement, car elle limite le processus de prise de décision au point de compromettre la sécurité et d'entraîner la perte de vies humaines.  Le « livre du sang » ne peut être ignoré!


Une communication sans entraves est la clé de la gestion d'une prise de décision efficace?

De même que les leçons tirées d'erreurs fatales contribuent à l'élaboration d'un ensemble croissant de règlements de la FAA inscrits dans un « livre de sang », des livres similaires sont élaborés à la suite de catastrophes survenues dans d'autres domaines de l'activité humaine.  Les lignes directrices de l'Organisation mondiale de la santé pour la planification des pandémies à partir de 2019, par exemple, s'appuient sur 100 ans d'expérience humaine en matière de pandémies de grippe pour établir les choses à faire et à ne pas faire face à la propagation rapide de nouveaux virus.  Il est révélateur qu'il faille aller sur la « machine à remonter le temps » de l'Internet pour trouver une copie de ce document de pratiques standard efficaces qui mettait en garde contre le confinement des frontières et des voyages face à de telles menaces.  Et ce, afin de se prémunir contre des "conséquences économiques potentiellement graves".  Il convient de noter que ces conseils autrefois largement acceptés dans le « livre de sang » ont été mis à la poubelle pour faire place à des stratégies « zéro-covid » non démontrées qui ne souffriraient d'aucune contestation, dans la plus pure tradition du « faites ce que je dis ».


L'OMS a mis à la poubelle son propre « livre de sang » sous la forme de ses lignes directrices pour la planification de la pandémie de 2019
 

Livre des mensonges


Le dénigrement et le mépris de ces « livres de sang » coûtent cher.  Dans le cas du livre qui lie toutes les réglementations de la FAA, nous voyons le non-respect des exigences de conception et de certification accusé d'être à l'origine des défaillances en cascade qui ont assailli la société Boeing.  Il y a d'abord eu les accidents mortels de deux B737 Max en 2018 (vol JT610 de Lion Air) et en 2019 (vol ET302 d'Ethiopian Air).  Depuis, les avions Boeing ont:



Ces incidents, et bien d'autres encore, ont été imputés à une direction de Boeing prompte à contourner les réglementations et à faire des économies pour gagner du temps et de l'argent. Le mépris du « livre de sang » de l'aviation qui en résulte est inquiétant, tout comme le fait qu'un ingénieur de Boeing, John Barnett, qui dénonçait la prédisposition de son entreprise à faire des économies, a été retrouvé mort dans son camion d'une blessure par balle qu'il se serait lui-même infligée.


John Barnett, ingénieur retraité de Boeing et lanceur d'alerte, retrouvé mort

C'est comme si le « livre de sang » de la FAA et d'autres documents, tels que les anciennes lignes directrices de l'OMS pour la planification des pandémies et le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l'American Psychiatric Association, étaient édités à la volée.  Ce faisant, nous assistons à l'écrasement de connaissances précieuses et durement acquises par des suppositions et des idéologies politiquement correctes.  L'un des cas les plus flagrants est peut-être celui de la mise à jour du DSM-IV en DSM-5 en 2013.  Dans cette révision, le trouble mental du « trouble de l'identité de genre » a été transformé en une nouvelle réalité, la « dysphorie de genre ».  Le fait que la politique et l'idéologie s'emparent d'un « livre de sang » n'est pas seulement visible dans les preuves soumises par des experts tels que l'ancien psychiatre en chef de l'hôpital Johns Hopkins, Paul McHugh, mais aussi dans les documents utilisés par la communauté transgenre pour étayer la nouvelle science qui soutient les soins médicaux fondés sur l'affirmation de l'identité sexuelle.


Dr. Paul McHugh, le sexe biologique ne peut pas être changé!

L'Association professionnelle mondiale pour la santé des transgenres (WPATH) est sans doute l'étoile brillante de la science du genre.  Considérée par l'American Medical Association, l'Endocrine Society et des milliers de médecins dans le monde comme la principale autorité en matière de soins médicaux respectueux du genre, les documents internes de la WPATH qui ont été récemment révélés témoignent d'un mépris choquant pour la rigueur médicale et les pratiques éthiques.  Que penser des discussions formelles et écrites qui parlent de la création de victimes sans avoir obtenu leur consentement éclairé?  Il semblerait que certaines des révisions apportées au DSM-IV dans la mise à jour du DSM-5 aient transformé un « livre de sang » en un « livre de mensonges ».  Cela explique peut-être en soi la nécessité d'une nouvelle loi sur les préjudices en ligne destinée à étouffer la parole publique en criminalisant même l'idée de s'élever contre le nouveau dogme trans.  Après tout, la loi permet de porter une accusation d'incitation à la haine si une personne « a des motifs raisonnables de penser qu'une autre personne commettra une infraction ».  Les « livres de sang » n'ont peut-être pas besoin de telles mesures de restriction de la liberté d'expression, mais peut-être que les « livres de mensonges » en ont besoin?


Le ministre de la justice, Arif Virani, présente la loi sur les préjudices en ligne - pour défendre un nombre croissant de « livres de mensonges »
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Cliquez ici pour soutenir le C3RF dès aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur X(f.k.a. Twitter), sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Yorumlar


bottom of page