C3RF Update, 19 Mar 2021 – Crisis of confidence


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

House of cards


Recall from last week’s update our examination of the delicate network of oaths that underpin the efficient functioning of our Westminster-style parliamentary government. These oaths include those administered by the Governor General of Canada to the Ministers of the Crown who form the Cabinet and the core of the Government of Canada. Recall, as well, that these oaths commit these same Ministers to be true and faithful servants to Her Majesty Queen Elizabeth the Second and thereby serve the interests of Her Canadian subjects. This grave responsibility is the glue that bonds the citizen to his or her government as the latter can only operate with the “confidence” of elected representatives. Lacking this confidence, the government is a house of cards that must either fall or continue absent the trust it needs to call itself “representative”. And so it is now as the “Government of Canada” rejected a 266 to 0 vote in the house of Commons that recognized China’s treatment of its Uighur population as a “genocide”.

If the Government thought its rejection of the genocide vote would assuage the sensibilities of the Chinese Communist Party (CCP) while slipping past the citizenry unnoticed, it was wrong on both counts. In Quebec, Joseph Facal wrote that Justin Trudeau and his Cabinet had made three errors - not the least of which was an ominous display of cowardice. How else to explain a tawdry effort to “have your cake and eat it too” by allowing a free vote on the genocide issue even as the government sanctioned the CCP’s conduct. Additionally, the Chinese embassy in Canada called the motion “hypocritical and shameless” and a “malicious provocation”. In any event, if the Cabinet decision to abstain from the 266 to 0 vote was meant to ameliorate conditions for the “two Michaels” held in Chinese jail it failed miserably. The Middle Kingdom subsequently announced that it would try the two Canadians on spying charges in the near future. One wonders, would the two Michaels be better off if the “Government” kept its oath of allegiance to the Canadian people and expressed solidarity with its elected representatives?

Unfortunately, and as we have seen over the course of the past several years, the trust that binds the government to its citizens has been steadily eroding. This has been the subject of much analysis as witnessed by reportage throughout the month of May last year when C3RF “updates” chronicled the rising democratic deficit in Canada by virtue of policies that:

And so, we’ve seen the Government of Canada move away from a representative government to one that is increasingly despotic. Indeed, it is hard to even recognize the country as Ministers of the Crown seemingly abrogate their responsibilities by neglecting their obligation to faithfully serve the Queen and her subjects.

Justice delayed


The evidence of such a movement might be seen in the ongoing case of allegations levelled against a retired Chief of Defence Staff (CDS) and a follow-on coverup by his former boss, the Minister of National Defence. The case sees Canada’s top soldier accused of sexual impropriety over an extended period of time with at least one female subordinate. Problem is, the military’s former ombudsman, Gary Walbourne, testified before a parliamentary committee that he had sought to advise the Minister of such allegations in a meeting on 01 March 2018 – some three years ago. The Minister later admitted to this same committee that he did refuse to take the evidence offered but, rather, advised the ombudsman to take them to the military police. The Minister then took the allegation forward to the Privy Council Office (PCO) which was responsible for Governor-in-Council appointments - such as the CDS. Question is, did the Minister fail to uphold his oath of service by offloading a critically sensitive issue that was central to a major military initiative in the form of Operation Honour? Op Honour was commissioned by the same CDS in question in 2015 and was intended to stamp out an “underlying sexualized culture in the CAF, which if not addressed, is conducive to more serious incidents of sexual harassment and sexual assault”.

The failure to address the ombudsman’s hand-carried allegations can now be seen to be utterly devastating for the morale of the military. Not only did it result in a delay of some three years before they surfaced again but this same time span was occupied by a Force-wide effort to root out and deal with such destructive behaviour – at all levels. The fact that the organization’s top soldier was alleged to have participated in such behaviour while escaping attention for at least three years can be seen as a decided blow to the credibility of higher command and its ability to promote operational effectiveness. In any event, Operation Honour can be seen to be in tatters and in need of a redo. For his part, the Minister stated that “Drawing an elected official – a politician – into the sequence of an investigation would have been wrong and dangerous”. Question is, did the Minister fail his oath and, if so, why?

In answering the question, it needs to be noted that the Minister of National Defence is the prime authority responsible for the management of his Department in accordance with the National Defence Act. This Act provides the Minister with considerable powers and these include the ability to convene Boards of Inquiry. Such Boards can be initiated “where it is expedient that the Minister or any such other authority should be informed on any matter connected with the government, discipline, administration or functions of the Canadian Forces or affecting any officer or non-commissioned member” for the purpose of “investigating and reporting on that matter”. It is here we see that it was not necessary for the Minister to become involved in an investigation but to simply convene one. If ever such a Board of Inquiry needed to be convened, certainly an instance involving the CDS and its knock-on impact on the credibility of its senior rank structure and the morale of the whole of the Canadian Armed Forces was a case in point.

Dangerous waters


It is interesting to note the difference in treatment between the CDS in question and that of Vice Chief of the Defence Staff (VCDS) Vice-Admiral Mark Norman when the latter was alleged to have leaked facets of a ship building contract. Recall that the CDS at the time, the same one now facing allegations of sexual impropriety, summarily removed the VCDS from his position in January 2017 with no explanation and did so with the “admitted support of the Minister of National Defence, Harjit Sajjan”. To make matters worse, Prime Minister Trudeau announced that the Admiral would likely find himself in court even though charges had not yet been laid. How to explain the difference in treatment by Minister Sajjan in his dealings with the CDS in 2018 and the VCDS one year earlier in 2017? Are the inconsistencies so great that one needs to consider the possibility of bias? A bias that beggars the oath to be a “faithful” servant of a Queen who stands for, and demands, equal application of the law?

Assuming that we are looking at some form of bias in these two cases, what does it say if we are not dealing with isolated situations but with something more widespread? What if other Ministers have the same cavalier approach to keeping their oaths to the Queen and her subjects in Canada? This being the case, the Canadian ship-of-state would certainly be headed into dangerous and choppy waters as national interests were waylaid by personal or offshore priorities. As we ponder the possibilities, consider Ministers who have:

These and many, many more ministerial decisions that have worked against the national interest and the benefit of Canadians speaks to a nation sailing into increasingly dangerous waters.

It would seem that Canadians, led by those whom they have entrusted with great powers, are in a downward spiral that sees their economic prospects and civil liberties going down a drain. The situation is most certainly exacerbated by the exigencies of the Wuhan virus but it is plain that many decisions are being made at the expense of the needs of the individual citizen. Accordingly, it would seem that Canada is in dire need of more oath-keepers and fewer highbrow globalists intent on change.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Un château de cartes


Rappelez-vous, dans notre mise à jour de la semaine dernière, notre examen du délicat réseau de serments qui sous-tend le fonctionnement efficace de notre gouvernement parlementaire de style Westminster. Ces serments comprennent ceux que le gouverneur général du Canada fait prêter aux ministres de la Couronne qui forment le Cabinet et le noyau du gouvernement du Canada. Rappelons également que ces serments engagent ces mêmes ministres à être de fidèles et loyaux serviteurs de Sa Majesté la Reine Elizabeth II et à servir ainsi les intérêts de ses sujets canadiens. Cette grave responsabilité est le ciment qui lie le citoyen à son gouvernement, car ce dernier ne peut fonctionner qu'avec la « confiance » des représentants élus. Sans cette confiance, le gouvernement est un château de cartes qui doit soit tomber, soit continuer à fonctionner sans la confiance dont il a besoin pour se dire « représentatif ». Et c'est ce qui se passe aujourd'hui, alors que le « gouvernement du Canada » a rejeté un vote de 266 voix contre 0 à la Chambre des communes, qui reconnaissait le traitement par la Chine de sa population ouïgoure comme un « génocide ».

Si le gouvernement pensait que son rejet du vote sur le génocide apaiserait le Parti communiste chinois (PCC) tout en passant inaperçu auprès des citoyens, il avait tort sur les deux tableaux. Au Québec, l'éditorialiste Joseph Facal a écrit que Justin Trudeau et son cabinet avaient commis trois erreurs, dont en particulier une sinistre démonstration de lâcheté. Comment expliquer autrement un effort sordide pour « avoir le beurre et l'argent du beurre » en permettant un vote libre sur la question du génocide alors même que le gouvernement sanctionne la conduite du PCC. De plus, l'ambassade de Chine au Canada a qualifié la motion d' « hypocrite et éhontée »et de « provocation malveillante». Quoi qu'il en soit, si la décision du Cabinet de s'abstenir lors du vote par 266 voix contre 0 visait à améliorer les conditions des « deux Michael » détenus dans les prisons chinoises, elle a échoué lamentablement. L'Empire du Milieu a par la suite annoncé qu'il jugerait les deux Canadiens pour espionnage dans un proche avenir. On peut se demander si les deux Michael seraient mieux si le « gouvernement » respectait son serment d'allégeance envers le peuple canadien et exprimait sa solidarité avec ses représentants élus?

Malheureusement, et comme nous l'avons vu au cours des dernières années, la confiance qui lie le gouvernement à ses citoyens s'est constamment érodée. Ce phénomène a fait l'objet de nombreuses analyses, comme en témoignent les reportages réalisés tout au long du mois de mai de l'année dernière, lorsque les « mises à jour » du C3RF ont fait la chronique du déficit démocratique croissant au Canada en raison des politiques suivantes :

Ainsi, nous avons vu le gouvernement du Canada passer d'un gouvernement représentatif à un gouvernement de plus en plus despotique. En effet, il est difficile de reconnaître le pays alors que les ministres de la Couronne semblent abroger leurs responsabilités en négligeant leur obligation de servir loyalement la Reine et ses sujets.

Justice différée


La preuve d'un tel mouvement peut être observée dans l'affaire en cours des allégations portées contre un chef d'état-major de la défense (CEMD) à la retraite et de la dissimulation qui s'en est suivie par son ancien patron, le ministre de la Défense nationale. Dans cette affaire, le soldat le plus gradé du Canada est accusé d'avoir eu des rapports sexuels inappropriés pendant une longue période avec au moins une subordonnée. Le problème est que l'ancien ombudsman de l'armée, Gary Walbourne, a témoigné devant une commission parlementaire qu'il avait cherché à informer le ministre de ces allégations lors d'une réunion le 1er mars 2018 - il y a environ trois ans. Le ministre a par la suite admis devant cette même commission qu'il avait effectivement refusé d'accepter les preuves proposées, mais qu'il avait plutôt conseillé au médiateur de les apporter à la police militaire. Le ministre a ensuite transmis l'allégation au Bureau du Conseil privé (BCP), qui est responsable des nominations par le gouverneur en conseil - comme le CEMD. La question est la suivant: le ministre a-t-il manqué à son serment de service en se déchargeant d'une question extrêmement sensible qui était au cœur d'une initiative militaire majeure sous la forme de l'opération Honour? L'opération Honour a été commandée par le même CEMD en question en 2015 et visait à éradiquer une « culture sexualisée dans les FAC, qui, si elle n'est pas traitée, est propice à des incidents plus graves de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle ».

L'incapacité à répondre aux allégations de l'ombudsman peut maintenant être considérée comme dévastatrice pour le moral des militaires. Non seulement il a fallu attendre environ trois ans avant qu'elles ne refassent surface, mais cette même période a été occupée par un effort à l'échelle des Forces armées pour éradiquer ce comportement destructeur - à tous les niveaux. Le fait que le soldat le plus haut gradé de l'organisation ait été présumé avoir participé à un tel comportement tout en échappant à l'attention pendant au moins trois ans peut être considéré comme un coup dur pour la crédibilité du commandement supérieur et sa capacité à promouvoir l'efficacité opérationnelle. En tout état de cause, on peut considérer que l'opération Honour est en lambeaux et qu'elle a besoin d'être repensée. Pour sa part, le ministre a déclaré que « mêler un élu - un politicien - au déroulement d'une enquête aurait été une erreur et un danger ». La question est la suivante : le ministre a-t-il manqué à son serment et, si oui, pourquoi?

En répondant à la question, il faut noter que le ministre de la Défense nationale est la première autorité responsable de la gestion de son ministère, conformément à la Loi sur la défense nationale. Cette loi confère au ministre des pouvoirs considérables, dont celui de convoquer des commissions d'enquête. Ces commissions peuvent être créées lorsque « le ministre, de même que toute autre autorité nommée ou désignée par lui à cette fin, peut, dans les cas où il lui importe d’être renseigné sur toute question relative à la direction, la discipline, l’administration ou aux fonctions des Forces canadiennesou concernant un officier ou militaire du rang quelconque, charger une commission d’enquête d’examiner la question et d’en faire rapport». C'est ici que nous voyons qu'il n'était pas nécessaire pour le ministre de s'impliquer dans une enquête mais simplement d'en convoquer une. Si jamais une telle commission d'enquête devait être convoquée, un cas impliquant le CEMD et ses répercussions sur la crédibilité des hauts gradés et le moral de l'ensemble des Forces armées canadiennes en était certainement un exemple.

Des eaux houleuses


Il est intéressant de noter la différence de traitement entre le CEMD en question et celui du vice-chef d'état-major de la Défense (VCDS), le vice-amiral Mark Norman, lorsque ce dernier a été accusé d'avoir divulgué des aspects d'un contrat de construction navale. Rappelons que le CEMD de l'époque, celui-là même qui fait aujourd'hui l'objet d'allégations d'inconduite sexuelle, a sommairement démis le VCEMD de ses fonctions en janvier 2017 sans aucune explication, et ce, avec le « soutien avoué du ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan». Pour empirer les choses, le premier ministre Trudeau a annoncé que l'amiral se retrouverait probablement devant les tribunaux, même si aucune accusation n'avait encore été portée. Comment expliquer la différence de traitement du ministre Sajjan dans ses rapports avec le CEMD en 2018 et le VCEMD un an plus tôt en 2017? Les incohérences sont-elles si grandes qu'il faille envisager la possibilité d'un parti pris? Un parti pris qui va à l'encontre du serment d'être un serviteur « loyal » d'une reine qui défend et exige une application juste de la loi?

En supposant que nous soyons en présence d'une certaine forme de partialité dans ces deux cas, qu'en est-il si nous n'avons pas affaire à des situations isolées mais à quelque chose de plus répandu? Que se passe-t-il si d'autres ministres ont la même approche « je-m'en-foutiste » pour respecter leurs serments envers la Reine et ses sujets au Canada? Si c'était le cas, l'État canadien se dirigerait certainement vers des eaux houleuses, les intérêts nationaux étant éclipsés par des priorités personnelles ou étrangères. Alors que nous réfléchissons aux possibilités, considérons les ministres qui:

Ces décisions ministérielles, et bien d'autres encore, qui vont à l'encontre de l'intérêt national et des intérêts des Canadiens, témoignent d'une nation qui navigue dans des eaux de plus en plus houleuses et dangereuses.

Il semblerait que les Canadiens, dirigés par ceux à qui ils ont confié de grands pouvoirs, soient dans une spirale qui voit leurs perspectives économiques et leurs libertés civiles s'effondrer. La situation est très certainement exacerbée par les exigences du virus de Wuhan, mais il est clair que de nombreuses décisions sont prises au détriment des besoins de chaque citoyen. Par conséquent, il semblerait que le Canada ait un besoin urgent de plus personnes loyales à leur serment et de moins de mondialistes de haut niveau qui veulent changer les choses.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts