C3RF Update, 28 Oct 2022 – Fight’s on


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Law Society of Ontario Bench Member, Cecil Lyon


Read! C3RF member and accelerator physicist, Etienne Forest, fights back against wokeism

 

Rules of engagement


Recall that last week’s update made reference to fighter operations on both the Central European Front of the Cold War in the early 80s and combat operations during the Persian Gulf War of 1991. In the former case, an analogy was drawn between tactical fighter exercises that pitted hordes of low-flying CF104 Starfighters against German Luftwaffe F-4F Phantom II air defenders and the declaration of the Emergencies Act. The parallel was drawn between Luftwaffe pilots broadcasting “snakes in ze grass” to flush additional resources in aid of dealing with a rising threat and our own federal government calling upon the Emergencies Act to deal with the receding threat presented by bouncy castle, Freedom Convoy 2022 protesters. It appeared that the “rules of engagement” used to authorize such calls for reinforcement was completely at odds in the two cases.

Differing "rules of engagement" for bouncy castle protesters?

In the military sense, rules of engagement (ROEs) detail “the directives meant to describe the circumstances under which ground, naval, and air forces will enter into and continue combat with opposing forces”. Such ROEs are critical to the conduct of combat operations as they could very well mean the difference between life and death as they play out in wartime scenarios. From my own experience, the ROEs for allied fighter pilots in the first Persian Gulf War dictated the need to hold fire until an airborne “hostile” was identified as such through visual identification or “VID”. It mattered not that Canadian fighter aircraft carried missile systems capable of engaging an enemy “beyond visual range” (BVR), we had to make sure that a potential combatant aircraft, a “bogey”, was indeed an enemy, a “bandit”, by visual means before we could dispatch them. Only then would a competent authority grant us leave to deploy our onboard weapon systems.

Heading for the "merge" and a "VID"

Generally speaking, the satisfaction of all of these conditions could only be effected by “merging” with the target of interest to get close enough to make a positive VID. Only then could we declare it “hostile” and call “engaged”. The “fight’s on” from this point as the “engaged” pilot maneuvers for a kill while his wingman might call out “I’m free” indicating he’s not the “shooter”, “visual” if he had his partner in view, “tally” if he had eyes on the “bandit” and “press” to indicate that he was in a position to support and “engage” if need be. In short and when the adrenaline was running high, the best thing an “engaged” pilot could hear from his wingman was, “I’m free, visual, tally, press”. And so it is in today’s Canada where powers and principalities at war with our own Charter of Rights and Freedoms are being engaged. A perfect example of this would be the four combined court cases, two of which are being progressed by Brian Peckford and Max Bernier, contesting the constitutionality of the federal government’s vaccine travel mandates.

Peckford and Bernier “engaged” the fight to challenge vaccine travel mandates
 

Fight’s on


Charter challenges to the freedom-crushing pandemic measures imposed by all levels of Canadian government have been both spectacularly unsuccessful and underreported over the course of almost three years. Generally speaking, the courts have been both remiss and sloppy in advancing these complaints as can be seen in those brought forward by Adam Skelly, the BBQ guy, and Kimberley Taylor. In the former case and as discussed at the 7:25 minute mark of this video, the court turned itself inside out to deny any constitutional arguments and was central in destroying Skelly’s businesses and the jobs that they had generated. In the latter case and early in the pandemic, the Newfoundland-Labrador Supreme Court ruled against Taylor’s claim that her Charter mobility rights had been abrogated by provincial measures that prevented her from visiting her dying mother. In doing so the court used slapdash public health modelling that incorporated grossly exaggerated “Infection Fatality Rate” data. This data assumed that the virus was 10X more lethal than was definitively known to be the case. Indeed, for those under 70 years-of-age, it was a known fact that this fatality rate was comparable to that of the seasonal flu. It would appear that these and many other cases reflect a Canadian judiciary that is hostile to addressing Charter breaches brought on by pandemic measures.

"BBQ Guy" Adam Skelly, no Charter rights for him?

A Canadian judicial system that bends its knee to state wishes, even as it stiff-arms and abuses the individual rights and freedoms of Canadians, is antithetical to the democratic concept of the separation of powers. This concept, as promulgated in the Canadian Constitution and its embedded Charter, is “one of the essential features of our constitution”. Unfortunately, it has been confounded greatly by conventional developments in the form of Prime Minister’s (PMO) and Privy Council (PCO) Offices that have enabled the veritable integration of the legislative and executive branches of government. One can easily see, then, that the subjugation of the judicial branch to the will of a powerful executive/ legislative juggernaut spells trouble for everyday citizens doing the best they can to live their lives in a fashion of their own choosing. Such a capitulation is the stuff of banana republics and one wonders, has the Wuhan virus crisis provided citizens with an opportunity to see just how far their country is down the path to despotism?

Is Canada turning into a banana republic with the vanishing of the separation of powers?

As is the case with VID rules of engagement in an air combat scenario, the positive identification of a hostile adversary requires a headlong flight into a merge where such an observation can be made. Thanks to the efforts of Peckford, Bernier and two other parties that took their combined case against federal vaccine travel mandates to a federal court, we have that positive VID and can now say that the judiciary offers no check or balance against concerted government efforts to destroy the fundamental Charter rights and freedoms of Canadians. That “merge” took place over the spring and summer months of this year and resulted in a stunning array of depositions that revealed the fact that the government had no science or data to support the invocation of its draconian travel mandates. One might think that the beginning of this engagement was the demarcation of a “fight’s on” call but they would be wrong. The positive identification of a “hostile” was not really effected until the judge in the case, after witnessing all of this devastating testimony, summarily dismissed the case as “moot”. The judge did this as requested by government lawyers who argued that the case was no longer germane as federal authorities had recently “suspended” these same mandates. The “bogey” has been visually identified as a “hostile bandit” and now the real fight is on.

Federal Court Justice Jocelyne Gagné, Charter rights are "moot"?
 

Visual, Tally, Press


The declaration of the vaccine travel mandate court case as “moot” can easily be seen as a snub to the long-held and popular notion that Canada is “strong and free”. Indeed and much more than this, it can be seen as an insult to those who fought and died for such a notion in numerous wars and conflicts dedicated to defeating the forces of tyranny and even genocide. How can a case, chockfull of judicially sanctioned evidence supportive of the charge of unnecessary government curtailment of the Charter-guaranteed individual rights and freedoms, be glibly tossed aside as “moot”. What the judge has basically said in her ruling is that governments can operate outside of the supreme law of the land, the Constitution Act of 1982 and its embedded Charter, as long as it “suspends” such excursions before the victimized have time to get their grievances into a court of law. After all, Prime Minister Trudeau has already promised to re-introduce pandemic measures this winter if Canadians fail to get a “full complement” of vaccines into their bodies beforehand. Obviously, the “moot” decision sets a precedent that enables full-on tyranny on a cyclic basis. It effectively removes Canada from the league of western liberal democracies and turns it into a joke – and a dangerous one at that.

Do “moot” Charter rights make Canada’s commitment to individual freedoms a joke?

Peckford, Bernier and company have taken us to the merge in the fight for the reinstatement of our Charter rights in the face of pandemic threats and we are “visual’ with their efforts - in spite of a legacy media that refuses to report on the engagement. They have allowed us to lay eyes on and “tally” the extent to which our unconstrained governments are prepared to go to keep us straightjacketed by assumed and unconstitutional powers. This is no small thing as they have allowed us to see how the separation of powers has broken down to leave us facing the full force of an unconstrained authority committed to exercising control over our lives and our life dreams. This abuse of power is ever-expanding as, on the heels of the “moot” decision, we see a parliamentary committee studying the invocation of the Emergencies Act vote against the release of related, unredacted documents. It’s not over though as both Peckford and Bernier have pledged to continue to engage with applications to appeal Judge Gagné‘s decision. Question is, even though we now have both “visual” and “tally” will Canadians as a whole give them the support they need to “press”?

Visual, tally, press

Thanks to brave patriots like Skelly, Taylor, Peckford and Bernier who have taken us to the merge and visually identified the combined hostile threat arrayed against our fundamental Charter rights, Canadians have the opportunity to become their able wingmen and women and help them press their attack. This will require the use of all legal means at both the individual and group levels. As individuals and like C3RF member and accelerator physicist Etienne Forest, it will require saying “no!” to demands to go along with destructive, woke narratives. Etienne had done this by turning down a scientific journal’s request to peer review the work of two other scientists because of the journal’s requirement that reviewers paint within the lines delineated by the “wisdom of our elders”. At the group level, colleagues might wish to replicate the Law Society of Ontario putsch that saw a whole Board replaced by those who refused to accept a “Statement of Principles” that abrogated their Charter right of conscience and directed who they could hire, fire and defend as they plied their profession in Ontario. As individuals and assemblies we have the right to fight back against tyranny by virtue of the competent authority we find in our own Charter. We have the right to say “bollocks” and engage hostiles. Fight’s on!

Fight's on for individual rights and freedoms
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! C3RF "In Hot" interview avec Cecil Lyon, membre du barreau de l'Ontario


Lire! Étienne Forest, membre du C3RF et physicien de la physique des accélérateurs, se bat contre le wokism

 

Règles d'engagement


Rappelez-vous que la mise à jour de la semaine dernière faisait référence aux opérations de chasse sur le front d'Europe centrale de la guerre froide au début des années 80 et aux opérations de combat pendant la guerre du Golfe persique en 1991. Dans le premier cas, une analogie a été établie entre les exercices de chasse tactique qui ont opposé des CF104 Starfighters volant à basse altitude aux défenseurs aériens F-4F Phantom II de la Luftwaffe allemande et la déclaration de la loi sur les situations d'urgence. Le parallèle a été établi entre les pilotes de la Luftwaffe diffusant des « snakes in ze grass » afin de faire appel à des ressources supplémentaires pour faire face à une menace croissante et notre propre gouvernement fédéral faisant appel à la Loi sur les mesures d'urgence pour faire face à la menace décroissante présentée par les manifestants du convoi de la liberté 2022. Il est apparu que les « règles d'engagement » utilisées pour autoriser de tels appels au renfort étaient totalement contradictoires dans les deux cas.

Des « règles d'engagement » différentes pour les manifestants des châteaux gonflables?

Au sens militaire, les règles d'engagement (ROE) définissent « les directives destinées à décrire les circonstances selon lesquelles les forces terrestres, navales et aériennes engageront et poursuivront le combat avec les forces adverses ». Ces règles d'engagement sont essentielles à la conduite des opérations de combat, car elles peuvent très bien faire la différence entre la vie et la mort dans les scénarios de guerre. D'après ma propre expérience, les règles d'engagement des pilotes de chasse alliés lors de la première guerre du golfe Persique imposaient de ne pas tirer jusqu'à ce qu'un « ennemi » aérien soit identifié par identification visuelle ou « VID ». Peu importe que les avions de chasse canadiens soient équipés de systèmes de missiles capables d'engager un ennemi « au-delà de la portée visuelle » (BVR), nous devions nous assurer qu'un avion de combat potentiel, un « bogey », était bien un ennemi, un « bandit », par des moyens visuels avant de pouvoir le tirer. Ce n'est qu'alors qu'une autorité compétente nous donnait l'autorisation de déployer nos dispositifs d'armement.

En route vers la « fusion » et un « VID »

D'une manière générale, la réalisation de toutes ces conditions ne pouvait se faire qu'en « fusionnant » avec la cible d'intérêt pour s'en approcher suffisamment pour faire un VID positif. Ce n'est qu'alors que nous pourrions la déclarer « hostile » et la qualifier d' « engagée ». Le « combat est engagé » à partir de ce moment, car le pilote « engagé » manœuvre pour tuer tandis que son ailier peut crier « je suis libre » pour indiquer qu'il n'est pas le « tireur », « visuel » s'il a son partenaire en vue, « pointage » s'il a les yeux sur le « bandit » et « appuyez » pour indiquer qu'il est en position de soutenir et d'« engager » si nécessaire. En bref, lorsque l'adrénaline montait, la meilleure chose qu'un pilote « engagé » pouvait entendre de son ailier était « Je suis libre, visuel, pointage, appuyez ». Il en va de même dans le Canada d'aujourd'hui, où des pouvoirs et des principautés en guerre contre notre propre Charte des droits et libertés sont engagés. Un parfait exemple de cela serait les quatre affaires judiciaires combinées, dont deux sont poursuivies par Brian Peckford et Max Bernier, qui contestent la constitutionnalité des mandats de vaccination du gouvernement fédéral.

Peckford et Bernier ont « engagé » le combat pour contester le mandat de vaccination
 

La lutte est lancée!


Les contestations en vertu de la Charte des droits de la personne contre les mesures pandémiques qui écrasent les libertés et qui sont imposées par tous les niveaux du gouvernement canadien ont été à la fois spectaculairement infructueuses et insuffisamment médiatisées au cours des trois dernières années. En général, les tribunaux ont été à la fois négligents et peu rigoureux dans l'avancement de ces plaintes, comme on peut le voir dans celles présentées par Adam Skelly, le « gars du BBQ », et Kimberley Taylor. Dans le premier cas, et comme nous le verrons à 7:25 minutes de ce vidéo, le tribunal a fait tout pour nier tout argument constitutionnel et a joué un rôle central dans la destruction des entreprises de Skelly et des emplois qu'elles avaient générés. Au début de la pandémie, la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador a rejeté l'allégation de Taylor selon laquelle ses droits à la mobilité garantis par la Charte avaient été abrogés par des mesures provinciales qui l'empêchaient de rendre visite à sa mère mourante. Pour ce faire, la Cour s'est appuyée sur une modélisation de la santé publique bâclée qui incorporait des données sur le « taux de mortalité par infection » grossièrement exagérées. Ces données supposaient que le virus était 10 fois plus mortel que ce que l'on savait être le cas. En effet, pour les personnes âgées de moins de 70 ans, il était connu que ce taux de mortalité était comparable à celui de la grippe saisonnière. Il semblerait que ces affaires et bien d'autres reflètent un système judiciaire canadien peu enclin à traiter les violations de la Charte résultant de mesures pandémiques.

"BBQ Guy" Adam Skelly, pas de droits de la Charte pour lui?

Un système judiciaire canadien qui est à genoux devant les désirs de l'État, alors même qu'il s'oppose aux droits et libertés individuels des Canadiens et qu'il en abuse, est contraire au concept démocratique de la séparation des pouvoirs. Ce concept, tel qu'il est promulgué dans la Constitution canadienne et la Charte qui y est intégrée, est « l'une des caractéristiques essentielles de notre constitution ». Malheureusement, il a été grandement perturbé par des développements conventionnels sous la forme des bureaux du Premier ministre (PMO) et du Conseil privé (PCO) qui ont permis une véritable intégration des pouvoirs législatif et exécutif du gouvernement. Il est donc facile de comprendre que l'assujettissement du pouvoir judiciaire à la volonté du puissant poids lourd exécutif/législatif est synonyme d'ennuis pour les citoyens ordinaires qui font de leur mieux pour vivre leur vie comme ils l'entendent. Une telle capitulation est l'apanage des républiques bananes et on peut se demander si la crise du virus de Wuhan a donné aux citoyens l'occasion de voir jusqu'où leur pays s'est engagé sur la voie du despotisme.

Le Canada est-il en train de devenir la république de Santa Banana avec la disparition de la séparation des pouvoirs?

Comme c'est le cas avec les règles d'engagement VID dans un scénario de combat aérien, l'identification positive d'un adversaire hostile exige une envolée vers l'avant où une telle observation peut être faite. Grâce aux efforts de Peckford, Bernier et de deux autres partis qui ont porté devant un tribunal fédéral leur cause combinée contre le mandat fédéral de vaccination, nous avons ce VID positif et pouvons maintenant dire que le système judiciaire n'offre aucun contrôle ou équilibre contre les efforts concertés du gouvernement pour détruire les droits et libertés fondamentaux de la Charte des Canadiens. Cette « envolée » s'est déroulée au cours du printemps et de l'été de cette année et a donné lieu à une série étonnante de dépositions qui ont révélé que le gouvernement ne disposait d'aucune donnée scientifique ou autre pour appuyer l'invocation de ses mandats draconiens en matière de déplacements. On pourrait penser que le début de cet engagement est la démarcation d'un appel à la lutte, mais on aurait tort. L'identification positive d'un « ennemi » n'a pas vraiment eu lieu jusqu'à ce que le juge de l'affaire, après avoir été témoin de tous ces témoignages dévastateurs, rejette sommairement l'affaire comme « lettre morte ». Le juge a agi ainsi à la demande des avocats du gouvernement qui ont fait valoir que l'affaire n'était plus d'actualité, les autorités fédérales ayant récemment « suspendu » ces mêmes mandats. Le « croquemitaine » a été visuellement identifié comme un « bandit hostile » et le vrai combat est maintenant engagé.

Jocelyne Gagné, juge à la Cour fédérale, les droits de la Charte sont « caducs »?
 

Visuel, Décompte, Presse


...Ennemi de la tyrannie, Mais plein de loyauté, Il veut garder dans l'harmonie, Sa fière liberté. Et par l'effort de son génie, Sur notre sol asseoir la vérité... (Ô Canada, extrait du 3e couplet, Adolphe-Basile Routhier,1880)


La déclaration de l'affaire judiciaire relative au mandat de vaccination comme étant « sans fondement » peut facilement être considérée comme un affront à la notion populaire et de longue date selon laquelle le Canada est « strong and free » comme notre hymne national le dit en anglais. En effet, et bien plus encore, elle peut être perçue comme une insulte à ceux qui ont combattu et sont morts pour cette notion dans de nombreuses guerres et conflits visant à vaincre les forces de la tyrannie et même du génocide. Comment une affaire, qui regorge d'éléments de preuve sanctionnés par la justice à l'appui de l'accusation de restriction inutile, par le gouvernement, des droits et libertés individuels garantis par la Charte, peut-elle être écartée avec désinvolture en la qualifiant de « sans fondement »? Ce que la juge a essentiellement dit dans sa décision, c'est que les gouvernements peuvent agir en dehors de la loi suprême du pays, la Loi constitutionnelle de 1982 et la Charte qui y est intégrée, tant qu'ils « suspendent » de telles excursions avant que les victimes aient le temps de présenter leurs griefs à un tribunal. Après tout, le premier ministre Trudeau a déjà promis de réintroduire des mesures contre les pandémies cet hiver si les Canadiens ne reçoivent pas au préalable un « assortiment complet » de vaccins. De toute évidence, la décision « sans fondement » crée un précédent qui permet une tyrannie totale sur une base cyclique. Elle retire effectivement le Canada de la ligue des démocraties libérales occidentales et le transforme en une blague - et une blague dangereuse.

Les droits « caducs » de la Charte font-ils de l'engagement du Canada envers les libertés individuelles une plaisanterie?

Peckford, Bernier et compagnie nous ont emmenés à la mêlée dans la lutte pour le rétablissement de nos droits garantis par la Charte face aux menaces de pandémie et nous sommes « visuels » avec leurs efforts - en dépit d'une presse obsolète qui refuse de rendre compte de cet engagement. Ils nous ont permis de voir et de « faire le décompte » jusqu'où nos gouvernements sans contraintes sont prêts à aller pour nous maintenir dans un carcan de pouvoirs supposés et inconstitutionnels. Ce n'est pas rien, car ils nous ont permis de voir comment la séparation des pouvoirs s'est effondrée pour nous laisser face à la force totale d'une autorité sans contrainte, déterminée à exercer un contrôle sur nos vies et nos rêves. Cet abus de pouvoir ne cesse de s'étendre puisque, dans la foulée de la décision « caduc », nous voyons un comité parlementaire chargé d'étudier l'invocation de la loi sur les urgences voter contre la publication de documents connexes non expurgés. Mais ce n'est pas fini, car Peckford et Bernier ont tous deux promis de continuer à s'engager dans les demandes d'appel de la décision du juge Gagné. La question est la suivante: même si nous disposons maintenant d'un « visuel » et d'un « décompte », les Canadiens dans leur ensemble leur donneront-ils le soutien dont ils ont besoin pour « faire pression »?

Visuel, décompte, presse

Grâce à de courageux patriotes comme Skelly, Taylor, Peckford et Bernier, qui nous ont amené à la rencontre et ont identifié visuellement la menace hostile combinée qui se dresse contre nos droits fondamentaux garantis par la Charte, les Canadiens ont la possibilité de devenir leurs ailiers et de les aider à poursuivre leur attaque. Cela nécessitera l'utilisation de tous les moyens légaux, tant au niveau individuel que collectif. En tant qu'individus, et comme Etienne Forest, membre du C3RF et physicien, il faudra dire « non! » aux demandes de se conformer aux récits destructeurs et woke. Etienne l'a fait en refusant la demande d'une revue scientifique d'évaluer par les pairs le travail de deux autres scientifiques parce que la revue exigeait que les évaluateurs travaillent à l'intérieur des lignes délimitées par la « sagesse de nos aînés ». Au niveau du groupe, les collègues pourraient souhaiter reproduire le putsch de la Law Society of Ontario qui a vu un conseil d'administration entier remplacé par ceux qui ont refusé d'accepter une « déclaration de principes » qui abrogeait leur droit de conscience garanti par la Charte et déterminait qui ils pouvaient embaucher, renvoyer et défendre dans l'exercice de leur profession en Ontario. En tant qu'individus et assemblées, nous avons le droit de nous défendre contre la tyrannie en vertu de l'autorité compétente que nous trouvons dans notre propre Charte. Nous avons le droit de dire « conneries » et d'engager le combat contre les hostiles. Le combat est engagé!

Le combat pour les droits et libertés individuels est en cours
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT