C3RF Update, 28 May 2021 – The Chuck Norris effect


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!

The race to despotism


Is it just me or is anyone else surprised with Canada’s accelerating descent into despotism? It was bad enough last year at this time when, over the course of the month of May in 2020, these update pages chronicled a week-by-week chipping away of our civil liberties. Recall that in successive updates we saw a steady increase in the country’s subjective “despotism” score. For example, we found in the:

  • 01 May 2020 edition that our own House of Commons was deemed to be “non-essential” and scrubbed of all representatives save for 32. It would be the 32 who would speak on behalf of the 338 that were elected by the good citizens of Canada. The combined democracy-despotism/ trend score, on a scale of “0” to “10” with “10” being full blown dictatorship, was pegged at “9”;

  • 08 May 2020 edition that the government would use its Order-in-Council authority to arbitrarily move some 1500 firearms from a restricted to a prohibited category. This “rule by fiat” would deprive law-abiding citizens of their due process rights and move the combined democracy-despotism/ trend score to 9.3 overall;

  • 15 May 2020 edition that the promise to “flatten the curve” had turned into “stopping the virus totally”. Hence commenced the lockdown strategies that broke the promises of all of Canada’s 14 Chief Medical Officers and have been so successful that they continue to this day. The combined democracy-despotism/ trend score became 9.5 overall;

  • 22 May 2020 edition that the Wuhan virus crisis had seemed to bring out the little dictator in our political and medical elites as they began using “cooptation, censorship and propagandato keep the good people of Canada in check and under control. The combined democracy-despotism/ trend score was raised to become 9.7 overall; and

  • 29 May 2020 edition that the government had actually moved to punish or reward corporate Canada on the basis of how well individual firms conformed to its own “ideological preferences”. This, in combination with the firing of a N.L. journalist for criticizing a civil service that was flourishing in the face of the demise of private enterprise, moved the combined democracy-despotism/ trend score to 9.9 overall.

By the end of the month of May 2020, it was clear that the country was tipping into full-fledged despotism. Here is the summary graph that represented the related state of affairs from this time period.

It goes without saying that in the intervening year since our last “democracy-despotism” analysis that the situation has not improved. Indeed, the current score could well be seen to be well above the max score of “10” as our governments have moved beyond the issuance of diktats to forcefully coerce the Canadian population. This has been done through the use of police forces to place the boot upon the throats of everyday citizens. These law-abiding, tax-paying, God-fearing folk include pastors who have been thrown into solitary confinement for tending to their congregations. This, even as “passport” discussions have begun to separate the vaccinated from the unvaccinated. Has there ever been a time in the nation’s history when so much effort has been put into creating an “other” within our own society? Perhaps the forced internments of WWI and II?

Internment of Japanese-Canadians during WWII

It would appear that the Wuhan virus, like the exigencies associated with two world wars, has provided the backdrop to both unite and divide the good citizens of Canada. In both cases we see a population unite to defeat an existential threat even as it falls upon those who are perceived to be of a different mind on its urgency. These are times that are capable of inculcating a mob mentality that puts the test to the individual rights and freedoms that are the hallmark of a Western liberal democracy. The one essential ingredient required to kick off this descent into tribalism is always the same and its name is fear.

Fear imagined

The fear factor

Hermann Goering

During the post WWII Nuremberg Trials of 1946, Herman Goering was interviewed by a German-speaking intelligence officer and psychologist, Gustav Gilbert. The subject matter was wide-ranging and included the “how” of leading nations into war. Gilbert related that it would be more difficult to entice a democracy into battle given that people had a voice. Goering stated that that was all well and good but that “All you have to do is tell them they are being attacked and denounce the pacifists for lack of patriotism and exposing the country to danger. It works the same way in any country”. In his comments, we see Goering alluding to the use of the prospect of “attacking” forces to generate a fear of both them and those who question the whole notion of such an attack.


And so it is with the Wuhan virus crisis. A crisis that was seeded by the fear created by Chinese authorities as they rushed to build hospitals, weld people into their apartments and sweep them off of the streets like so much diseased refuse – all conveniently filmed and distributed through social media platforms to the world at large. Western authorities, in turn, were more than happy to wash, rinse and repeat this information and claim it was supported by the “science”. One can be forgiven for being skeptical of the “science” as it was coming from a Chinese puppet agency known as the WHO and was being echoed, in-country, by employees of that same United Nations entity. Indeed, it seemed as though Canada’s Prime Minister, Minister of Health and Chief Medical Officer were all singing from the same WHO song sheet that always seemed to be aligned with Chinese interests and talking points.

Canada adopts Wuhan virus “science” and fealty to Chinese interests?

The “science” being proffered by the WHO, and so readily taken up by Canadian authorities, was remarkable for its departure from long-held epidemiological knowledge and experience. Related definitions were dusted off and given new meanings as were the terms “pandemic” and “herd immunity”. “Pandemic” was redefined by substituting “enormous numbers of death and illness” with “a new influenza virus appears against which the human population has no immunity”. Likewise, the term “herd immunity” was re-defined to exclude naturally acquired immunity to leave vaccines as the only way to reach such a goal. The re-definition of “pandemic” was fortuitous from a panic perspective as the year-over-year loss of life due to the Wuhan virus was marginal. For example, in the Canadian instance the number of deaths in the 34 weeks that ended August 22 2020 “was not significantly higher than observed in recent years”. Meanwhile, the re-definition of “herd immunity” now operates as a shill for big pharma as vaccines are the only way to attain it in a population.

The new vaccine monopoly on herd immunity

The Chuck Norris effect


Unfortunately, convenient definitions are not the only structural underpinnings of the panic associated with the Wuhan virus. False statistics and modelling have also played a significant part in keeping the fear mill spinning. First there were fatality rates that were grossly exaggerated and fed into models to create further miscalculations. When projected deaths didn’t pan out the misinformation machine slipped into “case count” mode aided nimbly by the “gold standard” of testing – the PCR test. Problem is and as finally admitted to in Manitoba court proceedings, the test, as manipulated, produces a 56% false positive rate and is totally useless for providing a picture of infection status. And now that cases are, nevertheless, ebbing, the lockdowns are about to be further extended on the basis of the vaccine stranglehold on herd immunity. No let up until 75% of the population is vaccinated.

Vaccine cripple

So much disinformation seemingly designed to keep us jailed and divided – at least until we all get our compulsory jabs. One can see the analogy between present day Canada and the communist Romania of the mid-1980’s taking shape. Here as there, the powers-that-be are in strict control of the information you receive – at least until the Chuck Norris effect kicks in. This effect was initiated in Romania by pesky, courageous types who smuggled Western VHS tapes into the country. Chuck Norris action films were a favourite and it wasn’t long before Romanians discovered that America was far more different and affluent than the Ceaușescu regime had let on. There were skyscrapers, parks and big modern appliances that put the lie to what they were told about the West. The new knowledge fed a sense of betrayal and a desire for change that would result in a popular revolution and the summary execution of Ceaușescu and his wife.

Ceausescu and wife in happier days

It’s easy to see how Canada is on the same track as Romania. How could it not be given that much more omnipresent and frowned upon information networks are capable of pushing facts around, under and over established media propaganda. The shelve life of such state-sponsored propaganda in the face of such opposition is short and this certainty might just be responsible for its increasingly desperate tones. These desperate narratives include the purposeful misrepresentation of the “experimental” nature of Wuhan virus vaccines and the assertion that they are completely safe for injection into our children and grandchildren – even without parental approval. It’s hard to see how the Chuck Norris effect will not crank up when it becomes common knowledge that the long-term effects of these vaccines, particularly on fertility, is currently unknown. What will parents think and do then?

The Romanian revolution

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Noter! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir l'avis ci-dessous!

La course au despotisme


Est-ce que c'est moi ou quelqu'un d'autre est surpris par l'accélération de la descente du Canada vers le despotisme? C'était déjà assez grave l'année dernière à la même époque, lorsque, au cours du mois de mai 2020, ces pages de mise à jour ont fait la chronique d'une érosion semaine après semaine de nos libertés civiles. Rappelons que dans les mises à jour successives, nous avons constaté une augmentation constante du score subjectif de « despotisme » du pays. Par exemple, nous avons constaté dans:

  • l'édition du 1er mai 2020, que notre propre Chambre des communes a été jugée « non essentielle » et débarrassée de tous ses représentants, à l'exception de 32. Ce sont ces 32 qui parleraient au nom des 338 élus par les citoyens du Canada. Le score combiné démocratie-déspotisme-tendance, sur une échelle de "0" à "10", "10" étant une dictature totale, a été évalué à "9";

  • l'édition du 08 mai 2020 que le gouvernement utiliserait son pouvoir de discrétionnaire pour faire passer arbitrairement quelque 1 500 armes à feu de la catégorie des armes à autorisation restreinte à celle des armes interdites. Cette « règle par fiat » priverait les citoyens respectueux de la loi de leur droit à une procédure régulière et ferait passer le score combiné démocratie-déspotisme-tendance à 9,3;

  • 15 mai 2020 que la promesse d' « aplanir la courbe » s'est transformée en « arrêt total du virus ». C'est ainsi qu'ont débuté les stratégies de confinement qui ont brisé les promesses des 14 médecins-chefs du Canada et qui ont connu un tel succès qu'elles se poursuivent à ce jour. Le score combiné démocratie-déspotisme-tendance est devenu 9,5 au total;

  • l'édition du 22 mai 2020 indique que la crise du virus de Wuhan a semblé faire ressortir le empereur de nos élites politiques et médicales, qui ont commencé à utiliser « la cooptation, la censure et la propagande » pour garder le peuple du Canada sous contrôle. Le score combiné démocratie-déspotisme-tendance s'est élevé pour devenir 9,7 dans l'ensemble; et

  • l'édition du 29 mai 2020 a révélé que le gouvernement avait en fait décidé de punir ou de récompenser les entreprises canadiennes en fonction de leur conformité à ses propres « préférences idéologiques ». Ceci, combiné au licenciement d'un journaliste de la T.-N.-L. pour avoir critiqué une fonction publique qui s'épanouissait face à la disparition de l'entreprise privée, ce qui a fait passer le score combiné démocratie-déspotisme-tendance à 9,9.

À la fin du mois de mai 2020, il était clair que le pays basculait vers le despotisme absoluVoici le graphique récapitulatif qui représentait l'état des choses durant cette période.

Il va sans dire qu'au cours de l'année écoulée depuis notre dernière analyse « démocratie-déspotisme », la situation ne s'est pas améliorée. En effet, le score actuel pourrait bien être considéré comme étant bien au-dessus du score maximum de « 10 », car nos gouvernements ont dépassé l'émission de diktats pour contraindre par la force la population canadienne. Cela s'est fait par l'utilisation des forces de police pour mettre la botte sur la tête des citoyens ordinaires. Parmi ces citoyens respectueux des lois, qui paient des impôts et respectent Dieu, on trouve des pasteurs qui ont été mis en isolement pour s'être occupés de leurs congrégations. Et ce, alors même que des discussions sur les « passeports » ont commencé à séparer les vaccinés des non-vaccinés. Y a-t-il jamais eu un moment dans l'histoire de la nation où autant d'efforts ont été déployés pour créer un « autre » au sein de notre propre société? Peut-être les internements forcés de la première et de la deuxième guerre mondiale furent un précédent?

Internement de Canadiens d'origine japonaise

Il semblerait que le virus de Wuhan, tout comme les exigences associées aux deux guerres mondiales, ait servi de toile de fond pour unir et diviser les citoyens du Canada. Dans les deux cas, nous voyons une population s'unir pour vaincre une menace existentielle, même si celle-ci s'abat sur ceux qui sont perçus comme ayant un avis différent sur son urgence. Ces temps sont capables d'inculquer une mentalité de foule qui met à l'épreuve les droits et libertés individuels qui sont la marque d'une démocratie libérale occidentale. L'ingrédient essentiel requis pour amorcer cette descente dans le tribalisme est toujours le même et son nom est la peur.

Peur imaginaire

Le facteur de la peur

Hermann Göring

Au cours du procès de Nuremberg de 1946, qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, Hermann Göring a été interrogé par un officier de renseignement et psychologue germanophone, Gustav Gilbert. Le sujet était très vaste et comprenait le « comment » peut-on conduire des nations à la guerre. Gilbert a raconté qu'il serait plus difficile d'entraîner une démocratie dans la bataille étant donné que les gens avaient une voix. Göring a déclaré que c'était bien beau mais que « tout ce que vous avez à faire est de leur dire qu'ils sont attaqués et de dénoncer les pacifistes pour manque de patriotisme et pour exposer le pays au danger. Cela fonctionne de la même manière dans n'importe quel pays ». Dans ses commentaires, Göring fait allusion à l'utilisation de la perspective d'une « attaque » des forces armées pour susciter la peur de celles-ci et de ceux qui remettent en question l'idée même d'une telle attaque.


C'est le cas de la crise du virus de Wuhan. Cette crise a été alimentée par la peur suscitée par les autorités chinoises, qui se sont empressées de construire des hôpitaux, d'emmener les gens dans leurs appartements et de les expulser des rues comme de vulgaires déchets – le tout étant commodément filmé et diffusé au monde entier par les médias sociaux. Les autorités occidentales, à leur tour, étaient plus qu'heureuses de laver, rincer et répéter ces informations et de prétendre qu'elles étaient soutenues par la « science ». On peut être pardonné d'être sceptique quant à cette « science », car elle provenait d'une agence fantoche chinoise connue sous le nom d'OMS et était reprise, dans le pays, par des employés de cette même entité des Nations Unies. En effet, il semblait que le premier ministre, le ministre de la Santé et le médecin-chef du Canada marchaient au pas de l'oie de l'OMS qui semblait toujours s'aligner sur les intérêts et les points de discussion de la Chine.

Le Canada adopte la « science » du virus de Wuhan et la fidélité aux intérêts chinois?

La « science » proposée par l'OMS, et si facilement adoptée par les autorités canadiennes, était remarquable par sa rupture avec les connaissances et l'expérience épidémiologiques de longue date. Des définitions connexes ont été dépoussiérées et ont reçu de nouvelles significations, comme les termes « pandémie » et « immunité collective ». Le terme « pandémie » a été redéfini en remplaçant « nombre énorme de décès et de maladies » par « apparition d'un nouveau virus de la grippe contre lequel la population humaine n'est pas immunisée ». De même, le terme « immunité collective » a été redéfini pour exclure l'immunité naturellement acquise et laisser les vaccins comme seul moyen d'atteindre un tel objectif. La redéfinition du terme « pandémie » a été fortuite du point de vue de la panique, car les pertes de vies humaines dues au virus de Wuhan ont été marginales d'une année sur l'autre. Par exemple, dans le cas du Canada, le nombre de décès au cours des 34 semaines qui se sont terminées le 22 août 2020 « n'était pas significativement plus élevé que celui observé ces dernières années ». Pendant ce temps, la redéfinition de l'limmunité de groupe » sert désormais de faire-valoir aux grandes entreprises pharmaceutiques, les vaccins étant le seul moyen de l'obtenir dans une population.

Monopole vaccinal sur l’immunité des porcs

L'effet Chuck Norris


Malheureusement, les définitions commodes ne sont pas les seuls fondements structurels de la panique associée au virus de Wuhan. Les fausses statistiques et les modélisations ont également joué un rôle important pour faire alimenter la peur. Tout d'abord, les taux de mortalité ont été grossièrement exagérés et intégrés dans des modèles pour créer d'autres faux calcul. Lorsque les décès prévus ne se sont pas concrétisés, la machine à désinformer s'est mise en mode « comptage des cas », aidée par la « norme d'excellence » des tests - le test PCR. Le problème est que, comme l'a finalement admis le tribunal du Manitoba, le test, tel qu'il a été manipulé, produit un taux de faux positifs de 56 % et est totalement inutile pour donner une image du statut de l'infection. Et maintenant que les cas sont, malgré tout, en train de diminuer, les mesures de confinement sont sur le point d'être encore étendues sur la base de la mainmise du vaccin sur l'immunité de groupe. Nous n'aurons aucun répit tant que 75% de la population n'est pas vaccinée.

L'estropié du vaccin

Tant de désinformation apparemment conçue pour nous garder emprisonnés et divisés - au moins jusqu'à ce que nous recevions tous nos vaccins obligatoires. On peut voir se dessiner l'analogie entre le Canada d'aujourd'hui et la Roumanie communiste du milieu des années 1980. Ici comme là-bas, les pouvoirs en place contrôlent strictement les informations que vous recevez - du moins jusqu'à ce que l'effet Chuck Norris se produise. Cet effet a été initié en Roumanie par des types méchants et courageux qui ont introduit clandestinement des cassettes VHS occidentales dans le pays. Les films d'action de Chuck Norris étaient les préférés et les Roumains n'ont pas tardé à découvrir que l'Amérique était bien plus différente et riche que ce que le régime de Ceaușescu avait laissé croire. Il y avait des gratte-ciel, des parcs et de gros appareils modernes qui démentaient ce qu'on leur avait dit sur l'Occident. Ces nouvelles connaissances ont alimenté un sentiment de trahison et un désir de changement qui ont abouti à une révolution populaire et à l'exécution sommaire de Ceaușescu et de sa femme.

Ceaușescu et Elena à l'apogée

Il est facile de voir comment le Canada est sur la même voie que la Roumanie. Comment pourrait-il en être autrement étant donné que des réseaux d'information omniprésents et mal vus sont capables de faire circuler des faits, sous et au-dessus de la propagande médiatique traditionnelle. La durée de vie d'une telle propagande d'État face à une telle opposition est courte et cette certitude pourrait bien être à l'origine de ses tonalités de plus en plus désespérées. Ces récits désespérés comprennent la déformation délibérée de la nature « expérimentale » des vaccins du virus Wuhan et l'affirmation qu'ils sont totalement sûrs pour être injectés à nos enfants et petits-enfants - même sans l'approbation des parents. Il est difficile de voir comment l'effet Chuck Norris ne montera pas en puissance lorsqu'il sera de notoriété publique que les effets à long terme de ces vaccins, notamment sur la fertilité, est actuellement inconnu. Que penseront et feront alors les parents?

La révolution roumaine

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts