C3RF Member Update - 16 Oct, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas


Read! Stephen Coughlin’s “Insurgency and Violence: a Citizen’s Guide”

Follow-up, the foreign funding of Western educational institutions

Last week’s update introduced the Clarion Project video “Covert Cash” and proffered an invitation to join a related webinar populated by expert panelists – including C3RF’s own Raheel Raza. The video and invitation seemed to hit a nerve as many of you commented on the sad state of affairs that sees our universities chasing foreign dollars and related agendas. One response in particular was especially enlightening as it included an introduction to a paper authored by Charles Asher Small and Michael Bass entitled; “Volume II, Examining Undocumented Foreign Funding of American Universities: Implications for Education and rising Antisemitism”. This paper, sponsored by the Institute for the Study of Global Antisemitism and Policy (ISGAP), was briefed to the United States Department of Justice (DOJ) in the summer of 2019.

The DOJ briefing by ISGAP representatives was a first-time presentation of the illicit funding being funnelled into American campuses. Accordingly, it became the genesis of the related Department of Education investigations referenced in “Covert Cash”. Unlike the six-year period and $12 billion detailed in the video, however, ISGAP findings covered the period 1986 to 2019 and reported on some $22.73 billion in illegal funds. This is no small problem! Unfortunately, discussions with an expert source close to the subject matter revealed that the Canadian situation is less clear as Canada has no similar reporting requirements when it comes to foreign funding and “very little by way of other groups reporting anything similar for Canada”. There can be little doubt, however, that such funding is finding its way to Canadian institutions to the detriment of national interests and an independent educational system. As a reminder to those interested in learning more, Raheel Raza will be hosting a webinar on “Covert Cash” and can be reached at rrdiversityinc@gmail.com if you desire joining instructions.

Follow-up, “all hat and no cattle”


Last week’s update also chronicled the state of free speech on Canadian campuses as analyzed by the Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF). Of particular note was the related state of affairs in Ontario given Premier Ford’s stated commitment to have its universities and colleges develop meaningful and related policies and practices. It seems the Premier was “all hat and no cattle” in this instance and in another that saw him move away from a commitment to revise his province’s public-school sex-ed curriculum. Without meaning to pick on the good Premier, it appears this past week has again seen him flip-flop on another promise; the promise to respect the fragile nature of the province’s small business sector and demand solid evidence and data before allowing another Wuhan virus lockdown.

No sooner was the promise made to seek hard evidence before ruining the business prospects of “Moms and Pops” across the province than the good Premier announced sweeping “stage 2” limitations on gyms, pubs and restaurants - along with further restrictions on movement and assembly. The promise to save livelihoods was made on a Monday with the lockdown announced the following Friday. The hard evidence cited was nothing if not a bric-a-brac of disjointed figures that had little to do with “flattening the curve” and more to do with panicking in the face of increased infections brought on by increased, and suspect, testing. The one data point that might have justified a limitation on civil liberties was the number of hospitalizations – a number that averaged 1.5 persons per 100,000 across all provinces and in no way supported a call to “save the hospitals”. It is indeed telling that our political and medical experts continue to stress a rising “numbers of cases” in a seeming attempt to stampede the citizenry into lockdown. One wonders why hospital and ICU usage data is so hard to come by. After all, a growing body of knowledge, from the CDC no less, now pegs the Infection Fatality Rate of the Wuhan virus in the order of that associated with the seasonal flu for most age groups. Why does the Premier insist on cherry-picking data designed to panic rather than to inform?

The psychology of panic


The psychology of panic sees the creation of anxiety within a population followed by reinforcement measures that both deepen and spread the fear. In the case of the Wuhan virus crisis, we can see panic being sparked by Chinese reportage that graphically detailed individuals being loaded into vans to be taken away, whole families being locked into their apartments and whole regions of the country being cut off from the world. The fact that our own political and medical authorities downplayed the problem as minor and not impactful on the Canadian scene did not help. Planeloads of infected travellers were allowed to fly into the country even as social media cranked up a feedback loop that reinforced initial anxieties. Prime among these social media inputs were those allegedly engineered by China itself as it sought to sell the West on the need for lockdowns. Accordingly and apparently, the United Kingdom felt overwhelming pressure to pull back from its initial “herd immunity” plan and commit to lockdown strategies. The dominos fell one-by-one afterward with some countries, like Canada, even insisting that the discussion of other alternative strategies was “misinformation”.

Another aspect of panic is its usefulness in advancing agendas that would otherwise be rejected by a calm and rational public.After all, it’s a lot easier to steer a crowd with a few outriders when it’s in full stampede mode.And, so it is with the Wuhan virus crisis as its job-crushing lockdown strategies and pilfering of the public purse are used to create anxiety - even as the idea of a climate change-inspired “economic reset” is floated.Such a “green new deal” may have been a pipedream and a change-too-far for a populace benefitting from a free market economy but anything becomes possible if that system is suddenly gone.Could there be a better time to institute a centralized, command economy replete with five year plans and the promise of equal outcomes for all.

Never let a crisis go to waste

A bit further afield and to the south of our border we see the strife created by the Wuhan virus being used in combination with charges of “systemic racism” to fuel a takeover of an elected and licit government. So claims military intelligence expert, Major Stephen Coughlin (Ret’d). Coughlin’s claim needs to be considered seriously as he is in the habit of using tried and tested analytical techniques to formulate accurate predictions. This former intelligence analyst, once responsible for briefing the U.S. Joint Chiefs of Staff on Islamic war doctrine, is credited with predicting the jihadi violence foisted by Major Nidal Hasan on the good soldiers of Fort Hood. He went on to collate Al Qaeda and Muslim Brotherhood messaging from 2010 to forecast the rise of the “Arab Spring” (5 to 7 min) and, as early as last November, he foretold of race-based rioting in the runup to the U.S. election in his treatise, “Warning on Racism”. Now he asserts that disparate groups, allied by their like-minded goal to destroy the West, have chosen this time of crisis and anxiety to overthrow the American system of governance. A North American Insurgency Syndicate (NAIS) is on the move and is winning the day.


Coughlin’s latest analysis-based projections of sustained and increasingly violent insurgency operations are detailed in his recent paper, “Insurrection and Violence: a Citizen’s Guide”. He begins by situating the battle space and highlighting the capabilities, goals and strategies of groups operating within a coordinated “syndicate”. They have unparalleled skills in using social media to fight the information war, are funded by deep pockets and enjoy the support of the media and highly placed political operatives. He then moves on to relay what the everyday citizen can do to mitigate the risk to them, their families and their communities. The last section of the paper is of critical importance as it tells citizens how they can help beat back the insurgency. Of utmost importance is the need to resist being cancelled, silenced, subdued or scared. This, and to resist the line of least resistance that leads to doing nothing. Good words of advice for Canadians being goaded into a stampede? Time to regain control of our common and free destiny? Time to be fearless?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Lisez! «Insurgency and Violence: a Citizen’s Guide» de Stephen Coughlin («L'insurrection et la violence: un guide du citoyen»)

Un suivi sur le financement étranger des établissements d'enseignement occidentaux

La mise à jour de la semaine dernière présentait la vidéo du projet Clarion «Covert Cash» et proposait une invitation à participer à un webinaire animé par des experts - dont Mme Raheel Raza du C3RF. La vidéo et l'invitation semblent avoir touché une corde sensible, car beaucoup d'entre vous ont commenté sur le triste état de nos universités qui quêtent les dollars étrangers et s'engagent dans des programmes connexes. Une réponse en particulier a été particulièrement éclairante puisqu'elle comprenait une introduction à un document rédigé par Charles Asher Small et Michael Bass intitulé «Volume II, Examining Undocumented Foreign Funding of American Universities: Implications for Education and rising Antisemitism». Ce document, parrainé par l'Institut pour l'étude de l'antisémitisme et de la politique mondiale (The Institute for the Study of Global Antisemitism and Policy :ISGAP), a été présenté au département de la justice des États-Unis (DOJ) au cours de l'été 2019.

Le briefing du DOJ par les représentants de l'ISGAP était la première présentation des financements illicites acheminés dans les campus américains.En conséquence, il est devenu la genèse des enquêtes connexes du département de l'éducation mentionnées dans «Covert Cash».Cependant, contrairement à la période de six ans et aux 12 milliards de dollars décrits dans la vidéo, les conclusions de l'ISGAP couvrent la période de 1986 à 2019 et font état de quelque 22,73 milliards de dollars de fonds illicites.Ce n'est pas «des peanuts»!Malheureusement, les discussions avec un source experte proche du suject ont révélé que la situation canadienne est moins claire, car le Canada n'a pas d'exigences similaires en matière de rapports sur les financements étrangers et «très peu par le biais d'autres groupes qui pourraient signaler quelque chose de similaire au Canada».Il ne fait cependant aucun doute que ces financements se retrouvent dans les institutions canadiennes au détriment des intérêts nationaux et d'un système éducatif indépendant.Pour rappeler à ceux qui souhaitent en savoir plus, Mme Raza organisera un webinaire sur « l'argent caché » et elle peut être contacté à rrdiversityinc@gmail.com si vous souhaitez vous joindre aux webinaire.

Un suivi concernant notre "gros parleur, petit faiseur"


La mise à jour de la semaine dernière a également fait état de l'état de la liberté d'expression sur les campus canadiens, tel qu'analysé par le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF). Il convient de noter tout particulièrement la situation en Ontario, le Premier ministre Ford s'étant engagé à ce que ses universités et collèges élaborent des politiques et des pratiques effectives. Il semble que le Premier ministre n'a pas fait «grand-chose» dans ce cas et dans un autre cas, il s'est écarté de son engagement de réviser le programme d'enseignement sexuel des écoles publiques ontariennes. Sans vouloir s'en prendre au bon Premier ministre, il semble que la semaine dernière, il ait encore fait volte-face sur une autre promesse: celle de respecter la nature fragile du secteur des petites entreprises de la province et d'exiger des preuves et des données solides avant de permettre un nouveau verrouillage dû au virus de Wuhan.

Aussitôt la promesse faite de chercher des preuves tangibles avant de ruiner les perspectives commerciales des entreprises familiales de la province, le bon Premier ministre a annoncé des limitations radicales («étape 2») sur les salles de sport, les pubs et les restaurants - ainsi que des restrictions supplémentaires sur la circulation et le rassemblement. La promesse de sauver nos gagne-pain a été faite un lundi et le verrouillage a été annoncé le vendredi suivant. Les preuves concrètes citées n'étaient rien d'autre qu'un ramassis de chiffres incohérents qui n'avaient rien à voir avec «l'aplatissement de la courbe» et plus avec la panique face à l'augmentation des infections provoquée par des tests de dépistage plus nombreux et suspects. Le seul point de données qui aurait pu justifier une limitation des libertés civiles était le nombre d'hospitalisations - un nombre qui s'élevait en moyenne à 1,5 personne pour 100 000 dans toutes les provinces et qui ne soutenait en aucun cas un appel à «sauver les hôpitaux». Il est en effet révélateur que nos experts politiques et médicaux continuent de mettre l'accent sur un «nombre croissant de cas» dans une tentative apparente de mettre les citoyens en quarantaine. On peut se demander pourquoi les données sur l'utilisation des hôpitaux et des unités de soins intensifs sont si difficiles à obtenir. Après tout, un ensemble croissant de connaissances, provenant notamment du CDC, place désormais le taux de mortalité lié à l'infection par le virus de Wuhan dans l'ordre de celui associé à la grippe saisonnière pour la plupart des groupes d'âge. Pourquoi le Premier ministre Ford insiste-t-il sur des données choisies et conçues pour semer la panique plutôt que pour informer?

La psychologie de la panique


La psychologie de la panique est la création d'une anxiété au sein d'une population suivie de mesures de renforcement qui à la fois approfondissent et répandent la peur. Dans le cas de la crise du virus de Wuhan, nous pouvons voir la panique déclenchée par des reportages chinois qui montrent de façon très détaillée des individus chargés dans des fourgonnettes pour être emmenés, des familles entières enfermées dans leur appartement, et des régions entières du pays coupées du monde. Le fait que nos propres autorités politiques et médicales aient minimisé le problème en le considérant comme mineur et sans impact sur la scène canadienne n'a pas aidé. Des avions de voyageurs infectés ont été autorisés à entrer dans le pays alors même que les médias sociaux ont créé une boucle de feed-back positif qui a renforcé les craintes initiales. Parmi ces médias sociaux, les plus importants sont ceux qui auraient été conçus par la Chine elle-même pour convaincre l'Occident de la nécessité du confinement. En conséquence et apparemment, le Royaume-Uni a ressenti une pression écrasante pour se retirer de son plan initial d'«immunité collective» et s'engager dans des stratégies de verrouillage. Les dominos sont tombés un à un par la suite, certains pays, comme le Canada, insistant même sur le fait que la discussion d'autres stratégies alternatives était digne d'une propagande de la «désinformation».

Un autre aspect de la panique est son utilité pour faire avancer des causes qui, autrement, seraient rejetés par un public calme et rationnel. Après tout, il est beaucoup plus facile pour un dictateur de diriger une foule qui panique. Et il en va de même avec la crise du virus de Wuhan, dont les stratégies de verrouillage des emplois et le pillage des deniers publics sont utilisés pour créer de l'anxiété - alors même que l'idée d'une « réinitialisation économique » inspirée par le changement climatique est lancée. Un tel «Green New Deal» était peut-être un rêve et un changement trop lointain pour une population bénéficiant d'une économie de marché libre, mais tout devient possible si ce système disparaît soudainement. Le moment ne pourrait-il pas être mieux choisi pour instaurer une économie centralisée, poivrés de plans quinquennaux, avec une promesse d'équité!

On ne gaspille jamais une crise

Un peu plus loin et au sud de notre frontière, nous voyons les conflits créés par le virus Wuhan utilisés en combinaison avec des accusations de «racisme systémique» pour alimenter la prise de contrôle d'un gouvernement élu et légitime. C'est ce qu'affirme le major Stephen Coughlin (à la retraite), expert en renseignement militaire. L'affirmation de Coughlin doit être considérée sérieusement car il a l'habitude d'utiliser des techniques analytiques testées pour formuler des prédictions précises. On attribue à cet ancien analyste du renseignement, autrefois responsable du briefing des chefs d'état-major des armées américaines sur la doctrine de la guerre islamique, la prédiction de la violence jihadiste imposée par le major Nidal Hasan aux soldats de Fort Hood. Il a ensuite rassemblé les messages d'Al-Qaïda et des Frères musulmans de 2010 pour prévoir la montée du « printemps arabe » (de la minute 5 à 7 dans le documentaire) et, dès novembre dernier, il a prédit dans son traité «Warning on Racism» les émeutes basées sur la race à l'approche des élections américaines. Il affirme aujourd'hui que des groupes disparates, alliés par leur objectif commun de détruire l'Occident, ont choisi cette période de crise et d'anxiété pour renverser le système de gouvernance américain. Un groupe d'insurgés nord-américains (NAIS) est en marche et gagne la bataille.


Les dernières prédictions de Coughlin basées sur des analyses des opérations d'insurrections soutenues, et de plus en plus violentes, sont expliquées dans son récent article, «Insurrection and Violence : a Citizen`s Guide». Il commence par situer l'espace de combat et met en évidence les capacités, les objectifs et les stratégies des groupes opérant au sein d'un «groupe» coordonné. Ces groupes ont des compétences inégalées dans l'utilisation des médias sociaux pour lutter dans une guerre de l'information, et ils sont financés par des fonds publics et bénéficient du soutien des médias et d'agents politiques de haut niveau. Il passe ensuite à ce que le citoyen ordinaire peut faire pour atténuer le risque pour lui, sa famille et sa communauté. La dernière partie du document est d'une importance capitale car elle indique aux citoyens comment ils peuvent aider à repousser l'insurrection. Il est de la plus haute importance de résister à l'annulation, c'est-à-dire, à la «cancelled culture», au silence, à la soumission ou à la peur. Nous devons pas nous soumettre à la loi du moindre effort qui ne conduit qu'à ne rien faire. De bons conseils pour les Canadiens dans les rapides houleuses de notre époque! Il est temps de reprendre le contrôle de notre libre destin commun! Il est temps d'être libre de toutes phobies!

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon