top of page

C3RF Update, 24 Feb 2023 – What if?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

A broken trust


What to think when the commissioner of the Public Order Emergency Commission, Judge Paul Rouleau, concluded in his related final report that the Government of Canada was justified in declaring the Emergencies Act in response to Freedom Convoy 2022? More specifically, what to think when he declared that the government met the threshold for the Act’s invocation when so many expert witnesses, including the Prime Minister’s own National Security Advisor, flatly stated that it did not? These countervailing assessments were made in light of the Act’s own stated requirement to look to Section 2 of the Canadian Intelligence Security Services (CSIS) Act to determine whether or not the declaration of a public order emergency was warranted.

Judge Paul Rouleau rules the invocation of the Emergencies Act to be justified

Judge Rouleau’s decision to rule the invocation of the Emergencies Act as justified is befuddling given his promise, up front in the POEC process, that his decision would be guided primarily by the parliamentary mandate that was handed to him. This mandate, as manifested by the words and intent of the Emergencies Act itself, would take precedence in the decision-making process over and above the mandates handed down by the executive branch of government in the form of Cabinet instructions. This was made clear in Rouleau’s introductory remarks at the front end of Commission deliberations and was the source of much optimism for those who saw the need to stay focussed on the measures taken by the government rather than launch off in search of scapegoats. The less optimistic view held by C3RF patron, Brian Peckford, saw the whole Commission process as a rigged affair given the fact that it was the government that was “setting the related terms of reference, choosing the presiding authority and picking the witness list”. This characterization, disappointingly, appears to have been the more correct one.

Brian Peckford had it right? The fix was in?

Rouleau’s final report makes it clear that he broke from promises made in his introductory remarks to go well beyond the Emergencies Act’s direction to “cause an inquiry to be held into the circumstances that led to the declaration being issued and the measures taken for dealing with the emergency”. Rather than this, he decided to paint outside the lines provided by the Act’s mandate to accommodate a more “holistic” approach. This approach would use a “more open-textured standard” that would allow the Commissioner to assess “circumstances and measures” in line with Cabinet instructions – instructions that included folding in the impact of things like “misinformation” and “the efforts of police” on the decision to invoke the Act. This holistic approach would allow the Commissioner to move in lockstep with government thinking that went beyond what actually happened on the ground to “what might happen” – an open-ended enterprise capable of entertaining any number of “what’s the worst thing that could happen” hypotheticals and justifying anything.

Is governing by “what's the worst that could happen” a good idea?
 

What if?


In ruling that the Cabinet “was reasonably concerned that the situation it was facing was worsening”, Judge Rouleau effectively gave a green light to any future government to similarly invoke the nation’s most draconian legislation on a “what if” basis. The problem is, however, that the Emergences Act itself stipulates that such “what if” thinking cannot be allowed to become the order-of-the-day. This is clearly stated up front in the Act where its preamble states; “AND WHEREAS the Governor in Council, in taking such special temporary measures, would be subject to the Canadian Charter of Rights and Freedomsand the Canadian Bill of Rights and must have regard to the International Covenant on Civil and Political Rights.” Clearly, the checks and balances associated with Canada’s supreme law in the form of the Constitution and its embedded Charter cannot be arbitrarily circumvented by “what’s the worst that could happen” thinking. The Charter and its guarantee to not limit the fundamental rights of citizens unless the need to do so can be “demonstrably justified in a free and democratic society” cannot be abrogated - “what if” thinking be damned!

No doubt about it? The supreme law of the land trumps "what if" thinking

To make matters worse still, the Commissioner went beyond embracing the Cabinet’s anti-constitutional “what if” logic to circumvent the Emergencies Act itself. He did so by conveniently rationalizing its Section 3 admonition to consider invocation only if the situation “cannot be effectively dealt with by any other law of Canada”. He concluded that a successful test of this direction would be “met on the basis of the modifier ‘effectively’ as opposed to the verb ‘cannot’”. In this fashion he sidestepped testimony by a wide variety of police and security authorities who stated, under oath, that protest events across the nation never exceeded the capacities of in-place, non-emergency security resources or laws. In other words, the Commissioner recognized incompetence as having a power capable of trumping both the Act and the Charter. See where this is going?

Former OPP Chief Superintendent Carson Pardy one of many who testified that the Emergencies Act was not required


The use of “what if” logic and “incompetence” to justify the invocation of the Emergencies Act can be seen as reflections of just how inconsequential our Charter of Rights and Freedoms has become in the minds of our politico-judicial class. The POEC Final Report is just another in a long string of legal events that sees the judiciary affording executive-controlled legislators a “margin of appreciation” when it comes to decisions that can be seen as anti-constitutional. So it can be seen to be the case when:

The POEC Final Report, however, is unique in this regard as it goes beyond providing a “margin of appreciation” to a political class to recommend new legislation that will enable even greater erosion of the fundamental Charter rights of everyday Canadians.

Funeral attendance stymied as NL Supreme Court Judge Donald Burrage upholds Covid travel bans
 

An emerging “Enabling Act”


One could be excused for seeing a parallel between some of the 56 recommendations contained within the POEC Final Report and the development of the Nazi “Enabling Act” of 1933. In both cases we see judicial authorities surrendering any responsibility to serve as a check on executive-controlled legislative powers bent on formulating anti-constitutional law. Then as now, German judges viewed the government “as legitimate and continued to regard themselves as state servants” rather than as an independent and separate power. We see this same subservience at play in the POEC’s Final Report by virtue of a recommendation 28 that seeks to deal with “misinformation” and in recommendations 31 and 32 that seek to “modernize” the Emergencies Act itself.


Is the POEC Final Report a prelude to a Canadian "Enabling Act"

The final report’s “misinformation” recommendation greenlights an examination of “whether a department or agency of government should have the authority and responsibility to monitor and report on information contained in social media for appropriate purposes and with appropriate safeguards”. In doing so it unabashedly seeks to safeguard the public from “misinformation” capable of sparking anti-government protest. One can easily see how a government, emboldened by such a recommendation, could move to shut down speech it didn’t like even though the Final Report attributed such misinformation to both sides of the argument. Indeed, “conspiracy theory” vaccine safety and efficacy concerns expressed by the truckers, like the impact of natural immunity or the inability of vaccines to prevent the infection or spread of the Wuhan virus, were solidly based on credible data and medical research – as is now indicated in an official State of Florida Public Health Alert. If anything, surely it would have been better if all points of view were allowed to be aired freely and listened to rather than classifying them as misinformation and shutting them down? Does the final report’s recommendation 28 bode more ill than good as it would give governments the means to shut down speech that didn’t serve its own narratives?

Were the truckers and Florida Surgeon General Ladapo correct in questioning vaccine safety and efficacy?

Of even greater concern, however, are recommendations 31 and 32 that call for decoupling a CSIS definition of “threats to the security of Canada” from the Emergencies Act and ensure that “the definition of a public order emergency is modernized’ respectively. These recommendations will, no doubt, open the door for our current Liberal/ NDP junta to modify the Emergencies Act so that “what if” scenarios can be fully embraced as bona fide justifications for crushing the civil liberties of Canadians. Inconvenient CSIS definitions will be swept aside and “modernized” so that the hypothetical might be better addressed – better safe than sorry? The fact that the Coutts and Windsor border crossings were cleared and Ottawa protesters were organizing a departure from downtown Ottawa would fall away as considerations given a “modernized” definition of what a public order emergency is. Indeed, the Emergencies Act might even be renamed as the Canadian “Enabling Act” as there is no end of potential catastrophes that might demand immediate attention and the suspension of fundamental Charter rights – including, of course, misinformation generated as a by-product of free speech. One wonders, when Judge Rouleau stated that “reasonable and informed people could reach a different conclusion than the one I have arrived at” was he questioning the fidelity of his own conclusions?

Will the Emergencies Act become a new “Enabling Act"?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Une confiance trahie


Que penser lorsque le commissaire de la Commission d'urgence sur l'ordre public, le juge Paul Rouleau, conclut dans son rapport final que le gouvernement du Canada était justifié de déclarer la Loi sur les mesures d'urgence en réponse au convoi Liberté 2022? Plus précisément, que penser lorsqu'il déclare que le gouvernement a atteint le seuil d'invocation de la Loi alors que tant de témoins experts, y compris le propre conseiller à la sécurité nationale du premier ministre, ont affirmé catégoriquement que ce n'était pas le cas? Ces évaluations contradictoires ont été faites à la lumière de l'exigence énoncée dans la Loi elle-même de se référer à l'article 2 de la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) pour déterminer si la déclaration d'une urgence d'ordre public était justifiée ou non.

Le juge Paul Rouleau estime que l'invocation de la Loi sur les urgences est justifiée

La décision du juge Rouleau de considérer l'invocation de la Loi sur les mesures d'urgence comme justifiée est surprenante compte tenu de sa promesse, dès le début du processus de la POEC, que sa décision serait guidée principalement par le mandat parlementaire qui lui a été confié. Ce mandat, tel que manifesté par les mots et l'intention de la Loi sur les mesures d'urgence elle-même, aurait la priorité dans le processus de prise de décision sur et au-dessus des mandats donnés par la branche exécutive du gouvernement sous forme d'instructions du Cabinet. Cela a été clairement exprimé dans les remarques d'introduction du juge Rouleau au début des délibérations de la Commission et a été la source de beaucoup d'optimisme pour ceux qui ont vu la nécessité de rester concentrés sur les mesures prises par le gouvernement plutôt que de se lancer à la recherche de boucs émissaires. L'opinion moins optimiste du parrain du C3RF, Brian Peckford, voyait l'ensemble du processus de la Commission comme une affaire truquée, étant donné que c'était le gouvernement qui « établissait les termes de référence, choisissait l'autorité qui présidait et dressait la liste des témoins ». Cette caractérisation, malheureusement, semble avoir été la plus correcte.

Brian Peckford avait raison? La solution était trouvée?

Le rapport final de M. Rouleau indique clairement qu'il n'a pas tenu les promesses faites dans ses remarques préliminaires et qu'il est allé bien au-delà de la directive de la Loi sur les mesures d'urgence de « faire tenir une enquête sur les circonstances qui ont mené à l'émission de la déclaration et sur les mesures prises pour faire face à l'urgence ». Au lieu de cela, il a décidé de sortir des limites prévues par le mandat de la Loi pour adopter une approche plus « globale ». Cette approche ferait appel à une « norme à caractère plus ouvert » qui permettrait au commissaire d'évaluer « les circonstances et les mesures » conformément aux instructions du Cabinet - instructions qui comprenaient la prise en compte de l'impact d'éléments comme la « désinformation » et « les efforts de la police » sur la décision d'invoquer la Loi. Cette approche globale permettrait au commissaire de suivre la pensée du gouvernement qui va au-delà de ce qui s'est réellement passé sur le terrain pour s'intéresser à « ce qui pourrait se passer » - une entreprise non limitée capable d'envisager toutes sortes d'hypothèses « quelle est la pire chose qui pourrait arriver » et de justifier n'importe quoi.

Est-ce une bonne idée de gouverner en fonction de « ce qui pourrait arriver de pire »?
 

Et si?


En statuant que le Cabinet « était raisonnablement préoccupé par l'aggravation de la situation à laquelle il était confronté », le juge Rouleau a effectivement donné le feu vert à tout futur gouvernement pour invoquer de la même manière la législation la plus draconienne du pays sur la base de « et si ». Le problème, cependant, est que la Loi sur les urgences elle-même stipule que l'on ne peut pas permettre que de telles hypothèses deviennent la norme. Cela est clairement énoncé dans le préambule de la Loi : « qu’en appliquant de pareilles mesures, le gouverneur en conseil serait assujetti à la Charte canadienne des droits et libertésainsi qu’à la Déclaration canadienne des droits et aurait à tenir compte du Pacte international relatif aux droits civils et politiques». Il est clair que les freins et contrepoids associés à la loi suprême du Canada sous la forme de la Constitution et de la Charte qui y est intégrée ne peuvent être arbitrairement contournés par une réflexion du type « qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ». La Charte et sa garantie de ne pas limiter les droits fondamentaux des citoyens à moins que le besoin de le faire puisse être « dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique» ne peuvent pas être abrogées - que la réflexion « et si » soit maudite!

Aucun doute? La loi suprême du pays l'emporte sur les réflexions de type « et si »

Pour empirer les choses, le commissaire a fait plus qu'adopter la logique anticonstitutionnelle du Cabinet pour contourner la Loi sur les urgences elle-même. Il l'a fait en rationalisant de façon ingénieuse l'article 3 de cette loi, qui stipule que l'invocation ne doit être envisagée que si la situation « ne peut être réglée efficacement par aucune autre loi du Canada ». Il a conclu qu'un test réussi de cette directive serait « satisfait sur la base de l'adverbe « effectivement » par opposition au verbe « ne peut » ». De cette façon, il a éludé le témoignage d'une grande variété d'autorités policières et de sécurité qui ont déclaré, sous serment, que les événements de protestation à travers le pays n'ont jamais dépassé les capacités des ressources ou des lois de sécurité non urgentes en place. En d'autres termes, le commissaire a reconnu que l'incompétence avait un pouvoir capable de supplanter à la fois la Loi et la Charte. Vous voyez où cela mène?

L'ancien surintendant en chef de la Police provinciale de l'Ontario, Carson Pardy, est l'un des nombreux témoins qui ont affirmé que la Loi sur les mesures d'urgence n'était pas nécessaire


Le recours à la logique du « et si » et à l' « incompétence « pour justifier l'invocation de la loi sur les urgences peut être considéré comme un reflet de l'inconséquence de notre Charte des droits et libertés dans l'esprit de notre classe politico-judiciaire. Le rapport final de la POEC s'inscrit dans une longue série d'événements juridiques qui voient le pouvoir judiciaire accorder aux législateurs contrôlés par l'exécutif une « marge d'appréciation »lorsqu'il s'agit de décisions qui peuvent être considérées comme anticonstitutionnelles. On peut donc considérer que c'est le cas lorsque:

Le rapport final de la POEC est toutefois inédit à cet égard, car il va au-delà de l'octroi d'une « marge d'appréciation » à une classe politique pour recommander une nouvelle législation qui permettra une érosion encore plus grande des droits fondamentaux de la Charte des Canadiens de tous les jours.

Le juge Donald Burrage de la Cour suprême de NL confirme l'interdiction de voyager imposée par Covid, ce qui entrave la participation aux funérailles
 

Une « loi des pleins pouvoirs » émergente


On pourrait être excusé de voir un parallèle entre certaines des 56 recommandations contenues dans le rapport final de la POEC et l'élaboration de la loi nazie « des pleins pouvoirs » de 1933. Dans les deux cas, nous voyons les autorités judiciaires renoncer à toute responsabilité pour servir de contrôle aux pouvoirs législatifs contrôlés par l'exécutif et déterminés à formuler des lois anticonstitutionnelles. À l'époque comme aujourd'hui, les juges allemands considéraient le gouvernement « comme légitime et continuaient à se considérer comme des serviteurs de l'État » plutôt que comme un pouvoir indépendant et distinct. Nous voyons cette même soumission en jeu dans le rapport final de la POEC en vertu de la recommandation 28 qui cherche à traiter la « désinformation » et dans les recommandations 31 et 32 qui cherchent à « moderniser » la loi sur les urgences elle-même.

Le rapport final de la POEC est-il le prélude à une "loi des pleins pouvoirs" canadienne?

La recommandation du rapport final sur la « désinformation » prévoit d'examiner « la pertinence de conférer à un ministère ou à un organisme gouvernemental le pouvoir et la responsabilité de surveiller l’information contenue dans les médias sociaux et d’en faire rapport à des fins appropriées et sous réserve de garanties adéquates». Ce faisant, elle cherche sans ambages à protéger le public de la « désinformation » susceptible de déclencher des protestations antigouvernementales. On peut facilement imaginer comment un gouvernement, encouragé par une telle recommandation, pourrait prendre des mesures pour faire taire les discours qu'il n'apprécie pas, même si le rapport final attribue ces fausses informations aux deux parties en présence. En effet, les préoccupations relatives à la sécurité et à l'efficacité des vaccins exprimées par les camionneurs dans le cadre de la « théorie des complots », comme l'impact de l'immunité naturelle ou l'incapacité des vaccins à prévenir l'infection ou la propagation du virus de Wuhan, étaient solidement fondées sur des données et des recherches médicales crédibles, comme l'indique maintenant une alerte officielle de santé publique de l'État de Floride. Il aurait sans doute été préférable de permettre à tous les points de vue de s'exprimer librement et d'être écoutés plutôt que de les classer dans la catégorie des fausses informations et de les faire taire. La recommandation 28 du rapport final n'est-elle pas plus de mauvais augure que de bon augure, car elle donnerait aux gouvernements les moyens de faire taire les discours qui ne servent pas leurs propres intérêts?

Les camionneurs et le chirurgien général Ladapo de Floride avaient-ils raison de mettre en doute la sécurité et l'efficacité des vaccins?

Cependant, les recommandations 31 et 32 sont encore plus préoccupantes, car elles demandent respectivement de dissocier de la Loi sur les urgences la définition des « menaces à la sécurité du Canada » établie par le SCRS et de veiller à ce que « la définition d'une urgence d'ordre public soit modernisée ». Ces recommandations ouvriront sans aucun doute la porte à la junte libérale et néo-démocrate actuelle pour modifier la Loi sur les mesures d'urgence de façon à ce que les scénarios « et si » puissent être considérés comme des justifications de bonne foi pour écraser les libertés civiles des Canadiens. Les définitions gênantes du SCRS seront balayées et « modernisées » afin que les scénarios hypothétiques puissent être mieux traités - mieux vaut prévenir que guérir? Le fait que les postes frontaliers de Coutts et Windsor aient été libérés et que les manifestants d'Ottawa organisent un départ du centre-ville d'Ottawa ne serait plus une considération étant donné une définition " modernisée " de ce qu'est une urgence d'ordre public. En fait, la Loi sur les urgences pourrait même être rebaptisée « Loi des pleins pouvoirs » canadienne, car il n'y a pas de fin aux catastrophes potentielles qui pourraient exiger une attention immédiate et la suspension des droits fondamentaux de la Charte - y compris, bien sûr, la désinformation générée comme sous-produit de la liberté d'expression. On peut se demander, lorsque le juge Rouleau a déclaré que « des personnes raisonnables et informées pourraient arriver à une conclusion différente de celle à laquelle je suis arrivé », s'il a remis en question la fidélité de ses propres conclusions?

La loi sur les urgences deviendra-t-elle une nouvelle « loi des pleins pouvoirs »?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT