C3RF Update, 12 Feb 2021 – a Canadian is a Canadian?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

A Canadian is a Canadian is a…


As Canada slips into the dystopian reality created by its commitment to lock its population down. Is it time to reverse course? So it would seem as our new Minister of Transport, Omar Alghabra, announced a new draconian program that would see international travelers shanghaied as they set foot on Canadian soil and remanded to secret “isolation centres”. It matters not that these same travelers had to test negative before they commenced their flights, they are still obliged to pay $2000 each for the privilege of being jailed for three days as they wait for the outcome of yet another Canadian-based test. God forbid that this test gives a positive result as their forced sojourn will be extended another 11 days without recourse to any due process. It’s as if the Charter, and the centuries-long history of developing the concept of individual rights and freedoms, never existed.

It would seem that the Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) has a thing or two to say about being jailed without recourse to legal advice. This august organization has been fighting to secure these same constitutional freedoms since 2010 and was quick off the mark to issue a warning to Mr. Alghabra. Cease and desist this gross insult to the foundations of Canadian law or face an “immediate legal action”. How ironic is it that the same government that awarded self-confessed terrorist, Omar Khadr, $10.5 million for his lack of access to legal council, is now relieving everyday Canadians of this same right? And all this coming from a Transport Minister who, in 2005 as President of the Canadian Arab Federation, issued a statement declaring post-911 anti terrorism legislation to be wrong as it “trades fundamental Canadian values, such as the rule of law, respect for human dignity, and fairness, to gain a false sense of security.”.

This all prompts the question, whatever happened to “a Canadian is a Canadian is a Canadian”? How could it be that two highly placed politicians, in Trudeau and Alghabra, could be so hard over when it comes to the Charter in one set of circumstances and so disinterested in another. Could it be that the Charter is not the real issue at hand but, rather, the political agenda being progressed at the time? The question is a critical one as it speaks to the bond of trust that political leaders must have with the citizens they represent. So where do the interests of our political betters lie, with the country or with friends?

Rewarding friends, punishing enemies


It is interesting to note that two years ago, almost exactly to the day, these same pages queried the priorities of our federal government. The issues of the day included a long-standing support of Motion M-103 and its extremely unpopular notions of unsubstantiated “Islamophobia” and “systemic racism” in Canada. In the case of the former, Canadians were almost unanimously allied against the term as its ambiguity opened the door to shielding Sharia Law and jihad terror from criticism. In the case of the latter, it seemed that racialized communities were the subject of structural bias. The first of these narratives was a long-standing initiative pushed internationally by the Organization of Islamic Cooperation (OIC) and the Muslim Brotherhood. The second has recently been progressed by organizations like Black Lives Matters. Both were unpopular with the Canadian public-at-large. Only 14% of Canadians saw any value in Motion M-103 but it mattered not, the special interest groups in question were appeased and the money spigots were opened. Additionally, we have seen the “systemic racism” narrative morphing divisively into one that sees “white supremacism” around every corner. It’s as if, once again, crosses are burning on Canadian lawns throughout the land. Friends of the narrative get rewarded, enemies get punished?

The “white supremacism” narrative has kicked up several notches since the summer-time protests and riots that occurred across the United States. Legacy media outlets would have us believe that they were sparked by the death of George Floyd in Minneapolis but it is interesting to note that, as far back as November of 2019, they were predicted by Stephen Coughlin in his memo - “Warning on Racism”. The related, strident calls of “systemic racism” were echoed north of the border and it was soon announced that Canada suffered the presence of more than 300 “white supremacist” groups across the land. This incredible assertion may have fit the narrative of the day but it defied credulity. Jonathan Kay, in a related analysis, found that the anti-hate groups making the charge may have been a bit too inclusive as they counted conservative organizations, heretofore considered normal, that had “political sentiments that resist change”. Regardless, the NDP would go on in parliament to identify the “Proud Boys” as a domestic terrorist group which would, within a month, be moved onto Canada’s official terror list. Friends of the narrative get rewarded, enemies get punished?

Whether or not the Proud Boys deserve to be identified as a terror group by Canada is neither here nor there for the purposes of this paper. What is of concern is the process used to come to this conclusion. The justification for such a designation was, apparently, the “pivotal role” the Proud Boys played in the “insurrection at the U.S. Capitol”. Problem is, school is still out when it comes to the “insurrection” as the charge remains an unsubstantiated allegation until a formal investigation determines otherwise. Canada’s declaration may align with the Prime Minister’s own accusation that President Trump “incited an assault on democracy” but two presumptions do not a fact make. One might wonder why the Canadian government is jettisoning due process in the case of the Proud Boys while it dawdles for years in considering the addition of the Muslim Brotherhood and/ or Iran’s Islamic Revolutionary Guard Corps to its terror list. Both are on the terror lists of several nations even as the latter is the subject of a Member of Parliament petition. Friends of the narrative get rewarded, enemies get punished?

Controlled opposition


The current government’s penchant for doing away with due process to advance a preferred narrative like “white supremacy” is quite worrisome. One wonders if Bill C-10, an “Act to Amend the Broadcasting Act”, will be similarly interpreted to advance particular political exigencies. The Bill may critically curtail free speech as it incorporates the criminalization of “hurtful” speech on the internet. The definition of “hurtful” can be whatever a gatekeeper political or judicial authority deems it to be and its easy to see how certain opinions and viewpoints might come under attack. After all, this is exactly what has happened to the amorphous term, “Islamophobia”. Can we take comfort in the fact that our Charter, parliamentary system and watchdog media will swing into action if such exceedances are attempted? Or would we be whistling past the graveyard?

Darn tootin’ we would be. Our judicial system has been quite open about how it considers the Charter to be a “living tree” document that needs to accommodate the “social context” of the day. So pliable and open to interpretation are the Charter’s fundamental freedoms when it comes to popular narratives that that our own Supreme Court, in the Whatcott case of 2013, concluded that even the truth was not a defense when it came to the use of offensive or “hurtful” speech. Regards the ability of our political leaders to right a listing ship, one need only look at the course of the last year to see that narratives, even false ones, rule the day. So it was even in a minority government where both the NDP and Conservative opposition parties allowed themselves to be steamrollered by a Wuhan virus crisis to give the government almost unlimited, unchecked spending powers. Responsible government would have been lost until 2022 save for the actions of one MP who refused to give the initiative unanimous consent. Conservative MP Scott Reid put a stop to the “Henry VIII Bill”. Given the astronomical and inefficient spending on the Wuhan virus to date with some oversight in place, it is unfathomable just how bad the spending would have been if one sole MP had not stepped forward. After all and as Rex Murphy has so righteously opined, the current Liberal government is so incompetent that it needs to “set up a task force to study how to tie their shoes”.

As for depending on the media to provide watchdog services over our democratic freedoms, they are even more attuned and enthralled by popular narratives than our politicians and judges. And so it was south of the border during election 2020 when news was slanted or even disappeared to advantage one presidential candidate over the other even as whole media platforms (Parler) were destroyed. It goes without saying that the same big tech players monopolize the Canadian scene and have the same ability to control the narrative and keep certain viewpoints submerged. Indeed, Bill C-10 promises to further control this communication landscape with licensing and registration legislation that will bring all internet news and media outlets to heel. And so it goes, all levers of power and communication are controlled by narratives and those narratives are not being spun by anyone operating specifically on your behalf. The need for such brave souls to speak your truth to power is desperate. There is one such group forming now to push back against the lockdown mantra and it is made up of a growing number of active and former municipal, provincial and federal politicians. They are called the “End the Lockdown” caucus and merit your attention.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Un Canadien est un Canadien...


Alors que le Canada glisse dans la réalité dystopique créée par son engagement à enfermer sa population, est-il temps de faire marche arrière? Il semblerait que notre nouveau ministre des transports, Omar Alghabra, ait annoncé un nouveau programme draconien dans le cadre duquel les voyageurs internationaux seraient embarqués à bord d'un avion alors qu'ils mettent le pied sur le sol canadien et seraient renvoyés dans des « centres d'isolement » secrets. Peu importe que ces mêmes voyageurs aient dû enregistrer un test négatif avant de commencer leur vol, ils sont toujours obligés de payer 2000 dollars chacun pour avoir le privilège d'être emprisonnés pendant trois jours en attendant le résultat d'un autre test effectué au Canada. Que Dieu les protège si ce test donne un résultat positif, car leur séjour forcé sera prolongé de 11 jours sans le recours à une procédure légale. C'est comme si la Charte et le concept séculaire de droits et libertés individuels, n'avaient jamais existé.

Il semblerait que le Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) ait une chose ou deux à dire sur le fait d'être emprisonné sans accès à un conseil juridique. Cette auguste organisation se bat pour ces mêmes libertés constitutionnelles depuis 2010 et n'a pas tardé à adresser un avertissement à M. Alghabra. Cessez et renoncez à cette insulte grossière aux fondements du droit canadien ou vous ferez face à une « action en justice immédiate ». Quelle ironie que ce soit le même gouvernement qui a accordé au terroriste reconnu Omar Khadr 10,5 millions de dollars pour son manque d'accès à un conseil juridique, qui enlève maintenant aux Canadiens ordinaires ce même droit? Et tout cela vient d'un ministre des transports qui, en 2005, en tant que président de la Fédération canado-arabe, a publié une déclaration déclarant que la législation antiterroriste de l'après-11 septembre était mauvaise car elle « troque des valeurs canadiennes fondamentales, telles que l'État de droit, le respect de la dignité humaine et l'équité, contre un faux sentiment de sécurité. »

Tout cela nous amène à nous poser la question suivante : qu'est-il arrivé à « un Canadien est un Canadien »?Comment se fait-il que deux hommes politiques haut placés, Trudeau et Alghabra, puissent être aussi purs et durs avec la Charte dans une situation donnée et aussi désintéressés dans une autre.Se pourrait-il que la Charte ne soit pas le véritable enjeu, mais plutôt le programme politique en cours de réalisation? La question est cruciale car elle concerne la confiance que les dirigeants politiques doivent avoir avec les citoyens qu'ils représentent.Alors, où se situent les intérêts de nos dirigeants politiques, avec le pays ou avec leurs amis?

Récompenser les amis, punir les ennemis


Il est intéressant de noter qu'il y a deux ans, presque jour pour jour, ces mêmes pages interrogeaient les priorités de notre gouvernement fédéral. Les questions de l'époque comprenaient un soutien de longue date à la motion M-103 et à ses notions sans fondement extrêmement impopulaires d'« islamophobie » et de « racisme systémique » . Dans le premier cas, les Canadiens étaient presque unanimement opposés à ce terme car son ambiguïté ouvrait la porte à la protection de la charia et de la terreur du jihad contre les critiques. Dans le cas de la seconde, il semblait que les communautés racialisées étaient l'objet de préjugés structurels. Le premier de ces récits est une initiative de longue date, lancée au niveau international par l'Organisation de la coopération islamique (OCI) et les Frères musulmans. Le second a récemment été avancé par des organisations comme Black Lives Matters. Tous deux étaient impopulaires auprès du grand public canadien. Seuls 14 % des Canadiens ont vu l'intérêt de la motion M-103, mais peu importe, les groupes d'intérêts spéciaux ont été apaisés et les robinets d'argent ont été ouverts. En outre, nous avons vu le récit du « racisme systémique » se transformer en un récit qui divise et qui voit la « suprématie blanche » à tous les coins de rue. C'est comme si, une fois de plus, les croix du KKK brûlaient sur les pelouses canadiennes dans tout le pays. Les amis du récit sont récompensés, les ennemis sont punis semble-t-il...

Le récit de la « suprématie blanche » a franchi plusieurs crans depuis les manifestations et les émeutes de l'été qui ont eu lieu dans tous les États-Unis. Les médias traditionnels voudraient nous faire croire qu'ils ont été déclenchés par la mort de George Floyd à Minneapolis, mais il est intéressant de noter que, dès novembre 2019, ils ont été prédits par Stephen Coughlin dans son mémorandum - « Warning on Racism ». Les cris stridents de « racisme systémique » qui y sont liés ont été repris au nord de la frontière et il a été rapidement annoncé que le Canada souffrait de la présence de plus de 300 groupes « suprémacistes blancs » à travers le pays. Cette affirmation incroyable a peut-être correspondu au racontards de notre ère, mais elle force la crédulité : il faut pas charier comme on dit en bon canadien. Jonathan Kay, dans une analyse, a constaté que les groupes anti-haine qui portaient l'accusation étaient peut-être un peu trop inclusifs car ils comptaient des organisations conservatrices, jusqu'alors considérées comme normales, qui avaient « des sentiments politiques qui résistent au changement ». Quoi qu'il en soit, le NPD allait demander au Parlement d'identifier les « Proud Boys » comme un groupe terroriste qui, sous peu, serait placé sur la liste officielle des terroristes internes du Canada. Les amis du récit sont récompensés, les ennemis sont punis semble-t-il...

La question de savoir si les Proud Boys méritent ou non d'être identifiés comme un groupe terroriste par le Canada n'est pas idoine à notre document. Ce qui est préoccupant, c'est le processus utilisé pour parvenir à cette conclusion. La justification d'une telle désignation est, apparemment, le « rôle central » que les Proud Boys ont joué dans « l'insurrection au Capitole américain ». Le problème est que le rôle des Proud Boys dans cette "insurrection" est incertain, car l'accusation reste une allégation non fondée jusqu'à ce qu'une enquête officielle en décide autrement. La déclaration du Canada peut s'aligner sur l'accusation du Premier ministre lui-même selon laquelle le président Trump « a incité une atteinte à l'intégrité de la démocratie », mais deux présomptions ne constituent pas un fait. On peut se demander pourquoi le gouvernement canadien renonce à une procédure légale dans l'affaire des « Proud Boys » alors qu'il traîne depuis des années à envisager l'ajout des Frères musulmans et/ou du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran à sa liste de terroristes. Ces deux organisations figurent sur les listes de terroristes de plusieurs pays, alors même que le Corps des Gardiens de la révolution islamique fait l'objet d'une pétition déposée par un député. Les amis du récit sont récompensés, les ennemis sont punis semble-t-il...

Une opposition contrôlée


Le penchant du gouvernement actuel à se débarrasser des procédures équitables pour avancer un discours privilégié comme celui de la « suprématie blanche » est assez inquiétant. On peut se demander si le projet de loi C-10, « Loi modifiant la loi sur la radiodiffusion », sera interprété de la même manière pour répondre à des exigences politiques particulières. Le projet de loi pourrait restreindre de manière critique la liberté d'expression car il prévoit la criminalisation des propos « blessants » sur Internet. La définition du terme « blessant » peut être celle qu'une autorité politique ou judiciaire de surveillance estime être et il est facile de voir comment certaines opinions et points de vue peuvent être attaqués. Après tout, c'est exactement ce qui est arrivé au terme insipide d'« islamophobie ». Pouvons-nous être rassurés par le fait que notre Charte, notre système parlementaire et nos médias de surveillance se mettront en action si de tels dépassements sont tentés ? Ou serions-nous en train de siffler en toute insouciance?

Nous le serions. Notre système judiciaire a été assez ouvert sur la façon dont il considère la Charte comme un document « vivant » qui doit s'adapter au « contexte social » du moment. Les libertés fondamentales de la Charte sont si souples et ouvertes à l'interprétation lorsqu'il s'agit de récits populaires que notre propre Cour suprême, dans l'affaire Whatcott de 2013, a conclu que même la vérité n'était pas une défense lorsqu'il s'agissait d'utiliser un discours offensant ou « blessant ». En ce qui concerne la capacité de nos dirigeants politiques à corriger une trajectoire, il suffit de regarder le cours de l'année dernière pour voir que les récits, même faux, dominent. C'est ainsi que même dans un gouvernement minoritaire, le NPD et les partis d'opposition conservateurs se sont laissés écraser par la crise du virus de Wuhan pour donner au gouvernement un pouvoir de dépenser presque illimité et incontrôlé. Le responsabilité gouvernementale aurait été perdue jusqu'en 2022, n'eut été des actions d'un député qui a refusé de donner son consentement unanime à l'initiative. Le député conservateur Scott Reid a mis un terme au « projet de loi Henry VIII ». Compte tenu des dépenses astronomiques et inefficaces consacrées au virus de Wuhan jusqu'à présent, avec une certaine surveillance en place, on ne sait à quel point les dépenses auraient été mauvaises si un seul député n'avait pas fait un pas en avant. Après tout, et comme l'a si bien dit Rex Murphy, le gouvernement libéral actuel est tellement incompétent qu'il doit « mettre en place un groupe de travail pour étudier la manière de lacer ses souliers».

Quant au fait de dépendre des médias pour assurer des services de surveillance de nos libertés démocratiques, ils sont encore plus à l'écoute et captivés par les récits populaires que nos politiciens et juges.C'est ainsi qu'au sud de la frontière, lors des élections de 2020, les informations ont été biaisées, voire ont disparu, au profit d'un candidat à la présidence plutôt que d'un autre, alors même que des plateformes médiatiques entières (Parler) étaient anéanties.Il va sans dire que les mêmes grands acteurs technologiques monopolisent la scène canadienne et ont la même capacité à contrôler le récit et à minimiser certains points de vue.En effet, le projet de loi C-10 promet de contrôler davantage ce paysage de la communication grâce à une législation sur les licences et l'enregistrement qui mettra au pas tous les médias et les nouvelles sur Internet. Ainsi, tous les leviers du pouvoir et de la communication sont contrôlés par des récits et ces récits ne sont pas dirigés par une personne agissant spécifiquement en votre nom.La nécessité pour ces âmes courageuses d'exprimer leur opinion au pouvoir est presque sans espoir. Il existe un groupe de ce type qui se forme actuellement pour lutter contre le mantra du confinement et il est composé d'un nombre croissant d'anciens et actifs politiciens municipaux, provinciaux et fédéraux.Ils sont appelés le groupe « End the Lockdown » et méritent votre attention.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts