C3RF Update, 01 Apr 2022 – One Stop Tyrant Shop


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF’s “One Stop Tyrant Shop

 

A narrative is a narrative is a…


And he causeth all, both small and great, rich and poor, free and bond, to receive a mark in their right hand or in their foreheads, that no man might buy or sell, save he that had the mark or the name of the beast or the number of his name. Revelation 13: 16, 17


Many found last week’s “update” a bit of an eye-opener. Recall that it strung together a bunch of dots that, when joined, presented themselves in the form of a CCP-style social credit system. The whole enterprise was contingent upon the preservation of a vaccine mandate system that enabled the development of related passports which, in turn, drove the need for a globalized digital ID that allowed for seamless, worldwide travel. Problem was, this digital ID system also supported the rollout of a Central Bank Digital Currency that, hand-in-hand with a Universal Annual Income (UAI), could be programmed to control what you could, or could not, buy. Oh, what a tangled web! Welcome to Canada’s new social credit system?

Will Canada soon have a social credit system in common with China?

The proof is in the pudding when it comes to the preservation of sacrosanct and foundational vaccine mandates. That pudding was evidenced last week in the form of an opposition party motion to rid the nation of this scourge and the proof was its brusque defeat by the Liberal-NDP ruling junta. The economic hardship, including the job losses suffered by federally mandated workers in the transportation sector, mattered not. Indeed, the Health Minister boldly stated that “400,000 additional Canadians would have died in 2021” if it were not for these same vaccine mandates. As has become standard practice, however, the Minister offered no evidence for his assertion and left Johnny and Janey Canuck with the impression that a narrative expressed is a narrative proved. A hard sell given the incontrovertible fact that current vaccines do not prevent infection or transmission of virus variants that are now in circulation.

Minister of Health Duclos, the narrative is proof enough for vaccine mandates?

Come to think of it, the notion that a narrative, forcefully asserted, is all that is needed to prove an argument has been with us for some time now. I recall coming to this realization on my return to Canada from the Federal Republic of Germany (West Germany) in the summer of 1991. My young family and I had spent most of the eighties overseas on CF104 and CF18 squadrons with the latter tour of duty accommodating a combat tour in the First Persian Gulf War. The Canada I returned to was full of new narratives including those associated with “climate change”. This narrative was sparked by the Rio de Janeiro Earth Summit of 1992 and was reinforced by the Kyoto Protocol of 1997. Canadians figured heavily into the related deliberations with Maurice Strong leading the charge. This new narrative determined that greenhouse gases (GHG), with carbon dioxide in the forefront, were the problem and that was that.

Canadian Maurice Strong, first Executive Director of the UN Environmental Program
 

Settled Science


The rollout of the “climate change” initiative, and other uncontestable narratives, is of great interest to those who harbour concerns over the loss of personal liberties. The narrative itself is not the concern but, rather, the process used to secure it as the one and only truth. The process, as witnessed in the “global warming” case, involves the relentless repetition of the narrative even as challenges to questionable, underpinning assumptions and data are swept aside. It matters not, for instance, that the United States government’s own Global Change Research Program has been spectacularly wrong with its “climate change” assessments and prognostications. This can be clearly seen in its year 2000 report that predicted a one degree warming in the United States by the year 2020. This was more than twice that actually experienced but, unless we are willing to sustain ad hominem attack after attack, we are asked to not believe our lying eyes. Indeed, climate scientists and experts need to stay within the boundaries of “settled science” if they wish to access the considerable sums of money that flow from toeing the accepted line. In a similar fashion, we see other bully narratives at work to secure particular initiatives while denying countervailing observations and even facts. These narratives are everywhere and confound the ability to bring objective reality and learned experience to the marketplace of ideas.

Hand down please, no countervailing ideas allowed!

The lobotomy procedure of the 1940s and 50s stands as one example of the harms that can be visited upon society by “settled science”. Its initiator, Egas Moniz, believed that patients with obsessive behaviour suffered from “fixed circuits in the brain” that could be disrupted with the cutting of connections between the frontal lobes and the rest of the brain. The procedure became a mainstream of psychiatry with thousands performed in the most advanced nations of the world. Success, however, was short lived as patients were followed up and found to be “totally ruined as social human beings”. Settled science turned out to be bad science once the longer-term effects were taken into consideration. Somewhat akin to our evolving experiences with Wuhan virus vaccines?

Egas Moniz, 1949 Nobel Prize winner for lobotomy

One could be forgiven for seeing parallels between the dangers of past and present bouts of “settled science”. Now as then we see initiatives, like vaccine mandates, operating with a blind eye to possible consequences in the near and longer term. Indeed, when the whole of the Canadian public health approach to dealing with the Wuhan virus is contrasted with jurisdictions that took the time to consider consequences, we are left gobsmacked. And so it is that after five successive, seasonally primed waves of contagion we insist on visiting further damage on the Canadian economy, social psyche and personal liberties by doing the same thing all over again with continuing, failed strategies – including lockdowns and vaccine mandates. All this even as countries like Sweden, who considered the related consequences and never went down a “settled science” path, employed known, hard-won epidemiological science to defeat the virus. Would Canada have been much better off with the likes of Anders Tegnell at the helm of its public health agency?

Wuhan virus hero and state epidemiologist of Sweden, Anders Tegnell
 

One Stop Tyrant Shop


Vaccine mandates continue to be the order-of-the-day despite solid evidence that they accomplish little even as they divide. Perhaps it’s time to take a step back and view them as a part of a discernible pattern that presents a very real risk to both personal and national sovereignty. Viewed in this light, the mandates exist as an extension of a long line of liberty-crushing initiatives that have been sold to us through unchallengeable, but false, narratives. Narratives that have evaded a full and proper investigation. Would a “One Stop Tyrant Shop”, replete with the various measures, actions and decisions that are part and parcel of these narratives be helpful in allowing us to better perceive the path we are being driven down and where it leads?

Would a One Stop Tyrant Shop be helpful?

The idea of a “One Stop Tyrant Shop” was originally floated by Greg Hill in a recent C3RF “In Hot” interview. Greg hails from the “Free to Fly” civil liberties organization and is in the midst of walking the talk regards vaccine mandates by virtue of losing his job as an airliner pilot because of them. His thought was to give Canadians a chance to put the gradual loss of their Charter rights and freedoms in perspective with an historical overview of measures, actions and decisions that have whittled them away bit by bit. Given that his idea was, no doubt, prompted by the impact of vaccine mandates on his own flying career, I guess we can say that these mandates do have a silver lining. The silver lining lies in the fact the mandates are embedded within a Wuhan virus narrative that is so stunningly irrational and stupid that we can’t help but notice and question it – in spite of being bullied and cancelled for doing so.

Greg Hill floats the "One Stop Tyrant Shop" idea on an “In Hot” interview

C3RF has an advantage when it comes to casting back over the cavalcade of measures, actions and decisions that have brought Canadians to the precipice of losing their individual and fundamental Charter rights and freedoms. This advantage comes by virtue of the fact that we have been observing and chronicling these developments since shortly after the organization formed in 2017. Specifically, C3RF “updates”, issued on a nearly weekly basis since that time frame, provide an ideal venue for culling and collating reports on these raids on our personal sovereignty and our nation’s best interests. Accordingly, this information has been accessed and tabulated for your review and will, hopefully, give you an opportunity to more easily see the path that we are on. A path that leads to serfdom?

 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez! Le « One Stop Tyrant Shop » de C3RF

 

Un récit est un récit est un récit est un...


Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. Apocalypse 13 : 16,17


La « mise à jour » de la semaine dernière a été pour beaucoup une révélation. Rappelons qu'elle rassemblait un ensemble de points qui, une fois assemblés, se présentaient sous la forme d'un système de crédit social de type PCC. Toute l'entreprise était subordonnée à la préservation d'un système de mandat de vaccination qui a permis le développement de passeports qui, à leur tour, ont suscité le besoin d'une identité numérique mondialisée permettant de voyager dans le monde entier sans interruption. Le problème était que ce système d'identification numérique soutenait également le déploiement d'une monnaie numérique de la banque centrale qui, associée à un revenu annuel universel (RAU), pouvait être programmée pour contrôler ce que vous pouvez, ou ne pouvez pas, acheter. Oh, quel enchevêtrement! Bienvenue dans le nouveau système de crédit social du Canada?

Le Canada aura-t-il bientôt un système de crédit social comme la Chine?

La preuve est faite lorsqu'il s'agit de préserver les mandats sacro-saints et fondamentaux en matière de vaccins. La preuve en a été faite la semaine dernière sous la forme d'une motion de l'opposition visant à débarrasser le pays de ce fléau et la preuve en a été sa défaite brutale par la junte libérale-néo-démocrate au pouvoir. Les difficultés économiques, y compris les pertes d'emploi subies par les travailleurs mandatés par le gouvernement fédéral dans le secteur des transports, n'avaient aucune importance. En effet, le ministre de la Santé a déclaré avec audace que « 400 000 Canadiens de plus seraient morts en 2021 » si ce n'était de ces mêmes mandats de vaccination. Cependant, comme c'est devenu une pratique courante, le ministre n'a fourni aucune preuve de son affirmation et a laissé le public avec l'impression qu'un récit exprimé est un récit prouvé. Un argument difficile à promouvoir étant donné le fait incontestable que les vaccins actuels ne préviennent pas l'infection ou la transmission des variantes du virus qui sont maintenant en circulation.

Ministre de la Santé Duclos, le récit est une preuve suffisante pour imposer les vaccins?

À bien y penser, la notion selon laquelle un récit, affirmé avec force, est tout ce qui est nécessaire pour prouver un argument, existe depuis un certain temps déjà. Je me souviens d'en avoir pris conscience à mon retour au Canada de la République fédérale d'Allemagne (Allemagne de l'Ouest) à l'été 1991. Ma jeune famille et moi avions passé la majeure partie des années 80 à l'étranger, dans les escadrons de CF104 et de CF18, cette dernière affectation m'ayant permis de participer à la première guerre du Golfe Persique. Le Canada que j'ai retrouvé à mon retour était rempli de nouveaux récits, notamment ceux associés au « changement climatique ». Ce récit a été déclenché par le « Sommet Planète Terre » de Rio de Janeiro en 1992 et a été renforcé par le Protocole de Kyoto en 1997. Les Canadiens ont joué un rôle important dans les délibérations, Maurice Strong en étant le chef de file. Ce nouveau discours a déterminé que les gaz à effet de serre (GES), au premier rang desquels le dioxyde de carbone, étaient « le » problème, et c'est tout.

Le Canadien Maurice Strong, premier directeur exécutif du programme environnemental des Nations Unies
 

La science officielle


Le déploiement de l'initiative sur le « changement climatique », et d'autres récits incontestables, présente un grand intérêt pour ceux qui s'inquiètent de la perte des libertés individuelles. Ce n'est pas le récit lui-même qui est en cause, mais plutôt le processus utilisé pour le faire passer pour la seule et unique vérité. Le processus, comme on l'a vu dans l'affaire du « réchauffement climatique », implique la répétition incessante du récit, même si les contestations des hypothèses et données sous-jacentes douteuses sont balayées. Peu importe, par exemple, que le programme de recherche sur le changement global du gouvernement américain se soit spectaculairement trompé dans ses évaluations et pronostics sur le « changement climatique ». On le voit clairement dans son rapport de l'an 2000 qui prévoyait un réchauffement d'un degré aux États-Unis d'ici 2020. Ce réchauffement était plus de deux fois supérieur à celui qui s'est réellement produit, mais, à moins que nous ne soyons prêts à subir attaque ad hominem après attaque, nous sommes invités à ne pas croire nos yeux qui mentent. En effet, les scientifiques et les experts du climat doivent rester dans les limites de la « science officielle» s'ils veulent accéder aux sommes considérables d'argent qui découlent de la conformité à la ligne acceptée. De la même manière, nous voyons d'autres récits d'intimidation à l'œuvre pour obtenir des initiatives particulières tout en niant les observations contraires et même les faits. Ces récits sont omniprésents et empêchent d'apporter la réalité objective et l'expérience acquise sur le marché des idées.

Aucune idée contraire n'est autorisée, inutile de lever la main!

La lobotomie pratiquée dans les années 1940 et 1950 est un exemple des dommages que la « science établie et officialisée » peut causer à la société. Son initiateur, Egas Moniz, pensait que les patients présentant un comportement obsessionnel souffraient de « circuits fixes dans le cerveau » qui pouvaient être perturbés en coupant les connexions entre les lobes frontaux et le reste du cerveau. La procédure est devenue un courant dominant de la psychiatrie, avec des milliers d'interventions réalisées dans les nations les plus avancées du monde. Cependant, le succès est de courte durée, car les patients sont suivis et se révèlent être « totalement ruinés en tant qu'êtres humains sociaux ». La science établie s'est avérée être une mauvaise science une fois que les effets à long terme ont été pris en considération. Un peu comme l'évolution de nos expériences avec les vaccins du virus Wuhan?

Egas Moniz, lauréat du prix Nobel 1949 pour la lobotomie

On pourrait être pardonné de voir des parallèles entre les dangers des épisodes passés et présents de « science établie et officialisée ». Aujourd'hui comme hier, nous voyons des initiatives, comme les mandats de vaccination, fonctionner sans tenir compte des conséquences possibles à court et à long terme. En effet, lorsque l'on compare l'ensemble de l'approche de la santé publique canadienne face au virus de Wuhan à celle des juridictions qui ont pris le temps d'envisager les conséquences, on reste bouche bée. Et c'est ainsi qu'après cinq vagues de contagion successives, déclenchées par les saisons, nous insistons pour infliger d'autres dommages à l'économie canadienne, à la psyché sociale et aux libertés individuelles en refaisant la même chose avec des stratégies qui continuent d'échouer - y compris les confinements et les mandats de vaccination. Tout cela alors même que des pays comme la Suède, qui ont tenu compte des conséquences et n'ont jamais suivi la voie de la « soit disant science établie », ont utilisé une science épidémiologique connue et durement acquise pour vaincre le virus. Le Canada se serait-il mieux porté avec des gens comme Anders Tegnell à la tête de son agence de santé publique?

Le héros du virus de Wuhan et l'épidémiologiste de la Suède, Anders Tegnell
 

Une seule étape pour les tyrans


Les mandats de vaccination continuent d'être à l'ordre du jour malgré les preuves solides qu'ils n'accomplissent pas grand-chose et nous divisent. Il est peut-être temps de prendre un peu de recul et de les considérer comme faisant partie d'un schéma discernable qui présente un risque très réel pour la souveraineté personnelle et nationale. Vu sous cet angle, les mandats sont le prolongement d'une longue série d'initiatives liberticides qui nous ont été vendues à travers des récits incontestables, mais faux. Des récits qui ont échappé à une enquête complète et appropriée. Un « guichet unique du tyran » comprenant les diverses mesures, actions et décisions qui font partie intégrante de ces récits, serait-il utile pour nous permettre de mieux percevoir la voie dans laquelle nous sommes engagés et où elle nous mène?

Un guichet unique pour les tyrans serait-il un concept utile?

L'idée d'un « guichet unique pour les tyrans » a été lancée par Greg Hill lors d'une récente interview « In Hot » du C3RF. Greg est issu de l'organisation de défense des libertés civiles « Free to Fly » et est en train de joindre le geste à la parole en ce qui concerne les mandats de vaccination, puisqu'il a perdu son emploi de pilote de ligne à cause de ces mandats. Son idée était de donner aux Canadiens une chance de mettre en perspective la perte progressive de leurs droits et libertés garantis par la Charte, grâce à un aperçu historique des mesures, des actions et des décisions liberticides. Étant donné que son idée a sans doute été inspirée par l'impact des mandats de vaccination sur sa propre carrière de pilote, je suppose que nous pouvons dire que ces mandats ont un côté positif. Le bon côté des choses réside dans le fait que les mandats sont intégrés dans un récit sur le virus de Wuhan qui est tellement irrationnel et stupide que nous ne pouvons pas nous empêcher de le remarquer et de le remettre en question - même si nous sommes malmenés et « cancelled » pour l'avoir fait.

Greg Hill lance l'idée d'un « guichet unique pour les tyrans » dans une interview « In Hot ».

C3RF a un avantage lorsqu'il s'agit de jeter un regard en arrière sur la cavalcade de mesures, d'actions et de décisions qui ont amené les Canadiens au précipice de la perte de leurs droits et libertés individuels et fondamentaux garantis par la Charte. Cet avantage vient du fait que nous observons et chroniquons ces développements depuis la formation de l'organisation en 2017. Plus précisément, les « mises à jour » du C3RF, publiées sur une base presque hebdomadaire depuis cette période, constituent un lieu idéal pour rassembler et classifier les rapports sur ces raids contre notre souveraineté personnelle et les meilleurs intérêts de notre nation. En conséquence, ces informations ont été consultées et compilées pour votre examen et vous donneront, je l'espère, l'occasion de voir plus facilement le chemin que nous empruntons. Un chemin qui mène au servage?

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags