C3RF Member Update - 29 Jan, 2021


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Sign the C3RF petition to Canadian police authorities – stop the tyranny!

The problem with narratives


As we close in on a year of rotating lockdowns and a spectacular failure to “flatten the Wuhan virus curve”, is it time to revisit the related narrative that has sent us careening down this unfortunate path? Recall from last week’s update that this is one of many narratives that seem to be everywhere. They soil the ground we walk on and force us to sidestep the slurry as we try to go about our daily lives. And so it is, trips to the grocery store are few and far between even as our children are pulled from ice rinks and toboggan hills in the name of “locking down”.

Last week we also saw how the Toronto Police Service did its level best to advise its constables a Charter of Rights and Freedoms still existed and that the authority they had under provincial emergency acts was not unlimited. This week we see a group of concerned Alberta law enforcement officers go a step beyond. They note that “following orders” may not be a winning defence if they are taken to task for illegitimately breaching the Charter Rights of citizens. Could it be that narratives, no matter how vociferously they are touted by the “experts”, need to be carefully weighed before they are implemented in real life?

And there we have it. It would be prudent to take a close look under the hood of the “experts” who claim to have the answers. Particularly when the answers they propose have irreversible consequences. And so it is with “locking down” and incurring a deficit of some $400 billion - not to mention stripping a whole workforce of the dignity that comes from providing for oneself and one’s family. When looking “under the hood” for motivations, is it plausible that the creation of such dependency on a “money tree” state is one of them? Particularly when the possibility of such an outcome is as plain as the nose on your face – just as is the inability of the “lockdown” narrative to “flatten the curve”? Occam’s razor?

Wing walking, science and modelling


Science and its progression through the scientific method, as noted in these pages, is a phenomenon of Western society. It is very much about building on what is known in objective reality to hypothesize, theorize and then prove new aspects of that reality. Just like a wing walker holds tight to one handhold until he establishes a firm grip on the next, science progresses in a rational fashion that uses data-based observations to link cause and effect. It is critical to note that the whole idea of “eradicating” the Wuhan virus through social distancing, mask wearing and “locking down” has no basis in this scientific process. Rather than this, the idea was conjured up and then validated through advanced computer modelling. It was an idea looking for pseudo-scientific credentials. One could say it was a false narrative.

To explain, the modelling was riddled with assumptions that just weren’t supported by the data. Infection Fatality Rates, for example, were initially clocked in at a catastrophic 3.4% when, in actuality, the data shows it to be in the regime of .05% for those less than 70 years of age. Much more than this, though, the modelling was grossly negligent in addressing the adverse impacts of “locking down” a whole society. The modelling was one-sided and gave a wide berth to any consideration of the costs associated with shutting down society. Potential social and economic problems were just not factored into the mix. It was as if a particular solution was in search of a problem it could latch itself onto. And the solution was to “build back better” a new society on the ash heap of the old.

The use of modelling techniques to link a particular solution to a real or imagined problem is not a new phenomenon. We can see it operating in support of other initiatives that aim to create a new world order characterized by the centralization of power in the hands of the gifted few. The “hockey stick” global warming model springs to mind here. Recall that it was central in launching the global initiative to control anthropogenic warming of the atmosphere before actual temperature increases “paused” and the concept met an ignominious defeat in the courtroom. This latter defeat came when the author of the “hockey stick” model, Dr. Michael Mann, had his defamation case against a critic of his model dismissed with costs awarded to Dr. Tim Ball. It was telling that the case was dismissed due to delays associated with “Mann’s refusal to provide the court with underlying data and methodologies”.

Oil and Water


As oil rides on top of water when the two are combined, so do false narratives ride over and obscure the truth. They are persistent and hard to overcome as they are promulgated by powerful voices that quash critical review and prop up a never-ending slew of baseless assertions. And so it was with the crushed “hockey stick” model that has now been replaced by modelling techniques that keep the “climate change emergency” in play. This modelling uses Representative Concentration Pathway (RCP) assessments of how much CO2 will accumulate in the atmosphere. The RCP 8.5 value in current use is not even a guess but an absolute, all-but-impossible, worst case scenario. Unfortunately, it is not presented as such but as a “business-as-usual” fact that serves no scientific purpose but is “politically useful in scaring people”.

These powerful voices also have powerful allies in the form of Canadian political parties and their quisling media friends. The Liberal Party of Canada is a prime case in point as it rides herd on dissenting opinion by buying off media support for its position and naming and shaming the disobeyers. So it was with the $595 million set aside for “qualified news organizations” even as our own Prime Minister leveled charges of “Islamophobia” on those who dared question his open-arms approach to receiving ISIS fighters in Canada. More recently and more ominously, however, is the legislative move to outlaw “hurtful” speech on the internet. What are the chances that this new law will be used to quash criticism of preferred narratives – even if they are unproven and likely false?

One might hope that the opposition parties have the gravitas to speak out against skewed modelling proffered in support of false narratives but one would be disappointed.The “loyal opposition”, in the form of the Conservative Party of Canada, can be seen to be remiss in this regard as it will not even allow its own members to espouse views critical of the Party’s whipped positions.And so it was that Derek Sloan was given the bum’s rush on the trumped up charges of accepting “white supremacist” donation dollars – which were organized and vetted by Party organizers at the federal level.Indeed, if Canadians believe free and open debate is a critical issue for political parties to address they would have to go to the platforms of the People’s Party of Canada and the Christian Heritage Party to find such support.A consideration in any upcoming federal election?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Remarque! Signez la pétition du C3RF aux autorités policières canadiennes - arrêtez la tyrannie!

Le problème des récits


Alors que nous achevons une année d'enfermements et d'un échec spectaculaire de « l'aplatissement de la courbe du virus de Wuhan », est-il temps de revenir sur le récit qui nous a fait suivre cette voie malheureuse? Rappelez-vous de la mise à jour de la semaine dernière: c'est l'un des nombreux récits qui semblent être partout. Alors que nous essayons de vaquer à nos occupations quotidiennes, nous sommes bombardés de récits contradictoires. Et c'est ainsi que les voyages à l'épicerie sont rares, alors même que nos enfants sont tirés des patinoires et des pentes de traîne sauvage au nom du « confinement ».

La semaine dernière, nous avons également vu comment le service de police de Toronto a fait de son mieux pour conseiller ses agents : une charte des droits et libertés existe toujours et l'autorité dont ils disposent en vertu des lois d'urgence provinciales n'est pas illimitée. Cette semaine, nous constatons qu'un groupe d'agents de la force publique albertaine ont fait un pas de plus. lls ont noté que « suivre les ordres » ne constitue pas une défense sure s'ils sont pris à partie pour avoir illégitimement enfreint les droits garantis par la Charte aux citoyens. Se pourrait-il que les récits, exclamés bruyamment, doivent être soigneusement pesés avant d'être mis en œuvre dans la vie des gens?

Et voilà!Il serait prudent de regarder de près sous la caboche des « experts » qui prétendent avoir les réponses.Surtout lorsque les réponses qu'ils proposent ont des conséquences irréversibles.Il en va ainsi du « confinement » et du déficit de quelque 400 milliards de dollars, sans parler du fait de priver toute une main-d'œuvre de la dignité qui découle du fait de subvenir à ses besoins par le biais d'un bien-être social.Lorsque l'on cherche « sous le capot » des motivations, est-il plausible que la création d'une telle dépendance à l'égard d'un État « vache à lait » en fasse partie?Surtout lorsque la possibilité d'un tel résultat est aussi évidente que le nez au milieudu visage - tout comme l'incapacité du récit de « confinement » à « aplatir la courbe »?Le rasoir d'Ockham?

Voltiges, la science et le modélisation


La science et sa progression par la méthode scientifique, comme nous l'avons noté dans ces pages, est un phénomène de la société occidentale. Il s'agit essentiellement de s'appuyer sur ce qui est connu dans la réalité objective pour émettre des hypothèses, des théories et ensuite prouver de nouveaux aspects de cette réalité. Tout comme un voltigeur tient une main jusqu'à ce qu'il établisse une prise ferme sur la suivante, la science progresse de manière rationnelle en utilisant des observations basées sur des données pour relier la cause et l'effet. Il est essentiel de noter que toute l'idée d' « éradiquer » le virus de Wuhan par la distanciation sociale, le port de masques et le «confinement» n'a aucun fondement dans ce processus scientifique. Au lieu de cela, l'idée a été évoquée puis validée par une modélisation informatique avancée. Il s'agissait d'une idée à la recherche de pseudo-qualifications scientifiques. On pourrait dire que c'était un faux récit.

Pour l'expliquer, la modélisation était truffée d'hypothèses qui n'étaient tout simplement pas étayées par les données. Par exemple, les taux de mortalité par infection ont été initialement fixés à un niveau catastrophique de 3,4% alors qu'en réalité, les données montrent qu'ils sont de 0,05% pour les moins de 70 ans. Bien plus que cela, la modélisation a été grossièrement négligente en ce qui concerne les effets négatifs du « confinement » de toute une société. La modélisation était unidimensionel et ne tenait pas compte des coûts associés à la fermeture d'une société. Les problèmes sociaux et économiques potentiels n'ont tout simplement pas été pris en ligne de compte. C'est comme si une solution particulière était à la recherche d'un problème sur lequel elle pourrait s'appuyer. Et la solution consistait à « reconstruire en mieux » une nouvelle société sur les ruines de l'ancienne.

L'utilisation de techniques de modélisation pour relier une solution particulière à un problème réel ou imaginaire n'est pas un phénomène nouveau. Nous pouvons le voir fonctionner en soutien à d'autres initiatives qui visent à créer un nouvel ordre mondial caractérisé par la centralisation du pouvoir entre les mains de quelques experts. Le modèle de réchauffement climatique « en bâton de hockey » nous vient à l'esprit ici. Rappelons qu'il a joué un rôle central dans le lancement de l'initiative mondiale visant à contrôler le réchauffement anthropique de l'atmosphère avant que les augmentations réelles de température ne ralentissent et que le concept ne rencontre une défaite ignominieuse devant les tribunaux. Cette dernière défaite est survenue lorsque l'auteur du modèle « bâton de hockey », le Dr Michael Mann, a vu son action en diffamation contre un critique de son modèle rejetée, les coûts du Dr Tim Ball lui étant imposés. Il est révélateur que l'affaire ait été rejetée en raison des retards liés au « refus de Mann de fournir à la cour les données et les méthodologies idoines ».

Pétrole et eau


Tout comme le pétrole se trouve au-dessus de l'eau lorsque les deux sont combinés, les faux récits passent au-dessus et obscurcissent la vérité. Ils sont persistants et difficiles à discréditer car ils sont promulgués par des voix puissantes qui étouffent les critiques et soutiennent une série interminable d'affirmations sans fondement. Il en a été ainsi avec le modèle du « bâton de hockey » qui a maintenant été remplacé par des techniques de modélisation qui maintiennent l' « urgence du changement climatique » en jeu. Cette modélisation utilise les scénarios RCP (Representative Concentration Pathway ) pour déterminer la quantité de CO2 qui s'accumulera dans l'atmosphère. La valeur de 8,5 du RCP en usage actuellement n'est même pas une supposition, mais un scénario du pire des cas possible. Malheureusement, elle n'est pas présentée comme telle, mais comme un fait « habituel » qui ne sert aucun but scientifique mais qui est « politiquement utile pour effrayer les gens ».

Ces voix puissantes ont également de puissants alliés sous la forme des partis politiques canadiens et de leurs amis médiatiques. Le Parti libéral du Canada en est un bon exemple, car il se nourrit d'opinions dissidentes en achetant le soutien des médias et en honnissant les désobéissants . Honi soit qui mal y pense: c'est le cas de le dire! C'est ce qui s'est passé avec les 595 millions de dollars réservés aux « organismes de presse qualifiés », alors même que notre propre Premier ministre lançait des accusations d' « islamophobie » à l'encontre de ceux qui osaient remettre en question son approche à bras ouverts pour recevoir les combattants de DAESH au Canada. Plus récemment et de façon plus inquiétante, il décidat, par le biais d'une décision législative, d'interdire les discours « haineux » sur Internet. Quelles sont les chances que cette nouvelle loi soit utilisée pour étouffer les critiques des récits préférés - même s'ils ne sont pas prouvés et probablement faux?

On pourrait espérer que les partis d'opposition aient le sérieux nécessaire pour s'élever contre les modèles biaisés présentés à l'appui de faux récits, mais on serait déçu. L' « opposition loyale », sous la forme du Parti conservateur du Canada, peut être considérée comme négligente à cet égard, car elle ne permet même pas à ses propres membres d'adopter des points de vue critiques à l'égard des positions officielles du parti. Et c'est ainsi que Derek Sloan a été jeté en pâture sur les fausses accusations d'acceptation de dons de « suprémacistes blancs » - dons qui ont été organisées et vérifiées par les organisateurs du parti au niveau fédéral. En effet, si les Canadiens estiment qu'un débat libre et ouvert est une pratique essentielle à laquelle les partis politiques doivent se soumettre, ils devraient se rendre sur les plateformes du Parti populaire du Canada et du Parti de l'héritage chrétien pour trouver un tel soutien. Une considération pour l'élection fédérale à venir?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon