C3RF Update, 29 Oct 2021 – The new Pilgrims


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

The new Pilgrims


Last week’s update homed-in on the collapsing trust between Canadian citizens and their public service providers. It focussed particularly on professionals and officials in the political, medical and educational domains and cited the failure of related public servants to honour oaths of office that put the public interest first. In the end, it was observed that the sacred public trust that underpins our parliamentary and representative democracy is eroding before our eyes. As a consequence, citizens of conscience who run afoul of healthcrat priorities are turning away from these officials and their agencies to begin serving their own best interests through their own best efforts. We are, for example, seeing the institution of private, volunteer health care outlets as everyday Canadians turn away from politicized medicine. As Canadians seek to avoid the gulags being created by “medical fascism”, we are even seeing the rise of the “new Pilgrims”.

Canadians beginning to seek escape from the gulag of "medical fascism"

Like the Pilgrims and Huguenots of the 16th and 17th centuries, we are seeing people of conscience being oppressed by a majority to the point where they are choosing to flee. In the case of the Pilgrims, this fundamentalist religious sect believed its parent church, the Church of England, was hopelessly corrupted and they chose to separate from it. The repercussions were swift and severe and the “separatists” found it necessary to escape first to Holland and then to the New World aboard the Mayflower in 1620. In a similar fashion, the Huguenots, as French Protestants in Catholic France, found it necessary to disperse throughout the old and New World as they sought to pursue their religious beliefs absent oppression and even death. The Huguenots even established toeholds in New France where they were met with disdain and barely tolerated.

Huguenots on the move in the 16th century

And so, we see the experience of the Pilgrims and the Huguenots being replicated here in the Canada of today. Today, as then, the type of prejudice employed by colonial England and France against religious minorities is being used to persecute present-day Canadian “wrong-thinkers”. Additionally, and as in days gone by, some of today’s “wrong-thinkers”, in the form of those who oppose vaccine mandates, have been quick to recognize the need to take flight to escape this persecution. Indeed, C3RF members were telling us as early as October 2020 that they had organized private charter flights with other like-minded Canadians to flee “medical fascism” and escape to friendlier, healthier Central American destinations. These “new Pilgrims” now seem to be happy in their new locales as they can take care of themselves without government mandates and interference. They can even buy much maligned Wuhan virus therapeutics like Ivermectin over the counter! Good thing they left when they did as travel for such malcontents is no longer allowed in Canada?

"New Pilgrims" moving away from oppressive Canada

The new underground


It is interesting to note that all federally regulated travel, including major airline and train services, has been revoked for unclean, unvaccinated Canadians. They have now been denied any means to flee the country. It is interesting to note, though, that fully vaccinated citizens are taking their places and choosing to exit the country for a permanent residence abroad. And so, we are seeing high skilled, high earner couples departing for the express purpose of escaping the oppressive state that Canada has become. This cannot be good for the reputation of a country that was recently ranked as the “best country in the world”. How to maintain such a distinction, given the concomitant need to care about human rights, when the civil liberties of an identifiable group are being trashed and even the “right-thinkers” are leaving?

Fully vaxxed Matt and Sherry Davies pack up and leave Canada for Mexico

Indeed, as the state clamps down on the religious and the unvaccinated, the undesirable “wrong-thinkers”, who cannot flee, are finding it necessary to burrow underground – just like the Christians in China are forced to do. After all, in Canada, as in China, it is necessary to toe the political party line if one desires to assemble and associate without penalty. A case in point comes to mind in the form of the recent trial of pastor Artur Pawlowsky. The good pastor contravened Alberta’s public health orders by assembling and preaching to his congregation in numbers that challenged Wuhan virus social distancing edicts. Edicts, by the way, that have yet to be justified by any authoritative evidence.

Pastor Artur Pawlowsky, a modern-day Canadian martyr?

For his troubles the good pastor was fined $23,000, placed on probation for 18 months and ordered to pay the legal costs of Alberta Health Services. Much more than this, though, was the judge’s mandate that compelled the pastor to preface any discussion of Wuhan virus measures and vaccines with the rider that his views were “contrary to current health orders and the ‘majority of medical experts’”. And so, we see in Canada, as in China, the need to honour the good name and reputation of the state as a priority in advance of honestly expressing your thoughts, beliefs or conscientious objections. Could Canada get any further away from the individual and fundamental rights guaranteed by the Charter and the Bill of Rights? As C3RF Patron David Solway has opined, the Charter of Rights and Freedoms is now only a “cosmetic cover for the enactment of political absolutism.” Is it any wonder that churches and schools are going underground?

Pastor James Coates takes his church underground

The new Canada


In 2015 a newly installed Prime Minister Trudeau blurted, “Canada is back!” Six years later it might be more accurate to say that “Canada is changing and changing fast!” How else to characterize the fact that individual rights and freedoms have given way to the accommodation of more collectively aligned privileges – privileges that favour the post-modern notions of “Diversity, Inclusion and Equity”. Accordingly, the ability of individual Canadians to plan and live their lives as they choose is secondary to the need to secure the “common good” and individual choice and freedom is sacrificed for the security and safety of other groups of individuals. How else to justify the jabbing of children who don’t need a vaccine to be safe so that their elders and teachers can be cosseted and their tender brows soothed? Parent’s wishes be damned and all this knowing full well that the severity of the Wuhan virus for those under 70 years of age is in line with the seasonal flu!

Stanford professor John Loannidis - Wuhan virus like seasonal flu for the under 70

The rush to “balance away” the individual and fundamental rights of Canadians in accordance with the “context of our times” has been a Supreme Court obsession for decades now. It has picked up steam considerably in the past six years as witnessed by the euthanasia file. Over this time period the Charter has been re-interpreted so that its core aim of protecting life became a right to be free from it. Even more than this, the “Medical Assistance in Dying Act of 2016has recently been modified to do away with a requirement for death to be “reasonably foreseeable” - even as the door to assisted dying was opened due to “mental illness”. It would seem that the right to die in Canada is overtaking the right to life. The euthanasia file in Canada, propelled by powerful lobbies, is accelerating so quickly that it is becoming a social imperative capable of displacing traditional palliative care measures.

Euthanasia becoming a social imperative in Canada

C3RF member, Annie (not her real name), has been watching this process unfold and now notes that one such service provider of palliative care, the Delta Hospice Society (DHS), is in a fight for its survival due to its refusal offer MAiD interventions. Accordingly, the principals at DHS are looking at completely divesting themselves from any government involvement as it comes with the unacceptable price of knuckling under to the new social piety of assisted dying. Once again, we see the restriction of choice and the free exercise of will as traditional notions of individual liberty are pushed aside by the “common good” context of our times. Annie wonders about the plight of suicide-prone aboriginal communities in the assisted dying debate. This whole transition, and its implications, are not lost on the organization “Mounties4Freedom”, as it argues that the forcing of majority rule on minority interests is akin to “domestic violence”. More and more it seems that those who treasure the original intent of the Charter are in for a rough ride in the “new Canada” that seeks the “common good”.

The battle for Canada - individual liberty v the "common good"

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Les nouveaux Huguenots


La mise à jour de la semaine dernière portait sur l'effondrement de la confiance entre les citoyens canadiens et leurs fournisseurs de services publics. Elle se concentrait en particulier sur les professionnels et les fonctionnaires dans les domaines de la politique, de la santé et de l'éducation, et citait l'incapacité des fonctionnaires concernés à respecter leursserments de fonction qui placent l'intérêt public au premier plan. Nous avons observé que la confiance publique sacrée qui sous-tend notre démocratie parlementaire et représentative s'érode sous nos yeux. En conséquence, les citoyens de conscience qui se heurtent aux priorités des "healthcrat" se détournent de ces fonctionnaires et de leurs agences pour commencer à servir leurs intérêts par leurs propres moyens. Nous assistons, par exemple, à l'établissement de centres de soins de santé privés et bénévoles à mesure que les Canadiens se détournent de la médecine politisée. Alors que les Canadiens cherchent à éviter les goulags créés par le "fascisme médical", nous assistons même à la montée des "nouveaux Huguenots", réfugiés de la quasi-religion de notre système de santé publique.

Les Canadiens commencent à vouloir s'échapper du goulag du « fascisme médical »

Comme les Pères Pèlerins Américains et les Huguenots des XVIe et XVIIe siècles, nous voyons des personnes de conscience opprimées par une majorité à un tel point qu'elles choisissent de fuir. Dans le cas des Pèlerins, cette secte religieuse fondamentaliste estimait que son église mère, l'Église d'Angleterre, était désespérément corrompue et elle a choisi de s'en séparer. Les répercussions ont été rapides et sévères et les « séparatistes » ont dû s'enfuir d'abord en Hollande, puis dans le Nouveau Monde à bord du Mayflower en 1620. De la même manière, les Huguenots, en tant que protestants français dans la France catholique, ont dû se disperser dans l'ancien et le nouveau monde pour tenter de poursuivre leurs croyances religieuses sans être opprimés et même tués. Les Huguenots ont même établi des bastions en Nouvelle-France, où ils ont été accueillis avec dédain et à peine tolérés.

Les Huguenots en mouvement au 16ème siècle

Ainsi, nous voyons l'expérience des Pèlerins et des Huguenots se reproduire dans le Canada contemporain Aujourd'hui, comme à l'époque, le type de préjugé utilisé par l'Angleterre et la France coloniales contre les minorités religieuses est utilisé pour persécuter les « mal-pensants » canadiens d'aujourd'hui. De plus, et comme dans le passé, certains des « mauvais penseurs » d'aujourd'hui, sous la forme de ceux qui s'opposent aux mandats de vaccination, ont rapidement reconnu la nécessité de prendre la fuite pour échapper à cette persécution. En effet, les membres du C3RF nous ont dit dès octobre 2020 qu'ils avaient organisé des vols nolisés privés avec d'autres Canadiens partageant les mêmes idées pour fuir le « fascisme médical » et s'échapper vers des destinations plus amicales et plus saines en Amérique centrale. Ces « nouveaux pèlerins » semblent maintenant être heureux dans leurs nouveaux lieux, car ils peuvent prendre soin d'eux-mêmes sans mandats et interférences du gouvernement. Ils peuvent même acheter en vente libre des produits thérapeutiques contre le virus de Wuhan, comme l'Ivermectin, tant décrié! Heureusement qu'ils sont partis quand ils l'ont fait car les voyages de ces mécontents sont-ils encore autorisés au Canada?

Les « nouveaux pèlerins » quittent le Canada oppressif

Le nouveau chemin de fer clandestin


Il est intéressant de noter que tous les voyages réglementés par le gouvernement fédéral, y compris les principaux services aériens et ferroviaires, ont été interdits pour les Canadiens impurs et non vaccinés. Ils sont désormais privés de tout moyen de fuir du pays. Il est toutefois intéressant de noter que des citoyens parfaitement vaccinés prennent leur place et choisissent de quitter le pays pour s'installer définitivement à l'étranger. Ainsi, nous voyons des couples hautement qualifiés, gagnant beaucoup d'argent, quitter le pays dans le but d'échapper à l'État oppressif qu'est devenu le Canada. Cela ne peut pas être bon pour la réputation d'un pays qui a récemment été classé comme le « plus meilleur pays du monde » comme le disait l'inimitable Jean Chrétien dans son français approximatif. Comment maintenir une telle distinction, compte tenu de la nécessité de se soucier des droits de l'homme, lorsque les libertés civiles d'un groupe identifiable sont mises à mal et que même les « bien-pensants » s'en vont?

Entièrement vaccinés, Matt et Sherry Davies font leurs bagages et quittent le Canada pour le Mexique

En effet, à mesure que l'État s'attaque aux religieux et aux non-vaccinés, les indésirables « mal-pensants», qui ne peuvent fuir, se voient obligés de se terrer dans la clandestinité - tout comme les Chrétiens en Chine sont obligés de le faire. Après tout, au Canada, comme en Chine, il est nécessaire de suivre la ligne du parti politique si l'on souhaite se réunir et s'associer sans être pénalisé. Un exemple concret nous vient à l'esprit avec le récent procès du pasteur Artur Pawlowsky. Le pasteur a enfreint les ordres de santé publique de l'Alberta en se réunissant et en prêchant à sa congrégation en nombre qui défie les édits de distanciation sociale du virus Wuhan. Des édits, soit dit en passant, qui n'ont pas encore été justifiés par des preuves faisant autorité.

Le pasteur Artur Pawlowsky, un martyr canadien des temps modernes?

Pour son malheur, le pasteur a été condamné à une amende de 23 000 dollars, à une période de probation de 18 mois et à payer les frais de justice des services de santé de l'Alberta. Mais ce qui est encore plus important, c'est le mandat du juge qui oblige le pasteur à faire précéder toute discussion sur les mesures et les vaccins contre le virus de Wuhan d'un avertissement selon lequel ses opinions sont « contraires aux ordonnances sanitaires en vigueur » et à la « majorité des experts médicaux ». Ainsi, nous voyons au Canada, comme en Chine, la nécessité d'honorer le bon nom et la réputation de l'État comme une priorité avant d'exprimer honnêtement ses pensées, ses croyances ou ses objections de conscience. Le Canada pourrait-il s'éloigner davantage des droits individuels et fondamentaux garantis par la Charte et la Déclaration des droits? Comme l'a fait remarquer David Solway, président du C3RF, la Charte des droits et libertés n'est plus qu'une « couverture cosmétique pour la mise en œuvre de l'absolutisme politique ». Faut-il s'étonner que les églises et les écoles deviennent clandestines?

Le pasteur James Coates fait entrer son église dans la clandestinité

Le nouveau Canada


En 2015, un premier ministre Trudeau nouvellement installé a lâché : « Le Canada est de retour! ». Six ans plus tard, il serait peut-être plus juste de dire que "le Canada change et change vite!". Comment caractériser autrement le fait que les droits et libertés individuels ont cédé la place à l'accommodation de privilèges plus alignés collectivement - des privilèges qui favorisent les notions post-modernes de « Diversité, inclusion et équité ». Par conséquent, la capacité des Canadiens à planifier et à vivre leur vie comme ils l'entendent est secondaire par rapport à la nécessité de garantir le « bien commun », et le choix et la liberté individuels sont sacrifiés pour la sécurité et la sûreté d'autres groupes d'individus. Comment justifier autrement le fait de vacciner des enfants qui n'ont pas besoin d'un vaccin pour être en sécurité, afin que leurs aînés et leurs enseignants puissent être dorlotés? Au diable la volonté des parents et tout cela en sachant pertinemment que la gravité du virus de Wuhan pour les moins de 70 ans est comparable à celle de la grippe saisonnière!

John Loannidis, professeur à Stanford, estime que le virus de Wuhan ressemble à la grippe saisonnière pour les moins de 70 ans

L'empressement à « équilibrer » les droits individuels et fondamentaux des Canadiens en fonction du « contexte de notre époque » est une obsession de la Cour suprême depuis des décennies. Elle s'est considérablement accélérée au cours des six dernières années, comme en témoigne le dossier de l'euthanasie. Au cours de cette période, la Charte a été réinterprétée de manière à ce que son objectif principal de protection de la vie devienne un droit de s'en libérer. Plus encore, la « loi de 2016 sur l'aide médicale à mourir » a récemment été modifiée pour supprimer l'exigence que la mort soit « raisonnablement prévisible » - alors même que l'aide à mourir était permise pour cause de « maladie mentale ». Il semblerait que le droit de mourir au Canada soit en train de prendre le pas sur le droit à la vie. Le dossier de l'euthanasie au Canada, propulsé par de puissants lobbies, s'accélère tellement qu'il devient un impératif social capable de supplanter les mesures traditionnelles de soins palliatifs.

L'euthanasie devient un impératif social au Canada

Annie (nom fictif), membre du C3RF, a suivi le déroulement de ce processus et constate maintenant que l'un de ces prestataires de services de soins palliatifs, la Delta Hospice Society (DHS), lutte pour sa survie en raison de son refus d'offrir des interventions MAiD. En conséquence, les dirigeants de la DHS envisagent de se désengager complètement de toute participation gouvernementale, car le prix à payer pour se plier à la nouvelle piété sociale de l'aide à mourir est inacceptable. Une fois de plus, nous assistons à la restriction du choix et du libre exercice de la volonté, les notions traditionnelles de liberté individuelle étant mises de côté dans le contexte du « bien commun » de notre époque. Annie s'interroge sur le sort des communautés autochtones sujettes au suicide dans le débat sur l'aide à mourir. Toute cette transition, et ses implications, n'échappent pas à l'organisation « Mounties4Freedom », qui soutient que le fait d'imposer la règle de la majorité aux intérêts minoritaires s'apparente à de la « violence domestique ». De plus en plus, il semble que ceux qui chérissent l'intention originale de la Charte vont avoir la vie dure dans le « nouveau Canada » qui recherche le « bien commun ».

La bataille pour le Canada - liberté individuelle contre « bien commun »

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts