C3RF Update, 04 Nov 2022 – Cattle drive


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! Review and participate in Version 15.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Read! Declaration for the promotion of truth

 

The round up


If a “round up” can be defined as corralling a collection of animals into enclosures for a particular purpose then Canadians can easily imagine themselves as the new livestock. It’s an easy analogy to make given the past almost-three-years of incessant whining by authorities of all stripes to “follow the science” as they concurrently prod us away from each other and into enclosures dispensing one-size-fits-all vaccination programs. It’s this or suffer the consequences of your, supposedly, uncoerced choices and lose your job, your ability to travel or even your kids as you obstinately put the public good and the public health at risk. To make matters worse, those livestock that have the temerity to wander off away from the cattle drive are left defenseless as attempts to justify their well-considered, but contrary, ways are met with obfuscation and outright ad hominem attack by controlling authorities and agencies alike. These strays are cancelled and belittled.

Some “strays” in present-day Canada refuse to be corralled

The fact that the roundup has been continuing apace for some time now is evidenced by C3RF’s own “One Stop Tyrant Shop”. This chronicling of overreaching dictates, edicts and mandates that work to carve out traditional, freedom-minded citizens from the herd of their more pliant counterparts is compiled from C3RF “Update” observations extending from 2018 to the present day. The current version, version 15, is a stunning 42 pages long and is growing as we speak. Indeed, the latest additions to this ever-expanding compilation of draconian measures and insults aimed at everyday Canadians include:

For the strays that refuse to be rounded by self-declared wranglers for whatever reason, the size and accelerating growth of the “One Stop Tyrant Shop” comes as no surprise. They believe what their own eyes see and have long recognized the current Canadian regime to be unconstrained by any check or balance. They see their executive, legislative and judicial bodies arrayed against them to pursue political power over and above any need to enable a “representative democracy”. They see a juggernaut that has lost all respect for the individual Charter rights of a formerly free people. For those moving along in the midst of the cattle drive, the mere size of the “Shop” comes as a shock to the system as, like a frog in pot of gradually heated water, they are beginning to see bubbles roiling around them.

Is it too late for the Canadian frog in a pot?

Canadian authorities have tried to play the long game by gradually cranking up the heat on Canadian civil liberties. In doing so, they likely perceived it was the best way to achieve the desired outcome of moving the country away from the individual liberties, meritocracy and free markets characteristic of a Western liberal democracy towards one that is centrally controlled by an “expert” class. This process has been facilitated by the creation of a supporting superstructure of legislation girded by judicial pronouncements that act to curtail any opposition, let alone debate. And so we see Bills C-11, C-18 and C-261 promulgated to curtail and shape what you can say in the public square even as the authors of such legislation give themselves the arbitrary power to define just what is acceptable when it comes to thinking and communicating. As if this wasn’t bad enough, the same NDP-sponsored government is floating a new law by way of Bill C-23 that would see climate cops given the power to conduct warrantless searches and seizures in the name of protecting the environment. Is it all becoming just a little too obvious? Even to those in the midst of the cattle drive?

Is Canada's descent into despotism getting just too obvious?
 

The rising


The rising sense that all is not going in accordance with “rule of law” principles that purport to dispense justice equally is being fuelled by a consistent barrage of biased and divisive actions foisted upon the public, and individual citizens, by the powers-that-be. The sheer number of these edicts, mandates and decrees, many of which escape any legislative process as noted in the “One Stop Tyrant Shop”, prompts the question: is it all about rewarding friends and punishing enemies? What to think when:

  • Tamara Lich is shackled and denied bail for “mischief” charges related to the Freedom Convoy 2022 protests while the return from Syria of alleged ISIS terrorists is celebrated by Canadian media and public safety officials. Tamara is chopped liver while the latter have Charter rights and must be removed from “sub-human conditions” in Syria;

  • Ex-Minister Bev Oda was harassed into resigning from office for hotel costs and a $16 orange juice while the same chattering classes poo-poo efforts to draw back the curtain on $6000 hotel rooms claimed by government officials during the Queen’s funeral proceedings; and

  • The Canadian legal and political systems move heaven and earth to patriate a self-confessed terrorist from American POW detention, and then award him $10.5 million in the name of Charter rights, even as these same systems can only muster efforts “at the margins” when it comes to judicially reviewing the constitutionality of pandemic measures.

It would seem that Canadian governance systems are operating on a divide and conquer basis to favour certain voting blocs while intimidating others into submission. This might be a good way to secure power and control over the short term but, as more and more Canadians become aware of the discriminatory measures at play, a backlash looms. How long will Canadians stand by and allow Section 1 of their Charter to be ignored? The section that demands limitations on their fundamental rights be “demonstrably justified in a free and democratic society”.

Shackles for Tamara, dollars for the more-favoured when it comes to Charter rights?

The fact that some Canadians have come to see the writing on the wall when it comes to the evaporation of their civil liberties is now playing out as an embarrassing exodus. C3RF stalwart, Debbie, has chosen to rise up and vote with her feet by packing up her Canadian possessions, selling her house and hitting the road for Mexico. She now reports that she is at a U.S./ Mexican border town where other Canadians are amassing and coordinating a united crossing. Other Canadians are looking closer to home for relief from government and “expert” overreach and moving to provinces that are more amenable to protecting their individual rights and freedoms. Top of the list is Alberta under its new Premier, Danielle Smith. She has promised to push back against such unsupported tyranny and has already apologized to the unvaccinated for the discriminations they have suffered in her province until now. All this in conjunction with nurses moving en mass to free regimes, such as Florida, to get away from a Covid-only medical system that is resulting in “negative outcomes” for patients. Should it be a surprise when good people move away from oppressive jurisdictions to better their lives? Wasn’t that once the calling card for those seeking to land on the shores of a “strong and free” Canada?

Canadians surging to Alberta for a better chance of securing their civil liberties?

Not all Canadians are voting with their feet though. Some, like Greg Hill, have accepted the gauntlet thrown down by bullying governments and “cancel culture” to declare “fight’s on”. Greg lost his job as a Canadian airliner pilot due to vaccine mandates and is now a Director at the “Free to Fly Canada” organization. Free to Fly has expanded rapidly to comprise more than 2000 aviation professionals and 40,000 passengers all dedicated to retrieving lost mobility rights guaranteed under the Charter. They note that such restrictions may have been “suspended” but that they stand to be re-initiated in line with predictions from our own Prime minister. As part of his in-place fight, Greg has penned a “Declaration for the Promotion of Truth and Individual Rights and Freedoms”. This avowal proposes that Canadians of all stripes commit to legal, civil disobedience measures to resist the onset of tyranny in Canada.

Greg Hill, Director at Free to Fly Canada declares, “fight’s on”
 

The reckoning


Try as it might, the efforts of governments, courts, the media and “cancel culture” to obscure and justify the dissolution of individual rights and freedoms in Canada, both through fluffed up emergencies and legislation, cannot escape eventual judgement by the public-writ-large. This will be a certainty as the alternate outcome, in the form of a deep dive into the loss of all such rights, is just too depressing to even consider. The process brought to bear will need to be independent in nature given the enormity and power of the agencies and authorities, both public and private, that have been involved in the lifting and restricting of civil liberties over the course of the Wuhan virus pandemic. As it stands now, the failure to enact such a review and move on its recommendations ensures the same will happen over and over again until the very nature of Canadian society is irrevocably impacted to leave a hellscape for our progeny.

Does a hellscape await a Canada disinterested in its descent into despotism?

Another C3RF stalwart, Barry, has joined the conversation on the matter of a Canadian drift into a dystopic future by noting that it is being promulgated by an “overbearing central government devoid of principle or restraint intent on controlling our behavior and thoughts, even on-line”. Certainly, if we are to shut down such overreach now and into the future we will not only have to take Greg Hill’s Declaration to heart but go beyond such civil disobedience measures to make some concurrent structural changes. We have to realize that we got to where we are now, a country operating at odds with the principles that so many have fought and died for before us, through a dearth of checks and balances required to slow down, let alone halt, such illiberal excursions. Barry suggests that the problem lies in the fact that cultural and societal changes have taken us to a place where we have outgrown our British-style parliamentary system.

Has Canada outgrown its British-style parliamentary system?

As Barry also notes, “Canada's British style parliamentary system only works so long as the central government acts with reasonable prudence and restraint”. Unfortunately, and in a day and age that lacks the servant-leaders required to propel such an honourable enterprise forward, we are left with a governance system that affords far too much power to a select few. We see this full force in the Canadian parliamentary system where the Prime Minister has the power to handpick his or her executive in the form of a Governor General and Cabinet and then go on to appoint, through a proxy Governor General, Senators and Supreme and Federal Court judges. In the hands of an individual driven by modern-day ideologies that lionize “the end justifies the means”, the nation can easily find itself being held hostage by a “kid in a candy store”. Is it any wonder that Canadians see their liberties being zapped by the legal and political ministrations of a system crafted to suit a person at the center of the power structure – a person who suffers no constraints from a compliant media or political opposition in the form of NDP-type support. If any country needed structural change to its governance systems, perhaps in the form of recall and term limit legislation, it would be Canada. Either that or vote in a slate of servant-leaders capable of measuring up to the required standard of integrity and honour demanded by a parliamentary system?

Does Canada need more servant-leaders and less "end justifies the means"?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Examinez et participez à la version 15.0 du "One Stop Tyrant Shop" du C3RF


Lire! Déclaration pour la promotion de la vérité

 

Le rassemblement ou la rafle*


Si un « rassemblement » peut être défini comme le regroupement d'un ensemble d'animaux dans des enclos dans un but particulier, alors les Canadiens peuvent facilement s'imaginer comme une nouvelle forme de bétail. Il n'est pas difficile de faire cette analogie, étant donné que depuis plus de deux ans, les autorités de tous bords ne cessent de nous demander d'« obéir à la science ». Et ce, alors qu'elles nous poussaient simultanément à nous éloigner les uns des autres pour nous enfermer dans des enclos où des vaccins expérimentaux à taille unique étaient administrés. C'est ça ou subir les conséquences de vos choix, soi-disant non contraints, et perdre votre emploi, votre capacité à voyager ou même vos enfants, car vous vous obstinez à mettre en danger le bien et la santé publics. Pour aggraver les choses, les animaux qui ont la témérité de s'éloigner de la route du bétail sont laissés sans défense, car les tentatives de justification de leurs choix réfléchis, mais contraires aux règles, se heurtent à l'obscurité et aux attaques ad hominem des autorités et des agences de contrôle. Ces égarés sont annulés et rabaissés.


*N.T. Le mot « rafle » peut évoquer, surtout chez les Français, les persécutions de Juifs durant l'occupation nazie. Le texte anglais du major Cooper pointe vers une tyrannie accrue du gouvernement canadien mais non vers la montée du nazisme.

Dans le Canada d'aujourd'hui, certaines «vaches errantes » refusent d'être enfermées

Le fait que la rafle se poursuive à un rythme soutenu depuis un certain temps déjà est mis en évidence par le « One Stop Tyrant Shop » du C3RF. Cette chronique des dictats, des édits et des mandats excessifs conçus pour séparer du troupeau les citoyens traditionnels et épris de liberté est compilée à partir des observations dans les « mises à jours C3RF » s'étendant de 2018 à aujourd'hui. La version actuelle, la version 15, compte un nombre impressionnant de 42 pages et augmente au fur et à mesure que nous parlons. En effet, les derniers ajouts à cette compilation toujours plus grande de mesures draconiennes et de moqueries visant les Canadiens de tous les jours comprennent:

Pour ceux qui refusent de se laisser rassembler par les cow-boys autoproclamés pour quelque raison que ce soit, la taille et la croissance accélérée du « One Stop Tyrant Shop » ne sont pas une surprise. Ils croient ce que leurs propres yeux leur disent et reconnaissent depuis longtemps que le régime canadien actuel n'est soumis à aucun contrôle ni équilibre. Ils voient leurs organes exécutif, législatif et judiciaire se liguer contre eux pour poursuivre le pouvoir politique au-delà de toute nécessité de permettre une « démocratie représentative ». Ils voient un poids lourd qui a perdu tout respect pour les droits individuels garantis par la Charte d'un peuple libre. Pour ceux qui se déplacent au milieu du troupeau, la simple taille du « One Stop Tyrant Shop » est un choc pour le système car, comme une grenouille dans une casserole d'eau progressivement chauffée, ils commencent à voir des bulles bouillonner autour d'eux.

Est-il trop tard pour la grenouille canadienne?

Les autorités canadiennes ont essayé de jouer le jeu à long terme en augmentant progressivement la pression sur les libertés civiles canadiennes. Ce faisant, elles ont sans doute considéré que c'était le meilleur moyen d'atteindre le résultat souhaité, à savoir l'abandon des libertés individuelles, de la méritocratie et des marchés libres caractéristiques d'une démocratie libérale occidentale au profit d'un pays contrôlé centralement par une classe d'« experts ». Ce processus a été facilité par la création d'une superstructure législative, renforcée par des décisions judiciaires qui ont permis de réduire toute opposition, sans parler du débat. Ainsi, nous voyons les projets de loi C-11, C-18 et C-261 promulgués pour inhiber et façonner ce que vous pouvez dire sur la place publique, alors même que les auteurs de ces lois s'octroient le pouvoir arbitraire de définir ce qui est acceptable lorsqu'il s'agit de penser et de communiquer à voix haute. Comme si cela ne suffisait pas, le même gouvernement parrainé par le NPD propose une nouvelle loi par le biais du projet de loi C-23 qui donnerait aux « policiers du climat » le pouvoir d'effectuer des perquisitions et des saisies sans mandat au nom de la protection de l'environnement. Est-ce que tout cela ne devient pas un peu trop évident? Même pour ceux qui se trouvent au milieu du troupeau?

La descente du Canada vers le despotisme devient-elle trop évidente?
 

Le sentiment croissant


Le sentiment croissant que tout ne se déroule pas conformément aux principes de « l'État de droit », qui vise à rendre la justice de manière égale, est alimenté par un barrage constant d'actions partiales et conflictuelles imposées au public et aux citoyens individuels par les pouvoirs en place. Le nombre même de ces édits, mandats et décrets, dont beaucoup échappent à tout processus législatif, comme l'indique le « One Stop Tyrant Shop », incite à se demander s'il s'agit de récompenser les amis et de punir les ennemis. Que penser quand:

Il semblerait que les systèmes de gouvernance canadiens fonctionnent sur le principe de la division et de la conquête pour favoriser certains blocs de vote tout en intimidant les autres pour les soumettre. C'est peut-être un bon moyen de s'assurer le pouvoir et le contrôle à court terme, mais à mesure que de plus en plus de Canadiens prennent conscience des mesures discriminatoires en jeu, un contrecoup se dessine. Combien de temps les Canadiens vont-ils rester les bras croisés et permettre que l'article 1 de leur Charte soit ignoré? L'article qui exige que les limitations de leurs droits fondamentaux soient « justifier dans le cadre d'une société libre et démocratique ».

Des chaînes pour Tamara, des dollars pour les plus favorisés en ce qui concerne les droits de la Charte?

Le fait que certains Canadiens aient fini par voir les signes avant coureurs en ce qui concerne l'évaporation de leurs libertés civiles se traduit maintenant par un exode embarrassant. Debbie, membre du C3RF, a choisi de se lever et de voter avec ses pieds en emballant ses biens canadiens, en vendant sa maison et en prenant la route pour le Mexique. Elle rapporte maintenant qu'elle se trouve dans une ville frontalière entre les États-Unis et le Mexique où d'autres Canadiens se rassemblent et coordonnent une traversée unie. D'autres Canadiens cherchent plus près de chez eux à se libérer de l'emprise des gouvernements et des « experts » et s'installent dans des provinces qui sont plus enclines à protéger leurs droits et libertés individuels. L'Alberta, avec sa nouvelle première ministre, Danielle Smith, est en tête de liste. Elle a promis de s'opposer à cette tyrannie sans fondement et a déjà présenté ses excuses aux personnes non vaccinées pour les discriminations dont elles ont été victimes dans sa province jusqu'à présent. Tout cela en conjonction avec les infirmières qui partent en masse vers des régimes libres, comme la Floride, pour échapper à un système médical basé uniquement sur le Covid qui entraîne des « résultats négatifs » pour les patients. Faut-il s'étonner que des gens bien quittent des juridictions oppressives pour améliorer leur vie ? N'était-ce pas autrefois la carte de visite de ceux qui cherchaient à débarquer sur les rives d'un Canada « strong and free »?

Les Canadiens se réfugient en Alberta pour avoir une meilleure chance de protéger leurs libertés civiles?

Mais tous les Canadiens ne votent pas avec leurs pieds. Certains, comme Greg Hill, ont accepté le défi lancé par des gouvernements intimidants et annulent la « cancel culture » pour déclarer que le combat est engagé. Greg a perdu son emploi de pilote de ligne canadien en raison de l'obligation de se faire vacciner et est maintenant directeur de l'organisation « Free to Fly Canada ». Free to Fly s'est rapidement développée et compte aujourd'hui plus de 2 000 professionnels de l'aviation et 40 000 passagers, qui se consacrent tous à la récupération des droits de mobilité perdus mais garantis par la Charte. Ils notent que de telles restrictions ont peut-être été « suspendues » mais qu'elles risquent d'être réactivées, conformément aux prédictions de notre propre Premier ministre. Dans le cadre de son combat sur place, Greg a rédigé une « Déclaration pour la promotion de la vérité et des droits et libertés individuels ». Cet engagement propose que les Canadiens de tous bords s'engagent à prendre des mesures légales de désobéissance civile pour résister au début de la tyrannie au Canada.

Greg Hill, directeur de Free to Fly Canada, déclare que « la lutte est engagée »
 

Le jugement final


Les efforts déployés par les gouvernements, les tribunaux, les médias et la cancel culture pour masquer et justifier la dissolution des droits et libertés individuels au Canada, par le biais d'urgences et de lois bidon, ne peuvent échapper au jugement final du grand public. Ce sera une certitude, car l'autre résultat, sous la forme d'une plongée profonde dans la perte de tous ces droits, est tout simplement trop déprimant pour même l'envisager. Le processus mis en œuvre devra être indépendant par nature, étant donné l'énormité et le pouvoir des agences et des autorités, tant publiques que privées, qui ont été impliquées dans la suppression et la restriction des libertés civiles au cours de la pandémie du virus de Wuhan. Dans l'état actuel des choses, l'absence d'un tel examen et de la mise en œuvre de ses recommandations garantit que la même chose se produira encore et encore jusqu'à ce que la nature même de la société canadienne soit irrévocablement affectée laissant un paysage d'enfer à notre progéniture.

Un paysage d'enfer attend-il un Canada désintéressé de sa descente vers le despotisme?

Un autre pilier du C3RF, Barry, s'est joint à la conversation sur la question de la dérive du Canada vers un avenir dystopique en faisant remarquer qu'elle est promulguée par « un gouvernement central dominateur, dépourvu de principes ou de retenue, qui cherche à contrôler notre comportement et nos pensées, même en ligne ». Il est certain que si nous voulons mettre un terme à ces excès aujourd'hui et à l'avenir, nous devrons non seulement prendre à cœur la déclaration de Greg Hill, mais aussi aller au-delà de ces mesures de désobéissance civile pour apporter des changements structurels concomitants. Nous devons réaliser que nous sommes arrivés là où nous sommes aujourd'hui, un pays fonctionnant en contradiction avec les principes pour lesquels tant de personnes se sont battues et ont donné leur vie avant nous, en raison d'un manque de contrôles et d'équilibres nécessaires pour ralentir, sans parler de stopper, de telles excursions illibérales. Barry suggère que le problème réside dans le fait que les changements culturels et sociétaux nous ont amenés à un endroit où nous avons dépassé notre système parlementaire de style britannique.

Le Canada a-t-il dépassé son système parlementaire de type britannique?

Comme le note également Barry, "le système parlementaire canadien de style britannique ne fonctionne que si le gouvernement central agit avec une prudence et une retenue raisonnables". Malheureusement, à une époque où l'on ne dispose pas de leaders pour faire avancer une entreprise aussi honorable, nous nous retrouvons avec un système de gouvernance qui accorde beaucoup trop de pouvoir à une poignée de personnes. Nous le constatons de toute évidence dans le système parlementaire canadien, où le premier ministre a le pouvoir de choisir son exécutif sous la forme d'un gouverneur général et d'un cabinet, puis de nommer, par le biais d'un gouverneur général choisi par lui, les sénateurs et les juges de la Cour suprême et de la Cour fédérale. Entre les mains d'un individu animé par des idéologies modernes qui prônent « la fin justifie les moyens », la nation peut facilement se retrouver prise en otage par un « enfant au milieu de ses jouets ». Faut-il s'étonner que les Canadiens voient leurs libertés réduites à néant par l'action juridique et politique d'un système conçu pour convenir à une personne au centre de la structure du pouvoir - une personne qui ne souffre d'aucune contrainte de la part de médias dociles ou d'une opposition politique sous la forme d'un soutien de type NPD. Si un pays a besoin d'un changement structurel de ses systèmes de gouvernance, peut-être sous la forme d'une législation sur la révocation et la limitation des mandats, on peut considérer que c'est le Canada. Soit cela, peut-être soit voter pour une liste de dirigeants qui nous servent et sont en mesure de répondre aux normes d'intégrité et d'honneur exigées par un système parlementaire?

Le Canada a-t-il besoin de plus de leaders qui servent et de moins de « la fin justifie les moyens »?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts