C3RF Update, 12 Mar 2021 – Oaths of office


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Privy Council oath


A funny thing happened in Canada’s Parliament on 22 February 2021. The House of Commons issued a unanimous, stinging 266 to 0 vote on a non-binding motion that recognized a genocide in China against the country’s Uighur population. The funny thing was, the Prime Minister and his Cabinet all chose to abstain. By way of explanation, Canada’s Foreign Affairs Minister, Marc Garneau, issued a statement that declared the “Government of Canada” has the responsibility to “work with others in the international community” to better study and assess the situation. Thing is, though, our “Five Eyes” allies seem fully on board with the allegation of genocide as the United States has made a formal recognition of the fact while legislators call for the recognition of such in Australia and New Zealand even as the UK has commissioned independent investigations into the charge. All of this and the unanimous vote in Parliament prompts the question, just who is the “Government of Canada” speaking for when it ignores a 266 to 0 vote by Members of Parliament in the House of Commons?


In the Westminster tradition, the “Government of Canada” is formally defined as the “executive” branch that operates to administer the State on behalf of the Governor General through the Prime Minister, his or her Cabinet and the federal civil service. At first blush, it would seem that when the Foreign Affairs Minister puts forward a position on behalf of the “Government of Canada” he is speaking on behalf of this executive branch. There is, however, a bit more to it than that. By convention, the Prime Minister and his Cabinet are sworn in by the Governor General to become members of the Privy Council and have the terms “Honourable” and “PC” appended before and after their names, respectively. This process requires the administration of an oath that swears the Privy Council member will be “a true and faithful servant to Her Majesty Queen Elizabeth the Second”. It is here we see that Ministers have an obligation to “the people” who make up the royal “We” of the Sovereign and who are formally represented in the legislature by elected officials.

All this to say that Ministers of the Crown have a collective responsibility to maintain the confidence of the body of elected representatives and an individual responsibility for the efficient operation of their ministries. The loss of the former can result in the dissolution of “the Government” while errors arising from the latter can force a Minister’s resignation. It is here that we begin to see some rather serious issues surfacing with a “Government’s” decision to override a 266 to 0 vote that sought to recognize a genocide in China. It really does appear that this “Government” has become untethered from its obligation to serve the Queen and her “people” and is, rather, dead-set on pursuing a China-friendly policy in this particular matter. Given recent moves by this same “Government” to suspend and then prorogue Parliament in the face of scandal, this might not be surprising. It is worrisome, however, as it speaks to a move away from responsible government and towards tyranny. A move that sees the “Government of Canada” trashing its oath to serve the people of Canada.

Justice system oath


As the “Government” moves beyond the need to answer to the Sovereign and the people she represents, we see the development of a “democratic deficit” capable of eroding individual rights and freedoms. This has been witnessed in spades with the onset of the Wuhan virus crisis and concomitant locking down of economic prospects and civil liberties. It is important to note that these measures have been initiated without being demonstrated to be necessary – a requirement that is made clear in Section 1 of our Charter. Once again, we see a “Government” untethered from its obligations to “the people” as it implemented draconian laws without justifying their extended use. Such unsupported laws that infringe on civil liberties can be seen to be “without force or effect” and unenforceable. Unfortunately, our courts have failed to go beyond errant modelling to understand the true nature of the crisis while security forces have been largely complicit in ganging up on otherwise law-abiding members of the public.

The failure of courts to safeguard individual rights and freedoms from unjustified intrusions by rogue powers may, in part, be explained by the subjective nature of the oath of office they take. Supreme Court justices, for example, are obligated only to do their best in accordance with their own “skill and knowledge”. No compulsion there to attend to a higher or nobler cause. Police forces, on the other hand and like military members, do have to answer to a higher calling. The RCMP oath, for example, is a three-part obligation to serve Her Majesty (the people), impartially execute assigned duties and do so with all required discretion. It is hard, however, to say that justice is being done to the benefit of the people and impartially when only certain segments of society are feeling the crunch while others escape scrutiny. And so it is with churchgoers being frog-marched off to solitary confinement while Walmart and BLM protesters continue operations with impunity.

Problem is, the failure to honour oaths at the public level can adversely impact promise-keeping in private domains. And so we see the media casting aside its ethical guidelines and any pretence of honouring accuracy, fairness, independence and transparency in service to both democratic and public interests. The watchdog of liberty, rather, moves to the beat of tribal drums and narratives while ignoring unwanted and unpopular voices. These private oaths and creeds that bind our democratic society are found everywhere and include those that keep us healthy. And so we see even these sacred canons, like their public service counterparts, come into disrepair – including the Hippocratic Oath.

Hippocratic oath


Long seen as the credo that underpins all of medical care, the Hippocratic oath calls up the “first, do no harm” rule as a top-level priority. By its very nature, the rule requires free and open debate to determine just what harms are in play and how best to deal with them. What to think, then, when the Ontario College of Physicians and Surgeons took one of their own to task for questioning the Provinces approach to reducing harm in the Wuhan virus context. Specifically, the College formally cautioned Dr. Kulvinder Kaur Gill for speaking out on lockdown and vaccination strategies. It mattered not that Dr. Gill, an experienced professional with a solid reputation, brought medical science and data to the table that was supported by world-renowned experts including Nobel Laureates. Her observations just didn’t meet muster with accepted Wuhan virus narratives.


In justifying the caution issued to Dr. Gill, the College stated that she lacked professionalism and failed to exercise caution in her posts on social media. This, they asserted, was “irresponsible behaviour for a member of the profession” and presented a “possible risk to public health”. In doing so they ignored the reams of data and peer-reviewed reports that she tabled with them even as it failed to respond in kind with opposing science. Had the College taken the time to do its own research, it might have found that China-style lockdowns cause far more damage to economical and societal well-being than can be justified by contagion containment. This, in a scenario where the survival rate for the under-70 infected is 99.95% and calls into the question the need to vaccinate such populations.

Dr. Gill will be appealing the College’s decision to caution her and it will be interesting to see the outcome and report on it. In the meantime, we are left with the distinct impression that oaths of service have seen better days in Canada as both public and private commitments to preserve and protect the individual rights of Canadian citizens ebb away. The problem, as noted in last week’s update, can be seen to be the overwhelming drum beat of pseudo-real narratives that repulse opposition with ridicule and invective. Oddly enough, they all seem to emanate from China and its Communist Party. Perhaps it is these narratives that need to be called to account and asked to justify themselves with real science and data while leaving the modelling behind. Either that or just ignore them totally?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Serment des membres du Conseil privé

Une drôle de chose s'est produite au Parlement du Canada le 22 février 2021. La Chambre des communes par un vote unanime et cinglant de 266 contre 0 a émis une motion non contraignante qui reconnaissait un génocide en Chine contre la population ouïgoure du pays. Le plus drôle, c'est que le premier ministre et son cabinet ont tous choisi de s'abstenir. En guise d'explication, le ministre des Affaires étrangères du Canada, Marc Garneau, a publié une déclaration selon laquelle le « gouvernement du Canada » a la responsabilité de « travailler avec les autres membres de la communauté internationale » pour mieux étudier et évaluer la situation. Le fait est que nos alliés du Groupe des Cinq (« Five Eyes ») semblent tout à fait d'accord avec l'allégation de génocide, puisque les États-Unis l'ont officiellement reconnu, tandis que les législateurs australiens et néo-zélandais demandent la reconnaissance de ce fait et que le Royaume-Uni a commandé des enquêtes indépendantes. Tout cela et le vote unanime du Parlement incitent à se demander au nom de qui le « gouvernement du Canada » parle lorsqu'il ignore un vote de 266 voix contre 0 des membres de la Chambre des communes?


Dans la tradition de Westminster, le « gouvernement du Canada » est officiellement défini comme le pouvoir « exécutif » qui fonctionne pour administrer l'État au nom du gouverneur général par l'intermédiaire du premier ministre, de son cabinet et de la fonction publique fédérale. À première vue, il semblerait que lorsque le ministre des Affaires étrangères présente une position au nom du « gouvernement du Canada », il parle au nom de ce pouvoir exécutif. Il y a cependant un peu plus que cela. Par convention, le premier ministre et son cabinet sont assermentés par le gouverneur général pour devenir membres du Conseil privé et voir les termes « Honorable » et « CP » ajoutés [1] avant et après leur nom, respectivement. Ce processus nécessite l'administration d'un serment par lequel le membre du Conseil privé jure d'être « en fidèle et loyal serviteur de Sa Majesté la Reine Elizabeth II ». C'est ici que nous voyons que les ministres ont une obligation envers « le peuple » qui constitue le « Nous » royal du Souverain et qui est officiellement représenté dans la législature par des représentants élus.


[1] L'usage du CP (PC) est plus commun en anglais mais tout à fait légal en français.

Tout cela pour dire que les ministres de la Couronne ont la responsabilité collective de maintenir la confiance de l'ensemble des représentants élus et la responsabilité individuelle du fonctionnement efficace de leur ministère. La perte de la première peut entraîner la dissolution du « gouvernement », tandis que les erreurs découlant de la seconde peuvent contraindre un ministre à démissionner. C'est ici que nous commençons à comprendre les problèmes plutôt sérieux avec la décision d'un « gouvernement » de passer outre un vote de 266 voix contre 0 qui visait à reconnaître un génocide en Chine. Il semble vraiment que ce « gouvernement » se soit détaché de son obligation de servir la Reine et son « peuple » et qu'il soit plutôt déterminé à poursuivre une politique favorable à la Chine dans ce domaine particulier. Compte tenu des récentes mesures prises par ce même « gouvernement » pour suspendre puis proroger le Parlement face à un scandale, cela n'a rien de surprenant. C'est cependant inquiétant, car ceci témoigne d'un abandon de la gouvernanceau profit d'une tyrannie. Une action par laquelle le « gouvernement du Canada » trahit son serment de servir le peuple du Canada.

Serment du système judiciaire


Alors que le « gouvernement » va au-delà de la nécessité de répondre à la Souveraine et au peuple qu'elle représente, nous voyons se développer un « déficit démocratique » capable d'éroder les droits et libertés individuels. On en a vu des exemples avec l'apparition de la crise du virus de Wuhan et le verrouillage concomitant des perspectives économiques et des libertés civiles. Il est important de noter que ces mesures ont été prises sans que leur nécessité ait été démontrée - une exigence qui est clairement énoncée dans la section 1 de notre Charte. Une fois de plus, nous voyons un « gouvernement » détaché de ses obligations envers « le peuple » car il a mis en œuvre des lois draconiennes sans justifier leur utilisation prolongée. Ces lois non soutenues qui portent atteinte aux libertés civiles peuvent être considérées comme étant « sans force ni effet » et inapplicables. Malheureusement, nos tribunaux n'ont pas réussi à aller au-delà d'une modélisation erronée pour comprendre la véritable nature de la crise, tandis que les forces de sécurité ont été largement complices en s'alliant contre les membres du public respectueux des lois.

L'incapacité des tribunaux à protéger les droits et libertés individuels contre les intrusions injustifiées peut, en partie, s'expliquer par la nature subjective du serment qu'ils prêtent. Les juges de la Cour suprême, par exemple, sont uniquement tenus de faire de leur mieux en fonction de leurs propres « compétences et connaissances ». Ils ne sont pas obligés de s'occuper d'une cause plus élevée ou plus noble. Les forces de police, par contre, et comme les militaires, doivent répondre à une vocation supérieure. Le serment de la GRC, par exemple, comporte trois obligations: servir Sa Majesté (le peuple), exécuter avec impartialité les tâches qui leur sont confiées et le faire avec toute la discrétion requise. Il est toutefois difficile de dire que la justice est rendue au profit de la population et de manière impartiale lorsque seuls certains segments de la société en subissent les conséquences, tandis que d'autres échappent à l'examen. C'est ainsi que des fidèles à leur religion sont envoyés en isolement tandis que Walmart et les manifestants de BLM poursuivent leurs activités en toute impunité.

Le problème est que le non-respect des serments au niveau public peut avoir un impact négatif sur le respect des promesses dans le domaine privé. Ainsi, nous voyons les médias mettre de côté leurs directives éthiques et toute prétention à respecter l'exactitude, l'équité, l'indépendance et la transparence au service des intérêts démocratiques et publics. Le cerbère de la liberté se déplace plutôt au rythme des clairons et des récits tribaux tout en ignorant les voix indésirables et impopulaires. Ces serments et credo privés qui lient notre société démocratique se retrouvent partout et incluent ceux qui nous maintiennent en bonne santé. Et c'est ainsi que nous voyons même ces canons sacrés tomber en désuétude - y compris le serment d'Hippocrate.

Le serment d'Hippocrate

Longtemps considéré comme le credo des soins médicaux, le serment d'Hippocrate fait de la règle « d'abord, ne pas nuire » une priorité absolue. De par sa nature même, cette règle exige un débat libre et ouvert pour déterminer quels sont les préjudices en jeu et comment les traiter. Que devons nous penser, lorsque le Collège des médecins et chirurgiens de l'Ontario a pris à partie l'un des siens pour avoir remis en question l'approche de la province en matière de réduction des dommages dans le contexte du virus de Wuhan. Plus précisément, le Collège a formellement mis en garde la Dre Kulvinder Kaur Gill pour s'être exprimé sur les stratégies de confinement et de vaccination. Peu importe que la Dre Gill, une professionnelle expérimentée jouissant d'une solide réputation, ait présenté des données scientifiques et médicales appuyées par des experts de renommée mondiale, dont des lauréats du prix Nobel. Ses observations ne correspondaient tout simplement pas aux récits acceptés sur le virus de Wuhan.


Pour justifier l'avertissement donné au Dre Gill, le Collège a déclaré qu'elle avait manqué de professionnalisme et n'avait pas fait preuve de prudence dans ses publications sur les médias sociaux.Il s'agissait d'un « comportement irresponsable de la part d'un membre de la profession » et d'un « risque possible pour la santé publique ». Ce faisant, le Collège n'a pas tenu compte des nombreuses données et des rapportsqu'elle leur a présentés, et n'a pas non plus répondu aux données scientifiques contraires. Si le Collège avait pris le temps de faire ses propres recherches, il aurait pu constater que les confinements à la chinoise causent beaucoup plus de dommages au bien-être économique et sociétal que le confinement médical propre. Ceci, dans un scénario où le taux de survie des personnes infectées de moins de 70 ans est de 99,95 % et remet en question la nécessité de vacciner ces populations.

La Dre Gill fera appel de la décision du Collège de la mettre en garde et il sera intéressant de voir le résultat. Entre-temps, nous avons la nette impression que les serments de service ont connu des jours meilleurs au Canada, alors que les engagements publics et privés à préserver et à protéger les droits individuels des citoyens canadiens s'estompent. Le problème, comme nous l'avons noté dans la mise à jour de la semaine dernière, peut être considéré comme une répétition écrasante des récits pseudo-réels qui dénigrent l'opposition par le ridicule et l'invective. Curieusement, ils semblent tous émaner de la Chine et de son parti communiste. Peut-être est-ce à ces récits qu'il convient de demander des comptes basés sur des données scientifiques réelles, laissant de côté la modélisation. Ou bien devrions nous les ignorer totalement?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon