C3RF Member Update - 22 Jan, 2021


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Sign the C3RF petition to Canadian police authorities – stop the tyranny!


Perhaps the C3RF petition, linked to above, is having an impact. It would seem that way as the Toronto Police Service has recently come out with a statement that limits the ability of its officers to harass everyday citizens. The Service reminds its constables that they have no right to pull drivers over or enter homes on the basis of the recently reinstated Province of Ontario Emergency Management Act. Even more than this, it stipulates that citizens are under no compulsion to explain why they are out of their homes during the “stay at home” campaign. The notice is timely as police in other jurisdictions have embarrassed themselves, and their communities, by roughhousing healthy citizens both in their homes and on the streets. More than this, however, Toronto police authorities can be seen to be recognizing their obligations to uphold the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

The Charter guarantees a citizen’s access to “due process” and equal treatment before the law. Not to mention the rights of assembly, mobility and association that Wuhan virus “lockdowns” have summarily, and arbitrarily, dispensed with. The fact that the Toronto Police Service is picking up on the need to respect these guarantees is not a surprise. After all, the Ontario Emergency Management Act, like its federal counterpart in the form of the Emergency Act of 1985, is clear in stating upfront that nothing in the Act authorizes agencies to abrogate these rights. Indeed, what is surprising is the fact that so many other jurisdictions ignore these guarantees with the tacit approval of their civilian controllers. To make matters worse, jurisdictions that willy-nilly allow their police services to do so are, in fact, encouraging their officers to trash their sacred and solemn oath to uphold the Charter.

This is an important distinction as their oath calls on them to be loyal to the Queen and the Constitution of Canada – including its embedded Charter. It is equally important to note that the Queen, in our Constitutional Monarchy, embodies all Canadian citizens and hence the royal, “We”. This is our guarantee that governments she may form are “for the people, by the people” and not for any particular group or collective. It is the guarantee of a “responsible government” that sees the interests of citizens being addressed by dedicated political representatives. Indeed, there is no mention of political parties in the Constitution of Canada let alone any authority they could wield over the good people of Canada. They do not have the authority to direct the police or the military to take away our rights under the Charter – save for limitations afforded by the Charter’s own Section 1. Canadians are neither serfs nor slaves in their own land.

Section 1 of the Charter and “reasonable” limitations on rights and freedoms


Section 1 of the Charter states that Charter Rights and Freedoms may be restricted by “such reasonable limits prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and democratic society”. The question now becomes, in the case of the Wuhan virus, whether or not our governments have done their due diligence by demonstrating to the people of Canada that the related, draconian lockdown measures they are imposing are both reasonable and required in our free and democratic society? The answer to this question is easy and is an emphatic “no”. It’s an easy answer as any demonstration of the efficacy of lockdowns would necessarily need to be prefaced by a reasoned debate that validated the benefits of such measures as being greater than the costs. As evidence mounts that the complete opposite is true, this has obviously not been done.

As the petition to police authorities above notes, we were duped into accepting very temporary limitations on our freedoms with the promise that they would return after we “flattened the curve”. This did not happen. The few weeks allotted to bolster our medical system turned into months of lockdowns and mask wearing. There was no debate and we were simply shoehorned into following the lockdown narrative of the Chinese Communist Party (CCP) and its sidekick, the WHO. More than this and as seen in last week’s update, medical professionals and experts, like Dr. Kulvinder Kaur Gill, were rebuffed as they tried to bring reasoned alternatives to the table. This is not how a government and its agencies, sworn to serve the people of Canada through the Queen, demonstrate the need to curtail rights. Indeed, it is the way to force tyranny upon them.

Rather than testing ideas in the crucible of objective reality, our governments have chosen to be rigid and hang tightly onto preferred narratives. These narratives are preferred as they are powerfully spun by big media, big tech and, of course, the full weight and authority of the CCP. So says Michael Senger who has fastidiously traced the origins of the lockdown mantra back to the Middle Kingdom. So we see poor Chinese citizens welded into their apartments while a man, allegedly spontaneously collapsing in the street, catches himself with outstretched arms. Something I have never seen in my 29 years of military service and innumerable cases where men on parade have collapsed in the ranks. It would seem that preferred, but false, narratives might very well be in charge of Canada’s Wuhan virus battle. One falsehood destroys a thousand truths?

Here a narrative, there a narrative


Unfortunately, it may not be just one false narrative that we are dealing with. Along with the “lockdown” strategy the whole notion of isolating in place until a vaccine arrives is also out there untested by reasoned debate. Governing authorities have been extremely recalcitrant in considering the role of therapeutics in keeping folks out of the hospital. Long standing and emerging data and science point to both hydroxychloroquine and ivermectin respectively as possibilities. The vaccine narrative, as well, suffers from spin that shrouds the experimental nature of the candidates now available - even as it muffles the possibility of dangerous side effects.

Those who would raise such vaccine concerns, like Drs. Gill and Gold, are summarily accused of being anti-vaxxers, inconsiderate and even unpatriotic. Dr. Gold and her Frontline Doctors group have expertly analysed the plusses and minuses of Wuhan virus vaccines and stress that their experimental nature is of great concern. Indeed, her group is adamant that such medical devices not be mandatory and their distribution be limited to those who stand to gain more than they could lose from vaccination. It should be noted that the experimental nature of these vaccines puts the Nuremburg Code of 1947 into play. This code, formulated on the heels of WWII and Nazi medical atrocities, calls for the “informed consent” of those participating in experimental medical initiatives to include “hazards that can be reasonably expected”. This code would go on to be incorporated in the U.N. International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR) that Canada has become a signatory to.

Article 7 of the ICCPR asserts the “informed consent” requirement but Article 4 is just as critical. This latter article assures informed consent regardless of the public emergency at hand and commits to limiting other breaches of civil liberties to the “extent strictly required by the exigencies of the situation”. It is here we see that officials can be overreaching when they call for vaccine non-recipients to be otherwise punished through mobility restrictions or public labeling and shaming. These officials, again, can be seen to be blindly pandering to the “lockdown/ vaccine” narrative at the expense of civil liberties that they are charged to protect on our behalf. These officials are on the wrong side of the ICCPR not to mention the Charter. They have become numerous in the current Wuhan virus scheme of things and they are highly placed. When was the last time, for example, that you heard any leader of a Party holding seats in the House of Commons speak against the “lockdown” narrative in favour of countervailing rights? Would you have to look outside of these parties to the leaders of the Christian Heritage Party and the People’s Party of Canada to find two? Forget about a global reset, do we need a national political reset much more?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Remarque! Signez la pétition du C3RF aux autorités policières canadiennes - arrêtez la tyrannie!


La pétition C3RF, ci-dessus, a-t-elle un impact? Il semblerait que ce soit le cas, puisque le service de police de Toronto a récemment publié une déclaration qui limite la capacité de ses agents à harceler les citoyens ordinaires. Le service rappelle à ses agents qu'ils n'ont pas le droit d'arrêter les conducteurs ou d'entrer dans les maisons sur la base de la récente loi ontarienne. Plus encore, il stipule que les citoyens ne sont pas obligés d'expliquer pourquoi ils sont hors de chez eux pendant la campagne "stay at home". Cet avis arrive au bon moment, car la police d'autres juridictions et leurs communautés se sont mises dans l'embarras, en maltraitant des citoyens en bonne santé, tant chez eux que dans la rue. Mais plus important encore, on peut considérer que les autorités policières de Toronto reconnaissent leur obligation de respecter la Charte canadienne des droits et libertés.

La Charte garantit aux citoyens l'accès à une « procédure régulière » et l'égalité de traitement devant la loi. Sans parler des droits de réunion, de mobilité et d'association dont les « verrouillages » du virus de Wuhan ont sommairement et arbitrairement aboli. Le fait que le service de police de Toronto prenne conscience de la nécessité de respecter ces garanties n'est pas une surprise. Après tout, la Loi sur la gestion des situations d'urgence de l'Ontario, comme son équivalent fédéral de 1985, indique clairement que rien dans cette loi n'autorise les agences à abroger ces droits. En effet, ce qui est surprenant, c'est le fait que tant d'autres juridictions bafouent ces garantiesavec l'approbation tacite de leurs dirigeants civils. Pour aggraver les choses, les juridictions qui autorisent volontairement leurs services de police à le faire encouragent en fait leurs agents à renier leur serment sacré et solennel de respecter la Charte.

C'est une distinction importante car leur serment les appelle à être loyaux envers la Reine et la Constitution du Canada - y compris sa charte. Il est également important de noter que la Reine, dans notre monarchie constitutionnelle, incarne tous les citoyens canadiens comme le « Nous » royal nous le rappelle. C'est notre garantie que les gouvernements qu'elle peut former sont "pour le peuple, par le peuple" et non pour un groupe ou une collectivité. C'est la garantie d'un « gouvernement responsable » qui voit les intérêts des citoyens pris en compte par des représentants politiques dévoués. En effet, la Constitution du Canada ne mentionne pas les partis politiques et encore moins l'autorité qu'ils pourraient exercer sur les gens du Canada? Ils n'ont pas le pouvoir d'ordonner à la police ou à l'armée de nous retirer les droits que nous confère la Charte - à l'exception des limites prévues par l'article 1 de la Charte elle-même. Les Canadiens ne sont ni serfs ni esclaves sur leur propre territoire.

L'article 1 de la Charte et les limitions « raisonnables » aux droits et libertés


L'article 1 de la Charte stipule que les droits et libertés garantis par la Charte peuvent être restreints « par des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique ». La question devient maintenant, dans le cas du virus de Wuhan, de savoir si nos gouvernements ont fait preuve de diligence raisonnable en démontrant à la population canadienne que les mesures de verrouillage draconiennes qu'ils imposent sont à la fois raisonnables et nécessaires dans notre société libre et démocratique? La réponse à cette question est un "non" catégorique facile. C'est une réponse facile car toute démonstration de l'efficacité des mesures de verrouillage devrait nécessairement être précédée d'un débat qui validerait que les avantages de ces mesures face à leurs coûts. Comme il est de plus en plus évident que les coûts dépassent les avantages, de toute évidence aucune étude n'a pas été faite.

Comme le note la pétition adressée aux autorités policières ci-dessus, nous avons été dupés en acceptant des limitations très temporaires de nos libertés avec la promesse que nos libertés reviendraient après que nous ayons "aplati la courbe". Cela ne s'est pas produit. Les quelques semaines allouées au renforcement de notre système médical se sont transformées en mois d'enfermement et de port de masque. Il n'y a pas eu de débat et nous avons simplement été contraints de suivre le récit du verrouillage du Parti communiste chinois (PCC) et de son complice, l'OMS. De plus, comme nous l'avons vu dans la mise à jour de la semaine dernière, les professionnels de la santé et les experts, comme le Dr Kulvinder Kaur Gill, ont été rejetés alors qu'ils essayaient de proposer des alternatives raisonnées. Ce n'est pas ainsi qu'un gouvernement et ses agences, qui ont juré de servir le peuple canadien par l'intermédiaire de la Reine, démontrent la nécessité de restreindre nos droits. En fait, c'est la façon de nous imposer la tyrannie.

Plutôt que de tester les idées par la réalité objective, nos gouvernements ont choisi d'être rigides et de s'accrocher à des récits préférés. Ces récits sont préférés car ils sont puissamment véhiculés par les grands médias, les grandes technologies et, bien sûr, par tout le poids et l'autorité du PCC. C'est ce que dit Michael Senger qui a minutieusement retracé les origines du mantra du verrouillage jusqu'à l'Empire du Milieu. Nous voyons donc de pauvres citoyens chinois enfermés dans leurs appartements alors que des hommes tombent dans les rues - même si ces derniers amortissent leurs chutes avec les mains tendues. Quelque chose que je n'ai jamais vu au cours de mes 29 ans de service militaire et d'innombrables cas où des hommes à la parade se sont effondrés dans les rangs. Il semblerait que des récits préférés, mais faux, pourraient très bien être à l'origine de la bataille contre le virus de Wuhan au Canada. Une fausseté détruit-elle mille vérités?

Ici un récit, là un récit


Malheureusement, il ne s'agit peut-être pas d'un seul faux récit. En plus de la stratégie de « verrouillage », l'idée d'isolement jusqu'à l'arrivée d'un vaccin n'a pas encore fait l'objet d'un débat raisonné. Les autorités gouvernementales ont été extrêmement récalcitrantes en ce qui concerne le rôle de la thérapeutique pour maintenir les gens hors de l'hôpital. Des données scientifiques anciennes et nouvelles indiquent que l'hydroxychloroquine et l'ivermectine sont toutes deux possibles. Le récit sur le vaccin souffre également d'un effet de vrille qui masque la nature expérimentale des candidats actuellement disponibles – tout étouffant la possibilité d'effets secondaires dangereux.

Ceux qui soulèvent de telles inquiétudes concernant les vaccins, comme les docteurs Gill et Gold, sont sommairement accusés d'être antivaccin, inconsidérés et même antipatriotiques. Le Dr Gold et son groupe de médecins de première ligne ont analysé de manière experte les avantages et les inconvénients des vaccins contre le virus de Wuhan et soulignent que leur nature expérimentale est très préoccupante. En effet, son groupe insiste pour que ces dispositifs médicaux ne soient pas obligatoires et que leur distribution soit limitée à ceux qui ont plus à gagner. Il convient de noter que la nature expérimentale de ces vaccins met en jeu le code de Nuremberg de 1947. Ce code, formulé dans la foulée de la Seconde Guerre mondiale et des atrocités médicales nazies, exige que le « consentement éclairé » des personnes participant à des initiatives médicales expérimentales inclue « les dangers auxquels on peut raisonnablement s'attendre ». Ce code sera ensuite incorporé dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies (PIDCP) dont le Canada est devenu signataire.

L'article 7 du PIDCP requiert l'exigence d'un « consentement éclairé », mais l'article 4 est tout aussi important. Ce dernier article garantit le consentement éclairé indépendamment de l'urgence publique en question et s'engage à limiter les autres violations des libertés civiles dans la « mesure strictement requise par les exigences de la situation ». C'est ici que nous voyons que les fonctionnaires peuvent aller trop loin lorsqu'ils demandent que les non-bénéficiaires de vaccins soient autrement punis par des restrictions de mobilité ou par l'étiquetage et l'humiliation du public. Là encore, on peut voir ces fonctionnaires se plier aveuglément au discours sur le « verrouillage et le vaccin » aux dépens des libertés civiles qu'ils sont chargés de protéger en notre nom. Ces fonctionnaires sont du mauvais côté du PIDCP, sans parler de la Charte. Ils sont devenus nombreux dans le contexte actuel du virus de Wuhan et ils sont très haut placés. Quand avez-vous entendu pour la dernière fois, par exemple, un chef de parti occupant un siège à la Chambre des communes s'élever contre le discours de « verrouillage » en faveur des droits individuels? Faudrait-il que vous regardiez en dehors de ces partis les chefs du Parti de l'héritage chrétien et du Parti populaire du Canada pour en trouver deux? Oubliez la réinitialisation globale, avons-nous besoin d'une réinitialisation politique nationale bien plus importante?


Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon