C3RF Member Update - 25 Sept, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Thanks


A heartfelt thank you to all who participated in the “political reset” letter-writing campaign. Recall that it was initiated in opposition to the disastrous “economic reset” that was portended to be part and parcel of the Liberal government’s Throne Speech of 23 September 2020. The “reset” intended to take Canada down the path of centralized planning away from our successful free market economy – all in the name of a “new green deal”. After all, what better time to contemplate striking off into a totally new direction than in the midst of an economy-crushing pandemic!

At the time of penning this update, it was not known whether or not the Liberals will have made good on their threat to reset Canada or used the Throne Speech to address concerns closer to the hearts of Canadians. Either way, there can be little doubt your letters were seen as a concrete illustration of the angst felt by the majority of Canadians in this very difficult time. By way of example, a recent Ipsos poll indicated that the overwhelming majority of citizens were most concerned by the pandemic, getting people back to work and dealing with the ballooning debt. By comparison, the number wanting to deal with going “green” and addressing matters related to race, inclusion and equality was miniscule. As letter-writer Paula told her Member of Parliament Tony Van Bynen, representing the riding of Newmarket-Aurora, do your job, represent your constituents and do the right thing by them rather than the ethically challenged Liberal leadership. Here’s her letter:


Mr. Van Bynen,


I am writing to implore you not to vote in favour of the upcoming throne speech. It guarantees generational debt, energy poverty and the collapse of our natural resource industries without any parliamentary debate or discussion. Green energy programs have been a disaster in Ontario under Kathleen Wynne and in the US. I cite the rolling blackouts and wildfires in California and the billions wasted on Solyndra by the Obama administration.


You did not receive a mandate to govern based on these policies. Your duty lies with your constituents not with a corrupt enterprise that has been under investigation since coming into power. Just for once, please do the right thing.


Yours truly,


Paula C

It may be that Paula’s remonstrations, combined with national polling, made the government-of-the-day think twice about putting Canada on a green, socialist footing characterized by despots picking economic winners and losers. If they did, we may yet have an opportunity to rationally debate where Canada goes next. If not and if the Throne Speech sets us on the path to serfdom, we have proof-positive that we are dealing with a political leadership wedded to an ideology that seeks to re-imagine a world divorced from reality.

Critical Race Theory – the ideology of division


There can be little doubt that the current government is more than just a dabbler when it comes to operationalizing Critical Race Theory. The theory is a neo-Marxist construct that came out of the Frankfurt School in the early 20th century. This adaptation was genius in the way in which it mutated the Marxist concept of oppressed v oppressor from a “class” to a “social inequality” struggle. Accordingly, the Bourgeoisie was replaced by the Judeo-Christian power structure while the Proletariat became the “identifiable” minority group. The Liberal Party moved quickly subsequent to its 2015 election victory to set the “identity politics” table with its Motion M-103, an initiative that proclaimed the country to be rife with “systemic racism” and “religious discrimination” and then moved on to shovel millions into related programs to fight Islamophobia and alleged racial oppression. Through budgetary sleights of hand, some $45 million were directed to “racialized” advocacy groups on the unsubstantiated premise that past injustices persist to the present day and must be recompensed. And so, we saw diversity proclaimed as a strength even as historical scabs were picked at and money was thrown at “identifiable groups”.

The latest example of funding the “oppressed” sees the black community awarded some $93 million to help appropriately coloured entrepreneurs with their business ventures. Problem is and as seen first hand south of the border, such biased treatment only accentuates differences between communities rather than unite them around common values and shared goals. These differences are then amplified through institutional Critical Race Training programs that have proliferated throughout media, academic and even political institutions in the West. So powerful have these programs and their sponsors become that mere mortals, including your political representative, walk in fear of being bullied by their recriminations and charges of racism. All except for a very few.

Trump strikes back


Say what you will about President Trump but you certainly can’t say that he walks in fear. Witness his very recent Executive Cease and Desist Order that commanded federal agencies to stop using taxpayer dollars to train civil servants in a fashion that undercuts “our core values as Americans” through “divisive, un-American propaganda training sessions”. And so, for the first time in decades an American president has challenged the pre-eminence of identity politics and actually moved against its signature method of transmission - Critical Race Training. This is a monumental move and has the feel of a “Mr Gorbachev tear down this wall” moment. Could it be that we are on the verge of a new world free from the baseless assertion that Americans live in a systemically racist country under the thumb of white supremacists? Is there a chance that the same relief will be afforded Canada? Who would speak out on its behalf north of the border?

M. Trudeau, tear down this wall


When it comes to tearing down the wall of Canadian identity politics it certainly will not be M. Trudeau who brings it tumbling down. As discussed above, his tenure of leadership has been one, long, sustained effort to keep us at each other’s throats. Motion M-103, Summer Jobs Programs that leave out the wrong-thinkers and economic resets that leave whole regions of the country in the dumpster are just a few cases in point. If we look for persons brave enough to speak out for a Canada united under a proven set of enlightened principles, we can find a few. Salim Mansur is one such individual.


Retired Professor Emeritus Salim Mansur has taken President Trump’s lead and given it a Canadian context. In a recent short article, he has written on the dead-end that is diversity training. He does so from a personal experience as both a tenured university professor and an immigrant from a country torn by racial and sectarian strife. In his article, “The Road to Communist Hell is Paved with ‘Social Justice’", he notes that:


  • multicultural policy formulation was carried out as early as the 1970’s and was seen as a positive means of promoting a mixed population society;

  • diversity training programs were instituted in aid of multiculturism on university campuses across the country and were accompanied by “grievance councillors”;

  • in the 1970’s an 80’s a new intellectual elite came to the fore and with it the institutionalization of diversity training augmented by Critical Race Theory. In effect, diversity training had morphed into Marxist indoctrination;

  • the history taught by Critical Race Training was turned upside down to make Western societies as culpable and oppressive as the fascist and totalitarian states they fought and defeated a few decades earlier;

  • diversity training and multiculturalism became cudgels in a culture war “waged by intellectuals in a free society against the culture of freedom”; and

  • a half-century after the inception of multiculturalism and diversity training, we now see Marxist thinking attacking traditional values associated with family, religion, marriage, child-rearing, sanctity of life and protection of the unborn and stripping them of their long-held meaning through legislation and judicial activism.


It looks like the American people did themselves a favour when they elected Donald Trump to fight on their behalf in the cultural war against neo-Marxist identity politics and Critical Race Theory. Will Canadians now do themselves the favour of electing like-minded warriors to fight on their behalf? Warriors like Salim Mansur?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Merci


Un grand merci à tous ceux qui ont participé à la campagne épistolaire de «réinitialisation politique». Rappelons qu'elle a été lancée en opposition à la désastreuse «réinitialisation économique» qui est censée faire partie intégrante du discours du Trône du gouvernement libéral du 23 septembre 2020. Cette «réinitialisation» vise à éloigner le Canada de notre économie de marché vers la planification centralisée, au nom d'un «nouveau pacte vert». Après tout, quel meilleur moment pour envisager de s'engager dans une toute nouvelle direction qu'au beau milieu d'une pandémie qui écrase l'économie!

Au moment de la rédaction de cette mise à jour, nous ne savons pas si les libéraux donneront ou non suite à leur menace de réinitialiser le Canada ou s'ils utiliseront le discours du Trône pour répondre aux véritables préoccupations des Canadiens. Quoi qu'il en soit, il ne fait aucun doute que vos lettres ont été perçues comme une illustration concrète de l'angoisse ressentie par la majorité des Canadiens en ces temps très difficiles. À titre d'exemple, un récent sondage Ipsos a indiqué que l'écrasante majorité des citoyens est très préoccupée par la pandémie, la remise au travail et la dette croissante. En comparaison, le nombre de personnes qui souhaitent se mettre au « vert » et s'attaquer aux questions raciales et celles liées à l'inclusion et à l'égalité est minuscule. Comme l'a dit Paula à son député Tony Van Bynen, représentant la circonscription de Newmarket-Aurora, faites votre travail, représentez vos électeurs et faites ce qu'il faut pour eux, plutôt que de vous en remettre à votre leadership libéral à l'éthique douteuse. Voici sa lettre:

M. Van Bynen,


Je vous écris pour vous implorer de ne pas voter en faveur du prochain discours du Trône. Il garantit la dette générationnelle, la pauvreté énergétique et l'effondrement de nos industries de ressources naturelles sans aucun débat ou discussion parlementaire. Les programmes d'énergie verte ont été un désastre en Ontario sous la direction de Kathleen Wynne et aux États-Unis. Je cite les pannes d'électricité et les incendies de forêt en Californie et les milliards gaspillés pour Solyndra par l'administration Obama.


Vous n'avez pas reçu de mandat pour gouverner sur la base de ces politiques. Votre devoir est envers vos électeurs et non envers une administration corrompue qui fait l'objet d'une enquête depuis son arrivée au pouvoir. Pour une fois, faites ce qu'il faut.


Je vous prie d'agréer, cher Monsieur, l'expression de ma haute considération,


Paula C.

Il se peut que les remontrances de Paula, combinées aux sondages nationaux, aient fait réfléchir le gouvernement actuel avant de mettre le Canada sur un pied vert et socialiste caractérisé par des mandarins despotiques qui choisissent des gagnants et des perdants économiques. Si nos dirigeants ralentissent leurs élans dictatoriaux, nous aurons peut-être encore l'occasion de débattre rationnellement la prochaine étape pour le Canada. Sinon, et si le discours du Trône nous met sur la voie du servage, nous avons la preuve - irréfutable - que nous avons affaire à un leadership politique attaché à une idéologie qui cherche à réimaginer un monde détaché de la réalité.

Critical Race Theory - l'idéologie de la division


Il ne fait aucun doute que le gouvernement actuel est plus qu'un simple barbouilleur lorsqu'il s'agit de rendre opérationnelle la Critical Race Theory, (littéralement «théorie critique de la race»). Cette théorie est une construction néo-marxiste issue de l'école de Francfort au début du XXe siècle. Cette adaptation a été géniale dans la manière dont elle a fait muter le concept marxiste d'opprimé contre oppresseur d'une lutte des «classes» à une lutte «d' inégalité sociale». En conséquence, la bourgeoisie a été remplacée par la structure d'un pouvoir judéo-chrétienne tandis que le prolétariat est devenu le groupe minoritaire «identifiable». Après sa victoire aux élections de 2015, le Parti libéral a rapidement mis sur table une «politique identitaire» avec sa motion M-103, une initiative qui a proclamé que le pays était en proie à un « racisme systémique » et à une «discrimination religieuse», puis a investi des millions de dollars dans des programmes connexes pour lutter contre l'islamophobie et la prétendue oppression raciale. Grâce à des tours de prestidigitation budgétaires, quelque 45 millions de dollars ont été alloués à des groupes de défense « racialisés », en partant du principe non fondé que les injustices passées persistent encore aujourd'hui et doivent être réparées. Ainsi, nous avons vu la diversité proclamée comme une force, même si cela ne fait que rouvrir de vieilles cicatrices et gaspiller de l'argent sur des «groupes identifiables».

Le dernier exemple de financement des « opprimés » est l'octroi par la communauté noire de quelque 93 millions de dollars pour aider les entrepreneurs noirs à réaliser leurs projets commerciaux. Le problème est que, comme on le voit directement au sud de la frontière, ce traitement biaisé ne fait qu'accentuer les différences entre les communautés au lieu de les unir autour de valeurs et d'objectifs communs. Ces différences sont ensuite amplifiées par les programmes institutionnels de formation à la critique raciale qui ont proliféré dans les médias, les institutions universitaires et même politiques dans tout l'Occident. Ces programmes et leurs commanditaires sont devenus si puissants que de simples mortels, y compris votre représentant politique, marchent dans la crainte d'être intimidés par leurs récriminations et leurs accusations de racisme. Tous sauf quelques-uns.

Trump riposte


Dites ce que vous voulez sur le président Trump, mais vous ne pouvez certainement pas dire qu'il est une poule mouillée. En témoigne son tout récent décret de cessation et d'interdiction qui ordonne aux agences fédérales de cesser d'utiliser l'argent des contribuables pour former des fonctionnaires d'une manière qui porte atteinte à «nos valeurs fondamentales en tant qu'Américains» par le biais de «séances de formation à une propagande anti-américaine qui sèment la discorde». Ainsi, pour la première fois depuis des décennies, un président américain a remis en question la prééminence de la politique identitaire et s'est même opposé à son mode de transmission préféré - le Critical Race Training. Il s'agit d'un geste monumental qui a l'allure du «M. Gorbatchev, abattez ce mur» du président Reagan. Se pourrait-il que nous soyons à l'aube d'un nouveau monde libéré de l'affirmation sans fondement selon laquelle les Américains vivent dans un pays systématiquement raciste sous le joug de la suprématie blanche? Se pourrait-il que le Canada soit aussi soulagé de cette maladie? Qui peut le faire ici au nord de la frontière?

M. Trudeau, abattez ce mur


Lorsqu'il s'agira d'abattre le mur de l'identité politique au Canada, ce n'est certainement pas M. Trudeau qui le fera tomber. Comme nous l'avons vu plus haut, son mandat à la tête du pays a été un effort long et soutenu pour nous maintenir à la gorge les uns des autres. La motion M-103, les programmes d'emplois d'été qui laissent de côté les «mauvais penseurs» et les réajustements économiques qui laissent des régions entières du pays à la poubelle, n'en sont que quelques exemples. Si nous cherchons des personnes assez courageuses pour s'exprimer en faveur d'un Canada uni par un ensemble de principes qui ont fait leurs preuves, nous pouvons en trouver quelques-unes. Salim Mansur est l'une de ces personnes.


Le professeur émérite à la retraite Salim Mansur à l'instar du président Trump nous explique tous ces phénomènes dans le contexte canadien. Dans un bref récent article, il a écrit sur l'impasse qu'est la formation à la diversité. Il le fait à partir d'une expérience personnelle en tant que professeur titulaire d'université et immigrant d'un pays déchiré par des conflits raciaux et sectaires. Dans son article, «La route de l'enfer communiste est pavée de «justice sociale»», il note que:

  • La formulation d'une politique multiculturelle a été menée dès les années 1970 et a été considérée comme un moyen positif de promouvoir une société à population mixte;

  • Des programmes de formation à la diversité ont été mis en place pour favoriser le multiculturalisme sur les campus universitaires de tout le pays et ont été accompagnés par des «conseillers en matière de griefs»;

  • Dans les années 70 et 80, une nouvelle élite intellectuelle est apparue et avec elle l'institutionnalisation de la formation à la diversité, renforcée par la Critical Race Theory. En effet, la formation à la diversité s'était transformée en endoctrinement marxiste;

  • l'histoire enseignée par le Critical Race Training a été bouleversée pour rendre les sociétés occidentales aussi coupables et oppressives que les états fascistes et totalitaires qu'elles ont combattus et vaincus quelques décennies plus tôt;

  • la formation à la diversité et le multiculturalisme sont devenus les piliers d'une guerre culturelle «menée par les intellectuels dans une société libre contre la culture de la liberté»; et

  • un demi-siècle après le début du multiculturalisme et de la formation à la diversité, nous voyons aujourd'hui la pensée marxiste s'attaquer aux valeurs traditionnelles associées à la famille, à la religion, au mariage, à l'éducation des enfants, au caractère sacré de la vie et à la protection des futurs bébés et dépouiller ces valeurs traditionnelles de leur sens ancien par la législation et l'activisme judiciaire. .


Il semble que le peuple américain s'est fait un cadeau en élisant Donald Trump pour se battre en son nom dans la guerre culturelle contre la politique identitaire néomarxiste et la «Critical Race Theory.» Les Canadiens vont-ils maintenant eux aussi élire des politiciens aux vues similaires pour se battre en leur nom? Des guerriers comme Salim Mansur?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





Canadiancitizens.org - Russ Cooper · Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada
Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon